Skip to content

(FR) Ma colonne vertébrale

novembre 11, 2007

L’un de mes blogueurs favoris est devenu un pote. Une plume de fer dans un coeur d’or. Ce matin, après une grosse journée de pluie qui ferait ressembler San Francisco à un Dieppe de Toussaint, le soleil brille à nouveau à travers mes rideaux. Je me redresse tranquillement dans mon lit, saisissant machinalement mon ordi, comme d’autres iraient pisser ou enfiler leurs lunettes. 642 notes en retard, qui vont des 56 résultats de l’Équipe (je suis les matchs nuls du PSG à distance) aux 47 news du Monde en passant par les 16 de Techcrunch. Mais chaque jour, mon premier regard, qu’il neige, qu’il pleuve ou qu’il vente, va sur la ligne "Resse ? Pire encore!". Quand c’est en gras, c’est qu’il a écrit quelque chose et je me réjouis comme lorsque chaque mercredi, étant enfant, je pénétrais chez Cassan, une librairie disparue dans laquelle j’achetais Pif Gadget et quelques carambars à 20 centimes.

Ce matin, je ne sais par quel miracle, il y avait 4 notes en retard. Imaginez ma joie. Je n’ai pas été déçu. On trouve parfois chez l’autre des textes ou des pensées qui font écho. Chez Hervé, c’est quasi systématique. Je ne dis pas que je suis d’accord avec tout, mais j’adhère à la manière et à l’extrême cohérence de sa ligne de conduite. Je suis fan des mauvais caractères, des ambitieux et des cyniques. Je me réjouis donc de ses combats, contre les abus de langage et de l’existence, contre la connerie banalisée et l’hypocrisie, les culs béni oui-oui et les adelphités. On le taxe parfois (lui en premier) de ronchon conservateur ? Non. Sensibilité à fleur de peau et goût pour le vrai, le tout enroulé dans quelques feuilles de tendresse, comme un rouleau de Printemps farci à la liberté.

Je ne sais pas pourquoi j’écris tout ça ce matin, sans doute est-ce la lecture de ses notes qui me l’ont inspiré. Au début, je voulais réagir à son dernier post qui parlait de "colonne vertébrale"  : "Et j’essaie au-delà de l’évolution personnelle, des contradictions,
erreurs, confusions, errements, doutes… d’identifier ce qui est resté
intangible, solide, formerait, au fond, ma colonne vertébrale
identitaire, l’invariant structurant. Ce qui au soir de ma mort
(j’aimerais mieux mourir un soir, oui, juste avant de passer à table, à
l’heure même où je suis né, 18h30.) je saurais enfin dire qui était ce gros con avec lequel j’aurai passé ma vie."

Des simples phrases qui vous font lever les yeux et penser à vous-même. Vous faire penser à vous, exprimer mieux que vous, à un moment, ce que vous ressentez de façon persistante. Cette colonne vertébrale identitaire, c’est passionnant. Savoir qui je suis, et ce qui me constitue. Et remplacez gros con par qui vous voulez, vous peut-être. Au soir de ma vie, comment pourrai-je regarder en face celui que j’ai été, et quels sont ces vertèbres qui m’auront tenu jusqu’à là ? Le rêve ? La famille ? Le respect ? Les amis ? Ou pas. Où est ma vérité ? N’aurais-je pensé qu’à moi ? Ou pas du tout finalement…

Je voulais donc écrire tout ça mais je me suis laissé emporter par sa plume. Alors tu m’excuses mon ami, je sais que les louanges c’est pas ton truc. Pas le mien non plus d’ailleurs, mais bon, de temps en temps ça fait du bien de dire tout haut ce qu’on pense tout haut. Pi c’est pas grave le petit mensonge sur les Sex Pistols. J’ai prétendu des années avoir vu Karen Chéryl toute nue dans sa loge après un concert. Je ne vous dis pas la tête de mes copains…

Publicités
11 commentaires leave one →
  1. novembre 11, 2007 6:12

    Voilà pourquoi, envers et contre tout, je continue à passer chez Vin² chaque jour.
    Pour de tels billets. Je finis toujours par être récompensé de venir. Et Hervé Resse n’y est pour rien, même si quand même.
    Quant à Dieppe à la Toussaint, je préfère le voir à San Francisco qu’à Dieppe (proverbe Picard – ou Breton).

  2. Za Zens permalink
    novembre 11, 2007 6:42

    Yeah.

  3. novembre 11, 2007 6:52

    « La sensibilité c’est la richesse des hommes » les amis. Oui oui c’est de moi (je m’étonne moi même), enfin je dis ça ou rien c’est pareil. Sinon moi aussi j’aime bcp vous lire tous les deux!
    à bientôt

  4. novembre 11, 2007 7:04

    C’est vrai, « Resse ? mieux encore » est irremplaçable…

  5. novembre 11, 2007 7:05

    elle était comment Karen Chéryl ?
    c’est vrai, tu l’as… ?
    whaouh, trop fort !

  6. matthieu permalink
    novembre 11, 2007 7:19

    « après une grosse journée de pluie qui ferait ressembler San Francisco à un Dieppe de Toussaint »
    pour une fois que c’est pas les bretons qui prennent …
    sinon je suis comme andrem, je viens chaque jour voir s’il y a de nouveaux articles ou non car j’adore ce blog et tout ce qui se raconte.
    continue comme ca !

  7. novembre 11, 2007 9:29

    Quand un de mes chouchous parle de mon autre chouchou, ça donne par exemple ça : « un rouleau de printemps farci à la liberté » ! Pas belle la vie, racontée par le cow boy du blog ? Bien vu, Vinvin.

  8. lôtre permalink
    novembre 11, 2007 9:36

    Ouais, c’est bien gentil toute cette franche sensibilité consensuelle et que « moi je mens pas choix de boire , choix d’enfer, si je mens je vais pas m’en faire ! » mais il se trouve que nous ne sommes pas dupes camarade, sur ce blog on nous cache des choses on nous spolie (et je suis poli). Je vous somme donc Vinvin de répondre illico-Frisco aux questions que tout le monde (enfin ceux qui n’ont pas oublié) se pose ,c’est à dire :
    -Mais qui c’est le président du club des amis de la Poire ???
    -Et la mystérieuse bloggeuse aux oeufs mystérieux, qui c’est ???
    -C’est quoi au juste le projet « AURORA » ???
    Si vous ne voulez pas répondre tout de suite, il y a bien une solution qui pourrait nous faire patienter c’est de lancer le « Jeu de mot de l’apéro du Dimanche midi à Frisco pour les lecteurs sincères de la vieille europe (et d’ailleurs, d’ailleurs aussi)
    Même un sunday play of words serait le bienvenu ou un Géo pardi !, un Léopard dis , un Trucquiseterminpardi, et dans la langue du chat qu’est pire (miaooeww ! )
    « How dou youtube hope oil ? »
    PI> Moi j’aime bien dire Frisco , ça me donne envie de manger des trucs frits ( des frites, fish and chips (jamais gouté )ou des haricots frits (une recette brésilienne ,je crois )

  9. novembre 12, 2007 8:44

    bien bien bien ! reste plus qu’a visiter cet Hervé Resse

  10. Sans Francis...cow ! permalink
    novembre 12, 2007 3:48

    « Ray aspire Hank ? Hore ! »
    « Répit en Caux ? Reuh.. »
    « Tresse, spire and cow.. »
    « Très pie, rend (Al) Gore »

  11. novembre 14, 2007 1:09

    Et quand est-ce que c’est mon tour?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :