Skip to content

Pourquoi n’y a-t-il pas de prêcheurs en France ?

juin 30, 2008

Picture_27_2
Sérieusement. Ce matin je regardais mon "minister" favori, Joel Osteen. Un sourire Ultra bright, un faux air de Dustin Hoffman et David Hasselhoff réunis. Je suis resté scotché à l’écouter m’expliquer comment gagner un "meilleur moi". Fermer la porte aux pensées négatives et, de la même facon que je ferme ma maison le soir en allant me coucher pour éviter les menaces, je dois empêcher les pensées inutiles d’envahir mon cerveau. Le tout sur fond de numéro vert, de DVD, de livre et de alleluhia. Alors OK, hormis le sot qui mal y pense, comment se fait-il que nous n’ayons pas cela chez nous ? A part Bigard ou Springsteen, qui réunit 50 000 personnes dans un stade pour faire de moi un meilleur moi ? Sommes-nous trop cyniques ? Moins naifs ? Moins ouverts ? Pas assez croyants ? Quelle est cette difference culturelle qui explique cela ?

Picture_25
Picture_24

Publicités
17 commentaires leave one →
  1. juin 30, 2008 6:56

    C’est du a la pratique de la religion aux USA. Les évangélistes y ont de longue date étaient très actifs et le sont encore plus aujourd’hui. Il suffit de mettre les pieds dans une église aux USA une fois et une fois en France pour comprendre la différence.
    Par ailleurs je crois que le pourcentage d’américains croyant en Dieu (80 % d’après newsweek) est un paramètre non négligeable quant au succès des preachers. Et puis c’est un commerce aux USA, les Français aiment pas trop payer pour ce genre de performance, ils préfèrent peut être aller chez le psy.

  2. juin 30, 2008 7:06

    Ahhhhh j’adore!!! J’ai acheté « Become a Better You » pour mon chéri français et il était mort de rire. Lui aussi il est fan, il compte démenager aux USA pour commencer sa propre église et vendre sa réligion à la télé. 🙂
    Mais sans rire, c’est vrai que nous les américains sont attirés par ce genre de chose. Je crois qu’on a réussi à modernisé la réligion plus que vous. On tourne vers l’église pour l’inspiration, pour trouver une nouvelle confiance en soi. On demande à nos amis de prier pour nous, que ce soit pour trouver une belle copine ou changer de boulot.
    Anyway….
    j’écrirais plus mais je dois partir à l’aéroport 😉 à bientôt dans mon magnifique pays!!!
    God Bless You Vinvin 😉

  3. juin 30, 2008 7:07

    Je dirais qu’il manque un poil d’innocence, un brin d’optimisme, et sans doute un excès de cartésianisme à nos compatriotes pour se laisser bercer par ce genre de bonhommes!
    Il suffit de se ballader un poil sur les routes perdues de l’ouest (enfin, à l’est de SF) pour se dire que si les mecs qui sont arrivés là en premier n’avaient pas de l’optimisme à revendre, beaucoup de « curiosité »; ils se seraient arretés en route! Il leur a aussi fallut beaucoup de remise en question pour croire ce qu’ils ont du découvrir jour après jour!

  4. juin 30, 2008 7:24

    Notre indéboulonable cynisme… c’est ce qui fait notre rafinement, notre intelligence et notre culture. Ce qui fait aussi qu’une certaine amérique nous admire…
    Hey d’ailleurs tu connaissais les Flight of the Conchords et leur Foux de Fafa??? check http://tinyurl.com/6enfmc
    bises 🙂

  5. juin 30, 2008 7:32

    Je pense que nous sommes trop sceptiques en France vis-à-vis de la religion, et peut-être plus méfiants aussi en règle général.

  6. juin 30, 2008 7:54

    Mais nous on a JEAN PIERRE PERNAULT ! C’est pas beautiful ça ?

  7. juin 30, 2008 9:17

    Parce qu’il y a déjà les syndicalistes !

  8. matthieu permalink
    juin 30, 2008 10:10

    je pense que le croyant en France se satisfait très bien de son église, il n’a pas besoin de participer à ces shows à l’américaine pour essayer de trouver un meilleur moi.
    Je pense aussi que ces grandes communions font aussi peur.

  9. juin 30, 2008 10:13

    ah ben j’allais dire comme Valerie…
    Jean-Pierre Pernault, Julien Courbet, Delarue… ok, c’est pas très catholique tout ça, mais ça ressemble fort à des precheurs qui veulent nous sauver

  10. juin 30, 2008 11:02

    Parmi beaucoup de choses, je crois que l’apport de la culture des esclaves n’est pas négligeable. Avec leurs chants et leut enthousiasme dans la foi, ils ont apporté une joie voire une allégresse dans le temple même, impensable (sauf aujourd’hui) chez les cathos. Tu sais, enthousiasme, ça veut dire habité de Dieu ou des dieux, c’est un mot que nous connaissons édulcoré, mais qui désigne la transe, en fait.
    Par ailleurs, il y a une tradition de la foi des pionniers à l’origine assez puissante pour traverser les océans et refaire sa vie, ce n’est pas rien, sans parler de traverser l’histoire. Tu imagines ici, le président jurer sur la Bible?
    Depuis les Lumières, les français sont éduqués à poser un regard suspicieux sur l’église laquelle n’a condescendu à s’abaisser au peuple qu’avec Vatican II, entre autre. L’église romaine n’a lâché la messe en latin que très tardivement, courant XXe siècle, tandis que Luther a traduit la Bible et l’a mise dans les mains des huguenots allemands dès la Renaissance avec des prêches en langue vulgaire dès cette époque. Il y a comme une différence dans la relation au peuple.
    Par ailleurs, plus profond dans la doctrine : chaque protestant est le maître de sa foi et de sa morale, il a le texte comme référence, point. Donc il est libre aussi de ses inspirations. Un catho se réfère plus volontiers à son curé, représentant pondéré du Seigneur qui est mon berger, pas de dispersion possible. Enfin, la culture catholique de la culpabilité ( avec la confession considérée par les réformés comme infantilisante) n’est pas super favorable à muscler un joli moi défaillant…
    Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis, peccatoribus, car on n’est pas dans la merde!
    😉

  11. ouam permalink
    juin 30, 2008 12:37

    Le siècle des Lumières … nous on eu ça et ça joue un peu quand même. Ceci dit les prédicateurs ça commence a bien marcher dans la communauté afro-antillaise.
    Ça sera sans moi.

  12. juin 30, 2008 2:50

    Parce que si les Français étaient heureux, ils se feraient grave chier. Le bonheur c’est pour les autres.
    Au passage je suis plutôt fier que les européens fassent preuve de suffisament d’esprit critique et de lucidité pour vomir en majorité les pamphlet du genre de « The Secret ».

  13. juin 30, 2008 5:35

    On n’a pas la même histoire :
    1. La peur des mouvements religieux (plus que de la religion). La religion a été beaucoup utilisée en Europe pour faire les pires choses. Ce n’est pas tellement le cas aux Etats-Unis (jusqu’à maintenant on va dire ^_^’).
    2. Les grands orateurs éveillent la méfiance en Europe, pour les mêmes raisons.
    3. Et le cartésianisme qui impregnent l’idéologie française. Le pessimisme est aussi bien impregné en France…
    On pourrait trouver pas mal de raison. Personnellement, je trouve que ce n’est pas plus mal (mon côté anti-clérical ^_^’)

  14. juin 30, 2008 8:52

    Le point commun entre Clinton, Janet Jackson et ton prêcheur ? Le Mayflower.

  15. juin 30, 2008 9:30

    Moi, je crois qu’on se tourne vers la religion a ce point quand on sait plus vers quoi se tourner. En France, il nous reste toujours les rillettes-cornichons avec une bonne bouteille de pif en regardant domenech faire une demande de mariage a la tele.

  16. juillet 3, 2008 10:11

    Parce qu’ils n’arrivent pas à régler leurs problèmes sans faire appel à un psy, un avocat ou un prêcheur, ils ont besoin d’être guidés par quelqu’un de charismatique et de s’en remettre à lui… un peu comme un troupeau de moutons qui suivent leur berger aveuglément.
    Comme vous dites ca a surement des explications historiques et culturelles mais c’est aussi et surtout parce qu’ils sont un petit peu cons 😀

  17. Stelmat permalink
    juillet 16, 2008 11:37

    Je pense que les catholiques sont en fait plus libres que les protestants. C’est peut-être plus rigide au niveau des principes, mais dans la pratique, c’est plus cool.
    Déjà, ce qu’il faut voir, c’est que pour le catholique de base, le pape, c’est quelqu’un qui est loin. Donc, son influence est aussi assez lointaine. Un peu comme un empereur est quelqu’un de lointain pour le gars qui habite au fin fond de l’empire.
    Alors, il y a le prêtre. Oui, mais en général, le prêtre catholique, c’est un petit peu un fonctionnaire. C’est un bon gars sympa qui fait son boulot de prêtre de façon tranquilos. Et là communauté des catholique est une bonne petite communauté pépère.
    Tandis que le prêtre protestant, c’est potentiellement un dingue surexcité. Ce n’est pas un fonctionnaire. C’est un type souvent super motivé. Et en plus, la communauté est elle aussi constituée de types qui peuvent êre à fond dedans (en tout cas certains).
    Donc, au final, le protestant est entouré de beaucoup de mecs qui sont à fond dans la religion. Et, pris dans cette communauté surmotivée, il est beaucoup moins libre que le catho.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :