Skip to content

R.I.P. 2008

décembre 31, 2008

RIP
Rest In Peace.
L'année 2008 a été la plus intense
de mon existence. Cela fait exactement un an, jour pour jour, que nous
sommes arrivés à San Francisco, dans cet appartement vide. Les meubles nous ont rejoint
en février. Une immense excitation, des rêves et des attentes pleins
la tête. Les enfants, finalement, se sont fait plus vite que nous à
cette aventure, débarquant dans de nouvelles classes en cours de
route, ne parlant pas la langue, finissant l'année en fanfare parmi
les bons élèves. Fierté d'un père peu objectif qui a eu beaucoup plus
de mal à prendre ses marques.

Plongé dans les entrailles du Web.2, j'ai découvert le merveilleux
monde de la Silicon Valley à côté duquel Hollywood est un jardin d'eau
douce chez les Teletubbies. J'ai observé les mécanismes du buzz, le
pouvoir des VC, les luttes d'influence chez les gros blogueurs, le
Twitter world et ses pièges, la toute puissance des Techs (comme les
garagistes, on ne comprend rien à ce qu'ils disent et en tout cas ce
ne sera pas prêt avant lundi😉, la concurrence au sourire de façade, le
management à la Française dans un monde de Ricains, l'exigence parfois agressive des
"communautés", la production low cost, les attentes déçues, les succès éphémères, les perles inespérées, les jalousies, les egos,… Je me suis éclaté, stressé à mort, parfois à contre-emploi,
en charge d'une activité difficile dans un environnement instable. Mais
j'ai bossé avec des gens biens, très biens, dont je reste proche et ne
doute pas qu'ils vont réussir…

Tout a basculé dans les quatre derniers mois, comme une succession
de murs qui tombent et arrachent les racines, les souvenirs, les larmes
et les fausses croyances. Fin Août, mon père, en un claquement de
doigts, part sans dire au revoir. Il faisait beau ce jour-là. Tout
allait bien. C'est fou comme certains coups de fil traversent le mur du
son, le ventre et le cerveau, les mots ricochant sans
s'arrêter. Ton papaquoi mon papa ?… Ton papa… MON papa ?… A ce
jour je ne sais toujours pas comment prendre la nouvelle. Je ne crois
pas même avoir commencé le fameux "travail de deuil" dont se délectent
les médias dans les chapelles ardentes. Travail de deuil ? C'est quoi ?
Ruminer les choses qu'on a dites et qu'on regrette, les choses qu'on n'a
pas dites,… Tout cela est parti, et hop. Plus rien.
Rien. Puis quelques semaines plus tard, ma grand-mère, la mère de ma
mère. Et c'est à elle que je pense, ma mère. Qui se retrouve
brusquement à la fois veuve et orpheline, avec son fils unique au bout
du monde. A ma peine s'aditionne la culpabibilité et l'impuissance.
Loin d'elle, je ne peux rien, et Skype ne suffit pas. Skype sert de
tranquillisant, il endort la tristesse, la cache, l'isole. Nous nous parlons dans cette petite fenêtre dans laquelle,
il n'y a pas si longtemps, mon père avait sa place, assis à côté d'elle,
attendant que ses petits-enfants apparaissent comme par magie. Il n'est
plus dans la fenêtre.
Et enfin mon cousin germain, 45 ans, 3 enfants, qui nous
quitte le 18 décembre. Joyeux Noel Thérèse. Un mec en or, gentil,
tellement gentil, comme tous ceux qui partent trop tôt. Il passait voir
mes parents toutes les semaines, avec l'un ou l'autre de ses enfants,
racontant ses affaires et ses projets. A l'enterrement de mon père, il me proposait encore son aide… Youpi. Youhouuu…

Voilà pour le travail de deuil et je n'en parlerai plus. Terminé.
Je garde ces images de cimetière et ces conversations pour 2008. Une
année où j'ai beaucoup perdu. C'est en perdant beaucoup qu'on voit ce qu'il nous reste. Des vérous ont
sauté, des peurs, des idées fausses. Ce que je subodorais n'a
fait que se confirmer, c'est maintenant que tout se joue. Maintenant.

Sunrise
J'ai décidé, de façon raisonnée et pensée, de bânir le mot "demain" de
mon vocabulaire. Finis les "plus tard", "quand on aura des sous" ou les
"pendant les vacances"… C'est maintenant. Je ne tergiverse plus, je
fais un pas puis un autre, j'avance. Une décision, une action. Plus le
temps de douter, de peser le pour et le contre, de se tâter, de demander la permission, de ne pas y croire… On peut TOUS crever demain, comme ça. Je
sais que vous savez. Nous le savons tous, cliché, mais qu'est-ce qui se passe
non de Dieu entre le savoir et le faire ? Tous ces freins, ces boulets,
souvent reçus de l'enfance, qui nous paralysent jour après jour, nous
engluant dans des peurs qui ne sont visibles que de nous. Sorte de somnolence crasse, paresse de nous-mêmes, démission, qui nous laisse voir le temps filer en remettant à plus tard le jour du grand ménage… Mais c'est quand plus tard ?

Après
le brouhaha de mes pensées, après un mois de décembre irréel, je suis
redescendu. Calme. J'ai trié mes idées. Pas de résolutions à deux balles car, comme
sus-mentionné, les résolutions sont des promesses pour plus tard. Je ne
sais pas si je perdrai 5 kilos ou si j'apprendrai à jouer de la
guitare. Je ne sais pas si je ne craquerai pas pour une clope ou deux à l'occasion. Je ne crois pas pouvoir être meilleur ou pire d'un claquement
de doigt. Je sais juste que je vais essayer de mieux vivre. Ne pas me laisser embarquer dans un mouvement qui m'éloigne à
la fois de mes proches et de moi. Suis-je clair ? Sans doute pas… Je m'emballe, comme disait la Princesse.

Je vous souhaite donc de trouver l'équilibre, la joie, le plaisir, ce n'est pas simple ; et si
vous y arrivez n'hesitez pas à partager le pétard, ça peut aider les
copains… Très bonne année à vous tous, quoi qu'il arrive.

34 commentaires leave one →
  1. décembre 31, 2008 1:35

    Bonne année, VinVin. Bon an neuf, tout neuf.

  2. décembre 31, 2008 1:59

    Bonne future année : )

  3. décembre 31, 2008 6:37

    Vinvin, je te souhaite vraiment une année 2009 aussi intense que la précédente mais bien plus douce à ton coeur. J’ai beaucoup de plaisir et de curiosité à te lire et te voir progresser dans cette vie. A l’année prochaine donc et « tout de bon  »

  4. décembre 31, 2008 9:29

    bonne moisson 2009 !
    et merci pour la piqure de courage et d’enthousiasme

  5. décembre 31, 2008 9:40

    Bonne année à toi aussi mec et je te souhaite beaucoup de succès !

  6. décembre 31, 2008 9:42

    Et voilà, je suis ému.😦
    Lâche pas la barre boss, on a besoin de toi!🙂
    Et si tu veux des cours de guitare western spaghetti sans prétention, je fais des tarifs super préférentiels sur seesmic pour les blondins!😉
    Et puis tiens, un gros bisou à ta maman au passage. Ben oui, aujourd’hui c’est fête, alors on se permet des trucs!

  7. décembre 31, 2008 9:52

    La bise à toi, Marion et aux nains…

  8. décembre 31, 2008 10:05

    Finalement, tu vas terminer 2008 par un enterrement donc ? Je ne te souhaite pas une bonne année 2009, mais 365 bons jours.

  9. décembre 31, 2008 10:19

    Bonjour,
    Cela fait maintenant de longs mois que je vous lit, et que j’apprécie le regard que vous portez sur le monde.
    Hier, je suis tombée sur ces vers de Rilke, moi qui suis aussi beaucoup visitée par la mort ces temps-ci:
    « De tous ses yeux la créature
    voit l’Ouvert. Seuls nos yeux
    sont comme retournés et posés autour d’elle
    tels des pièges pour encercler sa libre issue.
    Ce qui est au-dehors nous ne le connaissons
    que par les yeux de l’animal. Car dès l’enfance
    on nous retourne et nous contraint à voir l’envers,
    les apparences, non l’ouvert, qui dans la vue
    de l’animal est si profond. Libre de mort.  »
    A l’approche de la mort d’êtres chers, j’ai envie de me souvenir de cela. J’ai envie lorsque je nomme ma famille de les inclure toujours. Je ne trouve pas qu’il devrait y avoir de limites, ou de passages, ou de résolutions. Vous avez raison.
    Je vous cite aussi les derniers vers, ils sont fait pour vous et votre envie de vivre sans filets:
    « Et nous: spectateurs, en tous temps, en tous lieux,
    tournés vers tout cela, jamais vers le large!
    Débordés. Nous mettons de l’ordre. Tout s’écroule.
    Nous remettons de l’ordre et nous-mêmes croulons.
    Qui nous a si bien retournés que de la sorte
    nous soyons, quoi que nous fassions, dans l’attitude
    du départ? Tel celui qui, s’en allant, fait halte
    sur le dernier coteau d’où sa vallée entière
    s’offre une fois encor, se retourne et s’attarde,
    tels nous vivons en prenant congé sans cesse »
    Bonne contiinuation!

  10. décembre 31, 2008 10:23

    Il y a comme ca des années de merde ! Et comme on dit dans le coin un malheur n’arrive jamais seul…. Mon histoire personnelle me fait comprendre et partager avec toi ces douleurs de la VIE ….la vraie… Pas le numérique.
    A chaque fois que l’on s’en relevé, on en sort grandi pour nous et pour eux. Et la déduction qui est souvent commune à ceux qui on vécu ces moments difficiles : « Profiter du moment présent ! »

  11. décembre 31, 2008 10:23

    Il y a comme ca des années de merde ! Et comme on dit dans le coin un malheur n’arrive jamais seul…. Mon histoire personnelle me fait comprendre et partager avec toi ces douleurs de la VIE ….la vraie… Pas le numérique.
    A chaque fois que l’on s’en relevé, on en sort grandi pour nous et pour eux. Et la déduction qui est souvent commune à ceux qui on vécu ces moments difficiles : « profitez du moment présent ! »

  12. décembre 31, 2008 10:41

    Carpe Diem, et bonne année🙂

  13. elvire permalink
    décembre 31, 2008 10:49

    Moi c’était en 2007. La perte d’un oncle, d’un cousin et enfin de mon père. Je crois que le travail du deuil n’existe pas. On digère plus ou moins bien, le temps fait le reste, l’entourage aussi. Les souvenirs restent et sont précieux. Penser à se faire des albums photos. C’est bête, mais ça permet de classer un peu les choses. Et puis le cours de la vie reprend par dessus tout. Et surtout, ne plus jamais attendre, effectivement. Bonne année 2009 à toi aussi.

  14. matthieu permalink
    décembre 31, 2008 12:22

    bonne année quand même !

  15. décembre 31, 2008 12:48

    Ca fait reflechir ta note! All the best for 2009.

  16. Sophiek permalink
    décembre 31, 2008 12:53

    Cher Vinvin,
    Quelle belle prise de conscience ! Malheureusement, l’être humain a souvent besoin d’être au bord du précipice (la peur, la douleur, la perte) pour enfin ouvrir les yeux. Ce qui est extraordinaire c’est que tu as réussi à comprendre et à transformer ta douleur au lieu de t’effondrer et de te lamenter sur ton sort. On dit souvent que les choses n’arrivent que lorsque nous sommes prêts à les vivre, même les choses très difficiles !
    Alors Vinvin, le travail de deuil c’est tout simplement l’acceptation. Accepter les règles du jeu, c’est-à-dire l’impermanence des choses.
    Quant à comment être dans la joie, l’équilibre et le plaisir, et bien, selon moi (et ça marche !) c’est de se centrer sur soi, sur sa part divine et créative, sur sa part enfantine. C’est voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié rempli et bénir chaque jour que la vie nous offre et surtout relativiser. Et quand vraiment je craque (car c’est une vigilance de tout instant) je vais au musée. Hier j’ai vu des momies égyptiennes. Des corps de 3000 ans au moins, qui ont été habités un jour, il y a longtemps, et qui ont eu les mêmes doutes et espérances que nous et qu’aujourd’hui nous regardons derrière une vitre. Ca fait du bien de voir cela, tout l’art créé depuis des siècles. Tout ce que l’homme a fait pour lutter contre la mort, pour défier le temps. Nous ne sommes rien, que de passage mais la vie est une expérience magnifique dont il faut goûter chaque instant avec volupté et bonheur.
    Bonne année Vinvin pour toi et les tiens.
    Sophie K
    Nb: j’arrête mon blog, c’est de la perte d’énergie😉

  17. décembre 31, 2008 1:14

    For god’s sake get this translated! Babelfish makes a mockery of your elegant style.
    I really enjoyed getting to know you in 2008 and long may the connection continue.

  18. décembre 31, 2008 1:39

    Cher Vinvin, je suis totalement d’accord avec Sophie K (qui ne sera pas étonnée de cela d’ailleurs) . Lorsqu’elle dit « se centrer sur soi, sur sa part divine et créative » sur son enthousiasme d’enfant (ce que tu sais parfaitement faire). Un certain nombre de lectures peuvent t’aider à aller dans ce sens … je veux bien « partager le pétard » en te les indiquant (email me). Je t’embrasse

  19. décembre 31, 2008 3:04

    Et un rimmel de ruiné, un ! Quel vilain vinvin !!!
    Mais quel putain de billet ! Quel putain de billet…
    Que manque-t-il entre le savoir et l’action : la foi. Celle qui amène le courage. Courage de faire, courage d’être, courage de se rejoindre…
    Si t’as deux heures à killer my friend, va juste faire un tour sur mon blog. C’est pas pour rameuter du people puisque je vais le fermer. Juste pour que tu lises quelques notes qui, je pense, te parleront.
    On est tous là pour se serrer les coudes et pour faire de cette putain de vie parfois si brève (j’ai aussi eu mon lot de deuils) une occasion peut-être unique de toucher l’indicible (là, j’me comprend tout juste).
    Belle année à toi, mec ! Ta vie sera celle que tu auras choisie. Alors n’hésite pas à être gourmand !!!

  20. décembre 31, 2008 4:18

    I guess you could say « it’s only up from here… »🙂 Beautiful note. One huge American hug for the end of 2008… wishing you all the best and more for 2009!

  21. décembre 31, 2008 6:02

    *hug*

  22. décembre 31, 2008 6:14

    Tu savais que le jeudi 15 Janvier 2009 à 10:15 le vol AF084343 à partir de Paris, Charles de Gaulle (CDG) – France arrive le même jour à San Francisco, San Francisco Intl (SFO) CA – Etats Unis
    terminal I à 12h55 ?

  23. décembre 31, 2008 6:31

    Superbe leçon de vie, le Plaisir est probablement la clef du bonheur.
    All the very best mon ami.

  24. décembre 31, 2008 9:55

    De la fleur, de la force, du fun et du flouze pour chaque jour à venir.
    Je t’embrasse.

  25. Marion permalink
    janvier 1, 2009 2:46

    Il faut venir te chercher ? !

  26. janvier 2, 2009 3:27

    Pour moi aussi 2008 ça a été trois pertes, dont ma jeune maman.
    Donc va chier 2008 et vive aujourd’hui ! 2009 sera l’année de la vie au jour le jour et des bonheurs qu’on ne remettra plus à demain.
    Yes.

  27. janvier 2, 2009 3:41

    Si si c’est très clair et toujours émouvant! La bise et meilleur année à toi

  28. janvier 2, 2009 9:09

    welcome in your world

  29. janvier 3, 2009 11:58

    Très bonne année à toi … plein de succès et merci pour tout🙂

  30. ouam permalink
    janvier 4, 2009 12:00

    Là, je viens de me prendre un méchant shoot au cul.
    Merci à toi et la meilleure année possible, vraiment.

  31. janvier 4, 2009 2:11

    Quand j’ai perdu mon père, mon patron a dit: « Le choc, ca va venir un an après. » Elle aussi avait perdu son père quand elle était dans la trentaine. Et elle avait raison. Le temps de la mort, j’ai été « dure », j’ai été calme, il y avait tant de choses à régler. Ma mère qui était à peu près perdue sans mon père avait besoin de support. Je ne comprenais pas très bien ce qui s’était passé. Tout le monde me regardait d’un air compatissant: « Vous devez vous sentir tellement mal! » Et moi, je me sentais presque coupable que je n’étais pas plus navrée. Et puis, un an après, juste avant les vacances, quand j’étais « fed up », lasse: l’effondrement. La crise nerveuse. Je ne sais pas si vous vous sentez comme moi mais peut-être « le travail de deuil », ca ne commence qu’un an après pour tout le monde. Je ne sais pas. I just thought I’d share.

  32. janvier 4, 2009 3:30

    Voilà un billet qui paradoxalement est loin d’être ressenti comme négatif, j’en remercie VINVIN, car il nous change de la corvée des « bonne année » qu’il va falloir pourtant exercer et subir dès lundi 5 janvier. Tout le monde en a marre et tout le monde continue à faire semblant. Retour aux vraies valeurs, retour à l’instant, carpe diem, cueillez, cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

  33. Nicolas permalink
    janvier 4, 2009 10:50

    Je te souhaite plein de bons moments et d’excitantes nouvelles aventures

  34. janvier 6, 2009 12:10

    A défaut d’être réellement optimiste, on peut se dire « Ca ne peut pas être pire » … Tous ces mots me touchent et me laissent baba, alors je ne m’attarde pas, ça ne serait pas bon pour les yeux d’une fille maquillée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :