Skip to content

J’adore soulever de la fonte à la salle de sport !

septembre 17, 2007

Je pénètre dans la salle réservée aux hommes. Il y a cette odeur de sueur qui suinte sur les murs. Dans un vestiaire d’homme, quelle que soit l’heure, il y a toujours un type à poil en train de se rhabiller. C’est le genre de type qui s’en fout, rien à péter, la quéquette à l’air, la serviette dans les mains, le cheveu propre et luisant. Parce que le type qui a la quéquette à l’air, il adore prendre une douche après l’effort, là, juste ici. Il pourrait, comme moi, rentrer chez lui tranquillement. Non, ce gars-là a pris un très grand sac avec toutes ses affaires de rechange, son shampoing, son peigne, son parfum, tout quoi. Il n’a pas le choix. Ce type aime aller au bout de son loisir, un loisir qui comprend la douche et l’exposition de ses roustons.
Vestiaires
Pour ma part, je déteste me montrer nu au vestiaire des hommes. Iriez-vous montrer votre zigounette à des types en fin d’une réunion commerciale ? Ou à des clients ? Non. Alors c’est quoi le motif ? Sous prétexte qu’on pousse la même fonte, qu’on se regarde dans les mêmes miroirs, et qu’on se change dans le même club, nous serions dédouanés et aptes à observer nos glands ? Non, je dis non.

Je range mes affaires dans le placard, ferme le cadenas et glisse la clé délicatement dans mon short. Avec moi, je prends la petite serviette. Car c’est obligatoire, comme il l’est écrit un peu partout sur des feuilles A4 imprimées à l’ordinateur de l’accueil (typo Comics, corps 46), il faut poser une serviette sur les appareils pour chaque usage. Sans doute certains transpirent-ils abondamment de la raie et il y aurait eu des plaintes…

Je commence mon petit circuit, comme d’habitude par le vélo. Je positionne la selle à la bonne hauteur, observe le tableau de bord. Aujourd’hui je choisis le programme automatique. Poids. Âge. Niveau. Motivation. La machine règle elle-même la difficulté pour les 15 minutes à venir. 15 minutes à pédaler comme un con en observant le cours d’abdos fessiers qui est juste en dessous, sous mes yeux. C’est bien foutu cette salle, tout le monde voit tout le monde : c’est l’open space de la raie, sur fond de musique techno-salsa hyper rythmée, hyper forte.

J’aime observer les femmes qui sculptent leurs derrières (la la la), quel que soit leur âge, quel que soit leur destin. Elles sont venues, à l’heure, pour lutter contre la disgrâce. Courageuses mères de familles, toujours elles, qui ont un jour décidé qu’elles étaient femmes avant tout, et que leur pouvoir était entre leur cuisses. Magnifiques, elles suivent avec application les consignes de la petite prof toute mignonne, coinçant le bâton derrière la tête comme il faut, penchant le buste à angle droit, sautillant doucement, les épaules parallèles au sol… Tous ces termes qu’on entend qu’ici, sur le parquet lustré, devant ce grand miroir qui reflète la lenteur de leur efforts mais la beauté de leur lutte.
ToutousLa prof d’aérobic a vraiment un trop beau derrière. Je ne cesse de me le répéter tandis que j’aborde le 5ème kilomètre. C’est normal ceci dit, c’est son job, mais quand même. Attention roulement de tambour, voici l’instant que je préfère ! La monitrice, soudain, donne l’ordre à ses vingt ouailles de se mettre à quatre pattes, sous mes yeux involontairement sollicités. Vingt-et-une paires de fesses me tendent leur évidence.

Caligula_oneJe suis Caligula et Sade réunis, trônant sur mon harem, dompteur d’un troupeau de fesses offertes, magnifiquement moulées dans leurs tenues sur lesquelles la sueur, par endroit, révèle l’intensité de l’effort. 21 croupions de toute beauté, et de toutes les formes. J’ai repéré celle-ci, la trentaine. On sent qu’elle vient souvent… Une ligne parfaite, les cheveux attachés en queue de cheval, un petit tee-shirt qui remonte assez haut. C’est le clip d’Eric Prydz qui se joue sous mes yeux, elle en est la meneuse de revue. Elle et la prof sont des bombes tectoniques… Je pédale comme un boeuf. 10 kilomètres, cramponné à mon guidon, émerveillé de ce spectacle de chair humaine, de formes exquises et de fantasmes musclés.

Normal_41901
Comment ça ? Non. Pas du tout je ne suis pas un cochon. Il n’y a rien d’exceptionnel ou d’anormal à admirer les courbes de jeunes femmes en plein effort. D’ailleurs, je les vois bien aussi toutes celles qui, de la même façon, jettent des petits regards en coin dans la salle de muscu, où tous les pousseurs de barres font gonfler leur biceps. Des petits regards discrets, l’air détaché, comme si de rien n’était. Mais personne n’est dupe. La salle de sport, plus que n’importe quel lieu, est le centre vital de l’observation. Observation de soi-même. Observation de l’autre, comparaison, admiration.

"Celui-ci est vraiment bien foutu, dommage qu’il ait une sale gueule. Ha ha ha… Oui mais bon, c’est vrai qu’il est bien foutu…"

Dieux_du_stade_2007_fesses
Si je veux figurer dans le prochain calendrier du Stade, il ne me faut pas mollir. Je passe au rameur. A ce moment-là, une somptueuse jeune asiatique vient s’assoir juste à côté de moi, sur le rameur voisin. Elle porte des gants de pro, une tenue affûtée, l’iPod dans la culotte et le rythme dans la peau. Tic tic, elle pianote le programmeur à toute vitesse, tandis que j’en suis encore à essayer de coincer mes pieds dans la sangle. Et c’est parti. Le sosie de Lucy Liu se met à ramer à toute vitesse, le dos droit, la respiration tranquille. Je peine. Lucy_liu
Ne pas tarder, ne pas me faire distancer. Je suis un homme, un vrai, c’est pas une petite souris qui va me la faire… Intérieurement je suis carbonisé, mais j’ai le goût de l’effort et l’orgueil sensible…

J’ai programmé 10 minutes. Ma séance se termine, la Ninja continue. Je suis bien obligé de m’arrêter. Elle a commencé avant moi et va finir après. La honte. J’arrête de ramer et respire calmement. Pour le coup, je constate qu’elle ne m’a pas regardé une seule fois, même en coin. Rien à péter. Faudrait-il donc que je montre ma quéquette pour qu’elle daigne m’apercevoir ? C’est donc ça l’esprit de cette salle ?

Je me retrouve aux ateliers. Les mecs qui sont là sont tous deux fois plus musclés. J’imagine qu’avant d’en arriver là, ils ont eux aussi vécu des phases intermédiaires. Je prends la suite de ce gars qui ressemble à Stallone mais en petit. Je pose ma serviette, me concentre, pose les mains sur les poignées. C’est un exercice pour les épaules, idéal pour commencer. MMmmmmffffff… Les trois types me regardent. Ils ne sourient même pas. Pourtant je n’ai pas décollé d’un millimètre. Le gars d’avant avait mis la barre très haut, soixante kilos je crois… Mmmmmffff… Laisse tomber, c’est trop lourd.

Sans les regarder, faussement concentré, je remets le crochet à 15, histoire d’être sûr de décoller ce coup-ci, quitte à remettre plus lourd si je me sens à l’aise. Nickel. La stratégie marche au poil et les gars retournent à leur basse besogne. Quant à moi je tremble de partout. Ce n’est rien 15 kilos quand on y pense, mais quand on n’a pas fait ça depuis dix ans et qu’on est encore un peu gris du dîner de la veille, ça tremblote dans la chique molle et on n’est pas fier.

En bas, ça continue de stepper au rythme des cris de la monitrice qui compte et un, et deux, et trois, et quatre cinq six. Les femmes ont une résistance à toute épreuve. Les quelques types qui se sont glissés dans le cours en bavent comme jamais. L’un d’entre eux a jeté l’éponge est s’est écroulé sur son tapis individuel. “Allez, Jean-Jacques !”, gueule la prof. Visiblement, Jean-Jacques est un habitué, je le soupçonne de venir ici pour de mauvaises raisons… Sacré Jean-Jacques !

Je quitte la salle après une heure d’effort. Je rentre au vestiaire pour hommes dans lequel un type à poil est en train de parler à un autre type qui se coiffe. Il a un petit zizi et je me demande pourquoi il le montre ainsi, à tout le monde. Façon de montrer qu’il s’en fout ? Peut-être ne s’en est-il pas rendu compte ? Il discute, et je l’aperçois qui se la touche par moment, comme pour vérifier sa présence ou, peut-être, tenter de lui faire gagner quelques centimètres, dans l’urgence. Je ne regarde plus, ça ne m’intéresse pas. Je ne suis pas ce genre de mec qui va à la salle de sport pour mater les autres…

Plus haut, plus fort, plus loin. Dépasser ses limites.

En cadeau, une séance d’aérobic comme on les aime…

http://www.dailymotion.com/swf/2JmnrQ9zs06SBJLZ
Call on me
Uploaded by xMissy
Publicités
20 commentaires leave one →
  1. septembre 17, 2007 4:01

    Ahaha, inénarrable salle de sport et vestiaires!!! J’adôooore! (Tout pareil, ici: http://amoitiemoi.com/index.php?2006/11/06/430-un-peu-de-douceur et là: http://amoitiemoi.com/index.php?2007/06/23/617-madame-pipi) ;DDD

  2. septembre 17, 2007 4:25

    tu veux dire que tu remets tes vetements sur toi tout degoulinant de sueur… C’est degueulasse 😉

  3. septembre 17, 2007 4:27

    Et les pétasses de Toutoutouyoutou elles sont où? 🙂

  4. septembre 17, 2007 4:54

    J’hallucine !
    Entre les mamans à l’école et la salle de sport tu es chaud Vinvin !
    Un conseil, pour le bonheur de ton couple, remets toi vite à la bonne chère, ça vaut mieux.
    (NB: les mecs au régime et au sport sont frustrés et finalement de très mauvais b……rs).
    😉

  5. septembre 17, 2007 6:26

    C’est la 2ème fois qu’Emery prend le contrôle de ton corps (ou de ton blog), je suis un peu inquiète … ;D

  6. septembre 17, 2007 7:03

    pas terrible cette séance d’aérobic, n’avais-tu point, par le passé, filmé une séance bien plus « hot » avec Davina il me semble (ou bien etait-ce Véronique)et d’abord, c’est pas des pétasses mais les heroïnes de ma jeunesse

  7. septembre 17, 2007 8:59

    Putain tu m’as donnée envie de refaire du sport !
    (Pas pour montrer mon gland, je precise)

  8. septembre 17, 2007 9:08

    Tout pareil, je sors jamais ma zigounette dans les vestiaires !

  9. ouam permalink
    septembre 17, 2007 10:13

    En tout cas pour le clip c’est pas le même réal que la pub oust 3 in 1 !!!!
    Chawing !!
    Je pense que j’en ai fait un trou dans mon slip !!

    Hum pardon … vais aller me coucher moi …

  10. lôtre permalink
    septembre 17, 2007 10:14

    Excellent !!!
    Euh, la serviette obligatoire, ce serait pas pour ceux qui s’excitent trop à mater le cul des body-bulleuses à l’entrainement ;-)?!?
    En tout cas c’est courageux, Vinvin de s’imposer ces séances de musculation. La pratique intensive du sport, les foules, et la promiscuité sont trois des innombrables raisons qui font qu’on ne me verra probablement jamais dans ce genre d’endroits.
    Pour garder un semblant de ligne je m’impose quelques exercices musculaires simples tous les soirs du lundi au vendredi,quelques mouvement avec un bullworker, des bouteilles d’eau, quelques pompes, quelques tractions tout ça 20 minutes par jour en regardant la télé. C’est parfosi un peu pénible mais ça marche (sauf ces derniers mois de vacances ou j’ai cessé tout ces exercices pendant plusieurs semaine et comme dans le même temps j’ai fait quelques excès au niveau de l’alimentation j’ai maintenant moi aussi quelques kilos à perdre (3 kilos) qui vont , cette fois-ci me demander plus de temps et d’efforts (ça doit être l’âge, sans doute !)

  11. lôtre permalink
    septembre 17, 2007 11:03

    Costanza >Je suis d’accord, faut pas toucher aux héroines de notre enfance ! Moi j’avais un faible pour Davina (je crois que c’est la brune, mais je suis pas sur non plus !) Aaaahhh Véronique et Davina, avec le générique sous la douche !!!…..Euh… quelqu’un aurait une serviette ?!?
    Ah , Ah je suis content, je viens de soulever deux pacs d’eau (2 x 9 litres donc) à bout de bras et à hauteur d’épaules pendant au moins 4 secondes.
    Bon, quand je faisais ça ,il y a quelques années, je pouvais rester au moins 10 secondes, mais à mon âge avancé 4 secondes sans s’être échauffé, c’est pas mal, hein ?!?* (au moins pour mon égo !)
    Paskeu les lopettes huilées de ton club là, vinvin , y peuvent toujours exhiber leur bidoche de boucherie chevaline de course (dopés aux hormones) je suis sûr qu’ils s’envolent au moindre pêt de Pincher nain (neurasthénique)!
    Non, non, je ne suis pas blessé dans mon orgueuil de Français moyen, et pour tout dire j’ai de la compassion pour tout les bodybulders qui sont tombés dans l’engrenage du « toujours plus » dans la pratique de ce sport, car en plus d’être parfois disgracieux (y a qu’à voir la photo au dessus ) quand c’est pratiqué à outrance ce n’est pas forcément bon pour la santé !
    Cela mis à part j’adoooore particulièrement ce clip ! (C’est aussi bien que Davina sous la douche !)
    COWAAL MIIIIIIII ! COWL MI! COAALLL MIIIIIIII ! COWL MI ! COAALLL MIIIIIIII ! COWL MI ! COWAAL MIIIIII!…..
    TOUTOU TOUYOUTOU! TOUTOU TOUYOUTOU ! TOUYOU TOUYOU TOUU TOU TOUTOU YOU TOU !
    COWAAL MIIIIIIII ! COWL MI! COAALLL MIIIIIIII ! COWL MI ! COAALLL MIIIIIIII ! COWL MI ! COWAAL MIIIIII!…..
    TOUTOU TOUYOUTOU! TOUTOU TOUYOUTOU ! TOUYOU TOUYOU TOUU TOU TOUTOU YOU TOU !
    COWAAL MIIIIIIII ! COWL MI! COAALLL MIIIIIIII ! COWL MI ! COAALLL MIIIIIIII ! COWL MI ! COWAAL MIIIIII!………
    Pour ceux ou celles qui voudraient essayer, je signale qu’il y a des risques de déboitement d’épaule et autres luxations ou fractures, alors attention, la prudence est de mise.

  12. septembre 18, 2007 1:46

    Bon, et véronique et davina sous la douche, ça claque toujours autant avec 25 ans dans les abdos?
    Des bizettes

  13. septembre 18, 2007 3:14

    Ah ah ah, tu justifies enfin le malin plaisir que j’ai pris à ne surtout pas regarder les mecs à la salle! Yep!

  14. septembre 18, 2007 10:02

    C’est pour toutes ces raisons et des choses comme ce fameux clip que je ne peux plus aller soulever de la fonte en salle de sport : je craquais un short Adidas par séance : ça revenait beaucoup trop cher !
    Sinon, j’ai un de mes amis qui est très proche de « L’homme dont il ne faut prononcer le nom mais qui fait s’écrouler des tours », et il parait que c’est un fan du clip aussi.

  15. cocolastico permalink
    septembre 18, 2007 10:23

    Bon c’est décidé j’arrête le jogging et me mets à la muscu, le clip m’a convaincu…!
    Elle est ou cette salle…?

  16. basco permalink
    septembre 18, 2007 10:31

    …je ne m’attendais pas à transpirer autant (sans rien faire, ou presque…) en venant lire ton blog ! Damned ! Comment ce gars peut-il continuer son aérobic sans cacher son …bic ?¿!

  17. wonderfull_zezettte permalink
    septembre 18, 2007 10:43

    Peut etre faire un nouveau blog : Le CSMFCV ! blog du comité de soutien des mères de famille contre vinvin…

  18. septembre 18, 2007 10:55

    moi, je vais à la salle de gym, y’a que des gonzesses… sauf les profs ! ça s’appelle « lady fitness »… un truc à rendre fou, non ?…

  19. Sixpacka permalink
    septembre 18, 2007 2:18

    Ah ah ah. Je suis mord de rire.
    Tu veras les crampes demain. Je suis sûr que tu vas être une semaine sans retourner pousser de la fonte. Un petit conseil si tu as mal aux bras, au dos ou aux pecs… c’est encore pire au niveau des jambes!!!
    Courage Vinvin je suis passé par là moi aussi (mais à force de persévérance j’ai fini par y arriver)

  20. septembre 21, 2007 12:56

    Tant de solitude… Essaie la piscine. Plaisir de doubler fluide des vieilles qui ahanent, et sans transpirer. Même si t’es mouillé quand même et de fait. Désolée les garçons, mais une musculature de nageur est quand même plus appétissante que des pectoraux dilatés. Non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :