Skip to content

Je pense qu’il faut faire une grosse teuf !

décembre 14, 2006

Wiaz
A la lecture des différentes études portant sur l’environnement, les soucis climatiques, le réchauffement de la planète, la décroissance, les dérèglements hormonaux des femelles ours polaires, la désertification du Tchad, l’ensevelissement des Maldives, la fin des Inuits, l’exode des rats des champs, le retour de la Malaria, j’en passe et des meilleures… Je soumets une solution. Vous en faites ce que vous voulez.

Voilà, j’ai du mal à croire que les élites des pays capitalistes vont tout à coup prendre la survie de l’espèce comme une priorité, qui ne pèse pas lourd, à court terme, face au rapport annuel. Je sais, c’est pas bien, mais je ne le sens pas. En revanche, ce que je sens bien, c’est qu’on aura tous les pieds dans l’eau d’ici 10 ans, surtout moi qui habite à 100 mètres de la Seine et qui suis en plein dans la zone inondable.

Donc, j’ai la douce impression que, grosso modo, d’ici un demi-siècle, la Terre sera devenue une grosse poubelle innondée avec plein de zombies dedans, des squelettes dans les déserts et quelques fortunes bien protégées dans des abris sous-marins ou autres. Je sais, c’est pas bien, mais je le sens comme ça.

Ceci dit (je fais dans le thèse-antithèse-synthèse de haut niveau ces jours-ci), il se trouve que par une magie historique tout à fait remarquable, nous sommes en train d’imaginer doucement coloniser l’espace en envoyant progressivement de riches milliardaires russes se tripoter la nouille à 100 000 mètres d’altitude. Plus sérieusement, on peut penser que, d’ici un demi-siècle, des humains vivront dans des colonies martiennes ou autres, tentant de recréer plus loin un embryon de société écologiquement saine.

Ce qui me laisse penser que la survie de l’humanité aura pour berceau l’espace et que la Terre finira, tranquillement, comme une vielle pomme, par pourrir dans son jus, laissant quelques milliards de fantômes agoniser en regardant le ciel, se demandant pourquoi ils n’ont pas fait plus gaffe, avant, leurs parents, leurs grand-parents, Pépé Vinvin comme on l’appelait…

Pour finir, je propose donc de ne pas trop se prendre la tête avec les robinets, les gaz, les sacs en plastiques et la fécondité des pingouins. Je propose qu’on fasse une grosse dé-pendaison de crémaillère. Allez-y les gars, vous pouvez vomir sur la moquette et arracher le papier peint, on s’en fout, de toutes façons c’est plié, les enfants de mes enfants mangeront des racines en gelée. Et puis tous ceux qui en crèvent déjà, racontez-nous comment ça se passe qu’on ne gâche pas la fête avec des détails mal réglés.

Allez hop, je m’occupe des petits fours !

(dessin de Wiaz, dans le Nouvel Observateur spécial Nicolas Hulot)

28 commentaires leave one →
  1. Gilles permalink
    décembre 14, 2006 11:40

    Pour ton logement, commence à stocker des éponges…

  2. patricia permalink
    décembre 14, 2006 11:52

    oooooh… vu comme ça j’ai plutôt envie de rester sur ma colline pas innondable et donc future riviéra d’aprés les prévisions hein, aussi m’en vais je de ce pas commander un superbe voilier que j’arrimerai à mon ponton perso , les palmiers et les lauriers blancs je les ai déjà plantés, je n’attends plus que la mer quoi, mais ça va viendre, ça va viendre, alors no problem at all…

  3. marie permalink
    décembre 14, 2006 12:00

    tu as peut-être raison et du coup tu serais une sorte de super médium du net mais bon faut quand même que tu arrêtes l’abus de films de science fiction ou de romans et si c’est pas le cas alors tu es trés négatif tendance suicidaire!

  4. décembre 14, 2006 12:10

    … Vivre dans l’espace, sur la lune ou Mars, pourquoi pas? mais « laisser quelques milliards de fantômes agoniser en regardant le ciel », bof-bof…
    Vinvin, you make me sad today!

  5. décembre 14, 2006 12:41

    Et moi, je finirais ton post par cette merveilleuse chanson
    de Mickey 3D « Respire »
    Approche-toi petit, écoute-moi gamin,
    Je vais te raconter l’histoire de l’être humain
    Au début y avait rien au début c’était bien
    La nature avançait y avait pas de chemin
    Puis l’homme a débarqué avec ses gros souliers
    Des coups d’pieds dans la gueule pour se faire respecter
    Des routes à sens unique il s’est mis à tracer
    Les flèches dans la plaine se sont multipliées
    Et tous les éléments se sont vus maîtrisés
    En 2 temps 3 mouvements l’histoire était pliée
    C’est pas demain la veille qu’on fera marche arrière
    On a même commencé à polluer le désert
    Il faut que tu respires, et ça c’est rien de le dire
    Tu vas pas mourir de rire, et c’est pas rien de le dire
    D’ici quelques années on aura bouffé la feuille
    Et tes petits-enfants ils n’auront plus qu’un oeil
    En plein milieu du front ils te demanderont
    Pourquoi toi t’en as 2 tu passeras pour un con
    Ils te diront comment t’as pu laisser faire ça
    T’auras beau te défendre leur expliquer tout bas
    C’est pas ma faute à moi, c’est la faute aux anciens
    Mais y aura plus personne pour te laver les mains
    Tu leur raconteras l’époque où tu pouvais
    Manger des fruits dans l’herbe allongé dans les prés
    Y avait des animaux partout dans la forêt,
    Au début du printemps, les oiseaux revenaient
    Il faut que tu respires, et ça c’est rien de le dire
    Tu vas pas mourir de rire, et c’est pas rien de le dire
    Il faut que tu respires, c’est demain que tout empire
    Tu vas pas mourir de rire, et c’est pas rien de le dire
    Le pire dans cette histoire c’est qu’on est des esclaves
    Quelque part assassin, ici bien incapable
    De regarder les arbres sans se sentir coupable
    A moitié défroqués, 100 pour cent misérables
    Alors voilà petit, l’histoire de l’être humain
    C’est pas joli joli, et j’connais pas la fin
    T’es pas né dans un chou mais plutôt dans un trou
    Qu’on remplit tous les jours comme une fosse à purin
    Bien à toi 😉

  6. décembre 14, 2006 12:44

    Arfff!

  7. décembre 14, 2006 12:53

    Mais tous n’auront pas les moyens de se payer un billet interplanétaire, même en aller-simple.
    Ce sera un sacré bordel pour décider qui y pourra et qui ne pourra y aller.
    On verra peut-être cette fameuse révolution qui couve déjà…
    Guerres civiles, les évènements et les coups d’Etat s’enchaînent un peu partout dans le monde, ça se finit en guerre mondiale, champignon pour tout le monde.
    Finalement, la Terre n’aura peut-être le temps d’agoniser…

  8. décembre 14, 2006 12:53

    Je m’en fous de toute façon dans 10 ans on se sera tous cloné en octets binaires et auto-téléchargés dans le grand tout cybernétique
    poil au clic

  9. décembre 14, 2006 12:55

    Et ta soeur !

  10. décembre 14, 2006 1:25

    oui, enfin bon, c un peu facile aussi…autant se suicider tant qu’on y est,🙂

  11. décembre 14, 2006 1:28

    M’en fous, j’ai 60 ans…après moi le déluge :-))tagada patapon….

  12. décembre 14, 2006 1:58

    Sur le Titanic aussi ils faisaient la fête avant que tout foute le camp.
    ‘tain les arbres devant chez moi se croient au printemps, y’a déjà les bourgeons.

  13. simondeminuit permalink
    décembre 14, 2006 2:06

    Oais c’est ça, tu fais comme les spams que tu reçois:
    Tu fais une super annonce, allez, polluez, de toute façons on ne sauvra pas la terre / allez, achetez ces actions, de tout façons elles vont grimper.
    Du coup tout le monde te suit et se lâche, et toi hop, tu passes pour le super guru! Tu viens de filer un sacré coup de main à la planète.
    Au moins on peut te créditer de ta non-cupidité. La prochaîne fois, sérieux, fais comme les spams: annonce la montée inévitable de l’action vinvin universal…

  14. décembre 14, 2006 3:25

    La lecture du Nouvel Obs nuit gravement à la santé des optimistes fatalistes.

  15. décembre 14, 2006 3:33

    Monsieur, nous tenons par la présente à vous signifier un début d’indignation. En effet, il nous faut haut et fort vous dire que seuls les plus grands professionnels sont habilités à faire ce genre de prédictions. Cela demande des années de préparation, on ne s’improvise pas médium comme cela ! Néanmoins nous avons su déceler chez vous LA fibre. Ainsi, contre une petite somme ridicule dont nous pourrions convenir à un moment ultérieur, nous vous proposons d’achever votre formation grâce à l’achat de la collection complète de nos œuvres impérissables ainsi que par la participation bi-annuelle à notre séminaire intitulé « la fin du monde : hier, aujourd’hui, demain ou après-demain ? ».
    Dans l’attente d’une réponse que nous prévoyons avec une fiabilité de 98 pour cent favorable, nous vous prions d’agréer…

  16. Cocolastico permalink
    décembre 14, 2006 4:21

    Si tout le monde se dit que de toute façon c’est foutu et qu’on peut se lacher, c’est pas dans 10 ans que la Seine s’invitera dans ton salon mais 5…!

  17. décembre 14, 2006 4:33

    Moi je prefere arracher la moquette et vomir sur le papier peint… du plafond…

  18. décembre 14, 2006 5:09

    Un suicide collectif ouais… La grosse teuf.
    Tuons-nous tous (de toute facon c’est ce qui finira par arriver) mais laissons la Terre en paix.
    C’est navrant ce constat. Ton post est criant de vérités que tout le monde (ou presque) connait et reconnait et rien ne se fait.
    Parce que ceux qui s’en rendent compte, ils n’ont pas forcement les moyens d’aider. Bien sur, y’a les gestes simples, au quotidien, pour tenter de ne pas aggraver le probleme. Ca commence par la. Mais la planete n’est plus qu’une grosse poubelle, et il faudrait aussi de bien plus gros moyens pour faire un peu de menage.
    Si tous ces conna… euh pardon, je m’emporte… si tous ces mecs (et femmes) super riches pouvaient/savaient renoncer a leur fortune, redevenant par la meme des gens ‘normaux’, et passer ces sous dans la protection de l’environnement, ce serait pas mal.
    Mais tout ca ne reglera jamais le probleme tant que les pays ‘riches’ continueront leur conneries a produire en masse et n’importe comment, par n’importe quel moyen, pour n’importe quoi.
    Enfin bref… Fais pas trop gaffe au comm’, c’est le genre de sujet qui me fache.
    Constater les degats, chaque jour un peu plus et se sentir aussi impuissante qu’une puce au milieu de l’ocean, c’est rageant !

  19. le ch'ti permalink
    décembre 14, 2006 6:23

    vendu!
    j’m’en va quère eul’binouzes et ti vinvin, tu t’occupes du pinard.

  20. décembre 14, 2006 6:32

    pas encore un teuf… j’ai pas récupéré de ma casquette du week-end…

  21. décembre 14, 2006 7:06

    Mort à la couche d’ozone !

  22. décembre 15, 2006 1:39

    J’ai rien de prévu comme dab pour le réveillon, qui m’invite ? personne comme dab … Bon ben alors à défaut pourquoi pas c’te grosse teuf …
    Ouai je sais, vous z’en avez rien à foutre du désarroi des gens seuls et pauvres qui vous entourent et qui font genre tout va bien, histoire de tromper le voisin … mais vous pourriez avoir pitié au moins ! Remarquez je m’en fous aussi que vous en ayez rien à foutre, des années de pratique.
    Mais je me suis quand même rapprochée de la mer des fois qu’elle m’arrangerait mon affaire sans que j’ai d’effort à faire … et oui l’espace c’est pas mon truc et je préfère crever dans l’eau emportée par une grosse vague comme ça d’un coup plutôt que de me faire tripoter par un martien ! Chacun son truc.
    Tout ça pour dire que moi j’en crève déjà de ce merdier … parce qu’il n’y a pas que la pollution et le réchauffement de la planète qui nous polluent.
    Alors les p’tits fours c’est ok pour moi j’adore ça et j’ai du pinard dans un coin qui ne demande qu’à être partagé.
    En attendant fermez pas les robinets, plus ça ira vite et mieux ça sera.
    Et ceux qui ne comprennent pas mon second degré de merde, mon humour noir, et mon auto dérision, ben tant pis j’irai gerber toute seule dans mon coin sur la moquette que j’ai pas.

  23. décembre 15, 2006 11:27

    oui je vote aussi pour la grosse TEUF, mais pour qu’elle soit jouissive, il faudrait avant, aller cassser la gueule pour de vrai, cad avec les mains, les pieds, etc. aux ploucs qui nous gouvernent. Trop facile ce transfert de responsabilité avec le tri des déchets, le robinet qui coule, etc.
    hip ! pardon, j’ai envie de vomir.

  24. Laurent permalink
    décembre 15, 2006 12:42

    A chaque niveau c’est pareil :
    1er Niveau
    – Tiens ? Le robinet goutte ? Je vais allé le fermer…
    – Attends un peu, y’a corner !
    473 784 ème Niveau
    – Tiens, je vais sauver l’Afrique.
    – Attends un peu, l’action monte !

  25. décembre 15, 2006 11:06

    Comiquement tragique.

  26. décembre 16, 2006 8:47

    Bah, ça va remonter mon moral tout ça !
    Ce post me fait franchement penser à Chuck Palahniuk (classe, non ?) qui dit dans « Fight Club » : »le recyclage et les limitations de vitesse sont des conneries. Comme quelqu’un qui cesserait de fumer sur son lit de mort ».
    Moi, je vous le dis, faut être sacrément optimiste pour être écologiste !

  27. décembre 18, 2006 5:50

    Après avoir lu ça, je regarde autrement mes préparatifs de Noël. Je devrais oeuvrer pour la sauvegarde de la planète, mais au lieu de cela, je parcours la ville à la recherche du beau-gros cadeau idéal ! Etrange comportement…
    Vivement le 1er janvier pour que je puisse, entre 2 coupes de Champagne, prendre à nouveau la résolution de sauver la planète !
    ps : ça me rappelle « Le dernier restaurant avant la fin du monde », un hilarant roman de science-parodie-fiction signé Douglas Adams.

  28. juin 16, 2007 11:47

    Et oui, on en reparlait il n’y a pas si longtemps. Entre ce billet et notre conversation, nous avons un peu vieillis, c’est tout ce qu’on peut en dire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :