Skip to content

Ouais.

juillet 2, 2008

Ouais je suis particulièrement content de cette libération. Je ne pense qu’à une seule chose depuis trois heures. Les retrouvailles avec ses enfants. J’imagine vivre cette scène. Apres tant d’années d’horreur, d’angoisses, de maladies, d’humiliations, d’espoirs déçus, de promesses en l’air… Sans deconner, j’imagine les pulsations de cette femme, dans l’avion, quand les portes vont s’ouvrir, elle sait qu’elle va serrer ses enfants dans ses bras, sentir a nouveau leur odeur, toucher leur peau, fermer les yeux. Les larmes intérieures ou extérieures, l’amour pur. Que ces moments-là doivent être forts, atrocement forts.

Mise a jour: Je viens d’ecraser trois larmes en regardant ca…

Mise a jour 2: et je m’etonne toujours de cette forme de distance que l’on a avec ses proches dans ces moments-la. Comme si on etait ailleurs. Qui sont ces gens ? Qui est cet homme ?

http://www.kewego.fr/p/fr/iLyROoafYcPY.html

Arrivée d’Ingrid Betancourt à Bogota – kewego
<p>Images de l’arrivée d’Ingrid Betancourt à l’aéroport de Bogota.</p>

Mots-clés : arrivée betancourt bogota
Publicités
11 commentaires leave one →
  1. ouam permalink
    juillet 3, 2008 12:59

    Ouais aussi.

  2. juillet 3, 2008 5:28

    Je peux même pas imaginer ce qu’elle doit sentir en ce moment… c’est incroyable…

  3. juillet 3, 2008 9:32

    Come toi, je ne pense qu’aux retrouvailles avec ses enfants après ses années d’angoisse. Ils vont enfin pouvoir VIVRE

  4. petitlouis permalink
    juillet 3, 2008 9:41

    moi aussi j’ai ecrasé une larme pour cet instant d’emotion, et une autre pour les otages qui sont encore aux mains des FARC.

  5. juillet 3, 2008 10:15

    ah ben merci, j’avais pas eu l’occasion de voir ces images encore

  6. lOlA2luxe permalink
    juillet 3, 2008 3:03

    Dans ces moments là et je le pense en tant que femme, si j’imagine(certes, c’est difficile mais admettons) les moments d’humiliation qu’elle a dû supporter, comment lui dire que la femme qu’elle est devenue n’est plus la même. Faudra-t-il tout lui dire…

  7. juillet 3, 2008 3:41

    Ce qui est le plus marquant c’est d’imaginer qu’après plus de 6 années de détention, elle reste debout 1 heure 30 sur la piste d’un aéroport en répondant à une horde de journalistes,quand on on pense que certains seraient prêts à tuer pour un avion qui a 12 heures de retard ! Et hop, tranquilou, elle sourit, elle répond aux questions comme si elle revenait de vacances, cette femme a un mental surnaturel.
    Un truc que j’ai trouvé un peu étrange c’est qu’en sortant de l’avion elle s’est arrétée juste devant les escaliers (pour les photos), ok elle symbolise à elle seule dans le monde les otages là bas mais quand même je n’ai pas pu m’empêcher de penser aux autres ex otages dans l’avion, à la place de l’un deux je n’aurais pas pu attendre un quart de seconde de plus, j’aurais sauté par la fenêtre s’il le fallait et j’aurais couru le plus rapidement possible jusqu’à l’hôtezl 4 étoiles le plus proche.

  8. juillet 3, 2008 8:49

    tu as raison, tant d’émotion et tant de retenue à la fois comme si elle n’y croyait pas vraiment.
    see you l’artiste

  9. ouam permalink
    juillet 3, 2008 11:28

    « quand on on pense que certains seraient prêts à tuer pour un avion qui a 12 heures de retard ».
    Allons donc. Faut comparer ce qui est comparable.
    D’après les images la mise en scène était dirigée par les militaires et donc par Uribe. Dans certains pays certaines vies n’ont pas la même valeur que d’autres.

  10. juillet 4, 2008 2:30

    C’est valable pour tous les pays et pour tous les individus, j’imagine qu’en priorité on sauve la vie d’un proche que celle d’un inconnu, la vie d’Ingrid est plus « importante » en ce sens qu’elle n’est pas une inconnue(au sens médiatique bien sûr)…

  11. juillet 6, 2008 8:21

    Evidemment, je suis remplie de joie depuis la libération d’Ingrid Bétancourt. Et jour après jour, je suis de plus en plus persuadée qu’elle va « changer le monde » (comme elle l’a indiquée dans la conférence de presse à son arrivée en France). Dans la bouche de beaucoup d’entre nous, une telle ambition pourrait paraître ridicule. Dans la sienne, je ne peux m’empêcher d’y croire. Il faut y croire avec elle, et petit à petit, nous y arriverons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :