Skip to content

Je crois que je vais m’acheter ce livre…

avril 23, 2008

"La philosophie d’Emmanuel Levinas". Quand j’ai lu le resumé, je me suis dit que ça allait m’aller comme un gant.

Levinas
"Ce livre opère une lecture transversale de l’oeuvre de Levinas
afin de mettre en évidence la manière dont le penseur a profondément
modifié, sur le plan conceptuel, l’approche des trois disciplines
majeures de la philosophie : la métaphysique,
l’esthétique et l’éthique. En ce qui concerne la métaphysique, le débat
fondamental avec Heidegger est principalement abordé à travers la
déstabilisation que Levinas fait subir, à l’intérieur d »Etre et Temps‘, à l’analytique du Dasein, dans l’examen des notions de monde,
d’essence et d’existence, de transcendance, de triple structure du
souci, de néant et d’angoisse, de l’être pour la mort. Cette critique
de l’ontologie heideggérienne ouvre la pensée de Levinas sur un domaine qui a été peu analysé jusqu’à présent : l’esthétique. Celle-ci
engage en particulier l’examen, sur le plan phénoménologique, du rapport à Sartre, Merleau-Ponty et Blanchot. Loin de frapper l’art du sceau du rejet, sinon du mépris, ainsi qu’on l’a parfois soutenu, c’est une véritable fonction ontologique que Levinas attribue à l’art,
dès lors qu’il y perçoit, dans ce qu’il définit comme un entre-temps,
la structure sensible de l’être. Son éthique, quant à elle, s’efforce
de dépasser, via notamment les notions de visage, d’infini et de
diachronie, mais en se référant à Bergson également, les catégories traditionnelles dans lesquelles le rapport à autrui a été pensé ou, plutôt, esquivé."

Prout.

Publicités
24 commentaires leave one →
  1. avril 23, 2008 5:55

    c’est de la pub pour evene?
    :))

  2. avril 23, 2008 6:37

    ahahah
    J’aime bien le  » ou, plutôt, esquivé. »
    (qu’est ce qu’on ferait pas pour séduire les petites poules, Emmanuel Levinas !)

  3. avril 23, 2008 6:58

    Le résumé est un rien vaporeux, mais intéressant !

  4. avril 23, 2008 10:34

    Je me suis arrêté à « comme un gant » en me disant que putain de merde, mais où sont passés mes gants ???. Je sais l’hiver est fini mais bon si je veux aller manipuler du foin, ça me servirait bien…
    C’est con ce truc. Comment je fais moi maintenant ? Je sais, y à pire comme question métaphysique, mais j’aimais beaucoup l’esthétique de ces gants. je les avais payer une fortune au drugstore du coin. D’ailleurs, quand j’y pense, une paire de gants à ce prix là pour de la laine tricotée, c’est pas très éthique.

  5. avril 23, 2008 11:37

    J’aime beaucoup la fille de l’auteur. Claudia, c’est ça ?

  6. ouam permalink
    avril 24, 2008 12:49

    Sur le bandeau rouge c’est marqué: « Sponsored by Doliprane »
    Si ça c’est pas du Name Dropping j’y comprends que dalle !!

  7. avril 24, 2008 10:07

    Tu as bien raison, il mérite la lecture, et ça ne donne pas mal à la tête. C’est une saine lecture de quarantenaire ou même avant 😉
    Dans la même veine, je te conseille la lecture de son camarade Marc Alain Ouaknine, un rabbin qui fait aussi de la poésie et converse avec les autres religions.
    Dans la même « famille », je te conseille de te pencher sur Paul Ricoeur, décédé récemment, qui a exploré les mêmes territoires. C’est bouleversant de voir de grands esprits comme ceux-là être si bien en prise avec la vie quotidienne, la vie d’homme, avec ses choix minuscules, ses gloires secrètes et ses lâchetés jamais insignifiantes.
    Au pire, tu auras trouvé les remèdes parfaits à l’insomnie de l’expatrié 🙂
    Bonne lecture

  8. marie pé permalink
    avril 24, 2008 11:52

    ah merci !
    je lis « les tribulations d’une migraineuse » je vais le mettre en stand by pour le finir après la lecture de celui-là !
    rho ! y a des gens qui lisent ça en vrai ? non ?
    j’aime beaucoup ta conclusion !

  9. cocolastico permalink
    avril 24, 2008 3:05

    ….

  10. Min&Fi permalink
    avril 24, 2008 5:29

    … et finalement, il dit quoi sur les JO de Pékin?

  11. phil permalink
    avril 24, 2008 5:34

    moi qui avais toujours cru que les 3 disciplines de la philosophie consistaient à nager la brasse coulée, pédaler dans la semoule, courir à côté de ses pompes. merci de me remettre dans le droit chemin !

  12. yep permalink
    avril 25, 2008 1:12

    De toutes façons, la philosophie, c’est prout.
    Et la politique aussi.
    Sans parler de la sociologie, voire de la psychanalytique.
    Et internet aussi…
    Euh… ah non… pas internet…

  13. Petit Vélo permalink
    avril 25, 2008 11:15

    Il convient de préférer « la Vinasse », surtout de qualité, à ce Levinas qui manque de ce petit gout de (re)venez-y, indispensable aux bien être des honnêtes gens.
    Pour ceux qui à ton image Vinvin souhaiterait persister dans la découverte de cet océan de … déstabilisation, il convient de faire précéder d’une solide mesure du premier pour aborder le second suffisamment « décontracté » pour en saisir la substantifique moelle.
    In LaVinasse Veritas !

  14. Céleukiki permalink
    avril 25, 2008 4:41

    Ne vous moquez pas des oeuvre de Leonidas SVP ! C’est pas bien !

  15. Pierre-Paul permalink
    avril 25, 2008 5:54

    Je m’excuse mais là je trouve ça de la démogagie à 2 balles…Je ne dis pas que l’explication du livre est limpide, la philosophie de Lévinas n’est pas simple d’accès (moi même je me déclare incompétent). Mais là, j’suis un peu déçu…Oui, oui, j’ai compris que c’était de l’humour…démagogue…

  16. Pas philosophe permalink
    avril 25, 2008 10:46

    Facile, facile, ce genre de critique. Elle ne vous honore pas… Vous faites tous une belle bande de poujadistes, doublés de moutons de panurge devant la couardise abjecte de ce billet. Et pourtant j’y connais pas grand chose en philo. Pauvres cons (sarkozystes).

  17. Pas philosophe permalink
    avril 25, 2008 10:46

    Facile, facile, ce genre de critique. Elle ne vous honore pas… Vous faites tous une belle bande de poujadistes, doublés de moutons de panurge devant la couardise abjecte de ce billet. Et pourtant j’y connais pas grand chose en philo. Pauvres cons (sarkozystes).

  18. andrem permalink
    avril 25, 2008 11:22

    Deux remarques, mon cher Vin².
    Levinas est un philosophe de toute première grandeur qu’il n’est pas très élégant de conspuer sous prétexte de texte difficile. Mais j’ai bien compris que ce n’était pas Levinas qui était l’objet de ton ironie, puisque non seulement celle-ci ne s’exerce pas contre lui, mais pas davantage sur le livre de celui qui parle de lui, ce Monsieur Schiffer (un parent?). Ton ironie porte seulement sur le « résumé », mais l’est-ce, un résumé?
    Ce résumé est une caricature de gonflement de cheville d’incompétent majuscule. Un alignement de références pour étaler son érudition, d’où on ne peut rien tirer de philosophique, ni même de compréhensible à nous pauvres pêcheurs.
    Alors nous avons en main les deux termes du débat: un philosophe difficile mais précieux, qu’on n’a pas lu mais qui imprègne le monde de la pensée même lorsqu’on ne l’a pas lu, et le résumé d’un commentateur probablement enthousiaste mais pourquoi le lire si on peut travailler sur Levinas lui-même? Faut-il s’occuper du petit morveux qui résume tout cela du haut de son tabouret à trois pattes (isostatique donc)? Ce serait lui donner l’importance qu’il n’a pas et signaler à l’éditeur qu’avoir un résumeur pareil va lui plomber les ventes, il ridiculise la pensée des deux autres avant même qu’elle se soit développée à nos yeux, il ouvre la porte aux quolibets des petits marquis.
    Ton ironie m’a plu. Les quolibets beaucoup moins, mais tu en fais ce que tu veux, hein. Tous dans le même sac; Emmanuel Levinas en a vu d’autres.

  19. Pseudo ! permalink
    avril 27, 2008 1:16

    C’est bien le même Levinas qui affirmait : « La vie est un tissu de coups de poignards qu’il faut boire jusqu’à la lie… » ?
    Quand il a dit çà, il a tout dit !

  20. avril 27, 2008 8:09

    J’espère que tu me le prêteras quand tu l’auras fini…

  21. avril 28, 2008 8:45

    Tu vas t’acheter un livre ?
    Quelle aventure !

  22. Jean-Michel permalink
    avril 29, 2008 1:53

    Oh moi je préfère Muray: c’est un homme de droite de qualité (M. Resse) qui le recommande. Il paraît même qu’il a dit des choses très justes sur Cali, Ségolène Royale, enfin des trucs qui nous intéressent trop nous les jeunes de droite qui bougent.

  23. avril 30, 2008 12:41

    Pardon, mais j’ai lu Levinas à 18 ans et je n’ai pas trouvé ça chiant du tout. En plus il est décédé récemment et figurez-vous que c’était un des derniers philosophes français vivants. Enfin bref, il n’y a pas que le pognon dans la ie, il y a aussi l’esprit qu’il faut faire fonctionner hein.

  24. Celeukiki permalink
    mai 7, 2008 3:06

    Moi je trouve ça bon le Leonidas et je suis d’accord avec le dernier comment, c’est pas chiant du tout le chocolat noir … au contraire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :