Skip to content

Où étiez-vous le 5 Juin 1983 ?

mai 23, 2009

25tennis.1.600 Je m'en souviens comme si c'était hier.
J'étais avec mon père dans le salon de notre petite maison à l'ouest de Paris. Il faisait beau dans mon souvenir, très beau. Yannick Noah était sur un nuage et je n'en pouvais plus. Mon père était tout autant ému par le match que par mon propre bonheur devant ces échanges incroyables. Du haut de mes 13 ans, je me levais, me rasseyais, sursautait et hurlait à chaque point, comme fou devant ce spectacle. Il me regardait avec amour, le sourire tendre, débordé par ma ferveur et mon excitation. Après la balle de match, quand Yannick s'est retourné vers son père, à genoux, dévasté de bonheur et de fatigue, je me suis retourné vers le mien en sautillant comme une gazelle. Je pleurais de joie, je hurlais, j'ai sauté dans ses bras ; mon bonheur était total.

41 commentaires leave one →
  1. mai 23, 2009 5:30

    Personnellement je n’ai pas connu puisque je n’était pas né.🙂
    Pierre

  2. mai 23, 2009 5:30

    J’étais a Bandol avec mon grand père et mon paternel a gueller devant la télé !!!! Un souvenir impérissable!!!! Un grand moment « entre hommes » :))))

  3. mai 23, 2009 5:33

    Villejuif, 99 avenue de la République (en face l’asile), 3e escalier, 4e étage gauche, en face de la téloche.
    Ok, j’aurais pu dire pareil en fait. Un gros kiff. C’est pour cette victoire là que j’y ai cru aussi en 1998. Black Power. Or sort of.

  4. mai 23, 2009 5:35

    J’aime beaucoup l’image à gauche de mon comment. J’en fais un 2e pour voir si je l’aime bien aussi.

  5. mai 23, 2009 5:35

    Merde, c’est le même.

  6. Julien permalink
    mai 23, 2009 5:37

    Au sein de ma mère

  7. mai 23, 2009 5:42

    J’étais avec mon grand père, je me souviens de son regard patriote et presque chauvin, en un mot, fier… Je voudrais qu’il me regarde avec ces yeux là aujourd’hui…

  8. mai 23, 2009 5:44

    pareil que Julien
    petite question à tous ceux qui sont né cette semaine là, vous aussi on se souvient plus de Noah que de votre naissance ?
    :p

  9. mai 23, 2009 6:41

    Tiens, ce blog se blogifie🙂

  10. sacha permalink
    mai 23, 2009 6:49

    En Bosnie-Herzégovine, un beau pays avant la guerre.

  11. mai 23, 2009 6:59

    Devant la télé avec mes sœurs, on a hululé comme des folles. Ca vengeait toutes les vilaines blagues de l’époque :
    -Tu connais le numéro de téléphone de Noah ?
    -Nan.
    -C’est 6-0 6-0 6-1.
    Krrkrrkrr…

  12. mai 23, 2009 7:08

    Je me rappelle aussi l’hystérie totale de mes deux parents et d’avoir regardé avec eux, mais sans bien capter ce qui se passait ! Je me souviens plus de la déferlante Noahmania qui a suivi, il faut dire que ça a duré pas mal d’années !!! ;))

  13. mai 23, 2009 7:44

    Du haut de mes 9 ans je pratiquais le tennis depuis quelques mois et un borg vieillissant laissait place à un noah bondissant sur les posters de ma chambre. j’ai jamais pu lui piquer ses dreads, mais j’hésite pas à lui voler son coup entre les jambes, diablement efficace (si on le réalise proprement bien sûr :-))

  14. mai 23, 2009 9:02

    Probablement en train de faire du vélo, séchant l’école arabe, là où maintenant se déploît un quartier résidentiel, mais qui était à l’époque un immeuble tout pourri, à l’abandon. Eh ouais, ça remonte à cette époque maudite où j’étais moche et amoureuse de Benoît, le fils de notre voisin.

  15. mai 23, 2009 10:31

    J’arrivais tout juste de Paris. La veille j’avais croisé Mats Wilander dans le hall du Sofitel où j’accompagnais mon père en réunion. L’image de Yannick sautant dans les bras de son père restera gravée dans ma mémoire jusqu’à ce qu’Alzheimer ait ma peau.

  16. mai 23, 2009 11:13

    Ah ? c’était en 83 ? Sans doute une des pires années de ma vie😦 Pas vraiment de souvenir concernant Noah. Je me souviens plus de lui, à la tête d’une file de joueur et faisant le tour du cour en chantant Saga Afriqua.

  17. mai 23, 2009 11:38

    A 6 heures du mat’ je posais mon premier pied sur la planète terre. A 15 heures je regardais la télé de la couveuse soutenant Yannick!

  18. mai 24, 2009 1:03

    Du haut de mes 6 ans, j’étais devant la TV en m’imaginant être Yannick et tenant la coupe !

  19. mai 24, 2009 4:26

    Ici comme ailleurs, je ne sais pas où j’étais. Mais ce que je sais c’est qu’il a sauvé mon instance maternelle d’une maladie grave avec sa balle de match. Faudra que j’en parle un jour sur le blog.

  20. mai 24, 2009 9:18

    83…du haut de mes 11ans,je me souvient surtout de la grosse chaleur,mais aussi des larmes de mon père (qui ne s’émeut que devant le sport et se petits enfants) chez mes grand parents ,bien sûr.

  21. mai 24, 2009 9:29

    … devant la télé, of course !
    quel symbole quand même ! bien avant, la barak mania quand on y pense !
    et c’était en FRANCE !🙂

  22. mai 24, 2009 2:38

    Je répétais avec mon groupe de rock, mais par la suite, c’est lui qui s’est mis à chanter…

  23. mai 24, 2009 6:34

    Audrey-fille était née le 21 mars. J’allais reprendre le travail le lendemain, et la laisser à la crèche… J’avais suivi toute la quinzaine à Roland-Garros entre les tétées. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, sauf que la minette avait soudain décidé de se rebeller, et refusait catégoriquement de prendre le biberon. Drame in the family ! Tout le monde s’y mettait, père, grand-père, grand-mère, oncle, tante. Tous se faisaient blacbouler par la pouponne récalcitrante. On m’a chassée de l’appartement dans l’après-midi sous prétexte que ma présence faisait blocage. Je n’ai pas vu le match ;(

  24. mai 24, 2009 6:39

    Je révisais mon bac, mais je ne sais plus si c’était la 1ère ou la 2ème tentative…
    J’adore les histoires d’amour entre père et fils.

  25. Polar Bear permalink
    mai 25, 2009 2:17

    J’avais 11 ans. Je m’apprêtai à prendre le train direction l’Angleterre pour la première fois. On était comme des fous, le tennis c’était le sport familial à l’époque et en plus Noah est quasiment un enfant du pays. Dès qu’il a enjambé le filet pour sauter dans les bras de son père on a filé à la gare (de Nice) pour que je saute dans mon wagon-couchette où m’attendait toute ma classe de 6ème. Le lendemain soir quand je suis arrivé à Cambridge j’ai expliqué à ma famille d’accueil, dans un anglais forcément pathétique, que j’étais très fier qu’un français ait gagné Roland Garros. Roland Garros par ci, Roland Garros par là … Le père m’a sourit gentiment et m’a expliqué: « Sorry but I don’t know this person ». Première incompréhension, bien avant les petit pois verts fluo et le robinet d’eau chaude (brulante) à droite. Après j’ai arrêté d’y penser pendant 9 jours et je me suis concentré sur ce pays étrange.

  26. mai 25, 2009 5:10

    C’était hier tellement le souvenir est vivace. Il y avait quelques nuages, je buvais un canada dry, le chat de la voisine courait après le lapin du voisin, mon frère me piquait mes disques, l’arbitre de chaise avit une tache sur son pantalon à hauteur du genou gauche, et tout en haut des gradins, en haut à droite, un ange passait…
    Biz

  27. mai 26, 2009 8:37

    Je n’étais pas née, mais ton foutu billet m’a mouillé les mirettes. J’ai pensé à mon père, parti comme le tien. Trop tôt. Forcément trop tôt…
    Il était abonné à l’Equipe et je pense qu’il avait du vibré, lui aussi, ce fameux jour de sâcre.

  28. mai 26, 2009 9:46

    aux states en 8th grade le tennis c’était un peu un sport de tafiote, de frenchies quoi,
    j’ai du apprendre la nouvelle la semaine suivante en pensant aux copains qui eux étaient
    sur place (collège en face de Rolland Garros).
    Vive Riggins (RedSkins) de la belle époque !

  29. mai 26, 2009 3:57

    moi je ne me rappelle pas du tout ce que je faisais
    j’en conclut que je n’ai pas regardé le match
    dommage au dernière nouvelle c’est le seul gagné par un français
    mais on s’en fout pas un peu…

  30. mai 26, 2009 10:56

    Je m’en souviens très bien. j’étais devant ma télé dans le 15ème… Que d’émotion !

  31. mai 27, 2009 12:24

    Devant la téloche aussi et à chaque fois un coup de stress quand il montait au filet en coupant au maximum. Grand moment.

  32. mai 27, 2009 3:14

    Bon ben moi, c’est maintenant que je pleure. C’est malin.

  33. mai 27, 2009 4:04

    Dans mon salon devant la télé, en pleine révision avant les concours d’école de commerce… Et puis il a fallu que je parte pour la gare de l’Est, pour rentrer à Reims où je faisais ma prépa… J’ai appris la victoire de Noah un peu plus tard…

  34. mai 27, 2009 5:34

    Je n’ai pas suivi, j’étais déjà trop vieux. Autre sujet : est-il vrai que l’on ne trouve pas de lien sur ce blog pour écrire un message à Vinvin ?

  35. mai 28, 2009 5:31

    J’étais à la maternité à Marseille, en train de faire un accouchement ; une élève sage-femme nous tenait au courant de l’évolution du match.
    Ardalia, je crois que son numéro de téléphone était le 6-2 7-5 7-6 ; mais je n’ai jamais pu le joindre, et vous ???

  36. moi permalink
    mai 29, 2009 10:28

    5 ans years old, not so old !😆
    un nouveau noah est-il en train de naître this year, ..to be continued

  37. mai 29, 2009 10:03

    J’étais chez mes parents, en Normandie et … c’est le dernier match de tennis que j’ai jamais vu.
    Je n’ai plus jamais regardé depuis
    Et j’arrive même à presque ne pas savoir qui gagne (bon presque parce que je ne vis pas sur île déserte et les gens sont bruyants🙂

  38. juin 1, 2009 2:24

    J’ai bien aimé rentrer dans ce joyeux souvenir que tu partages avec ton père..et le parallèle avec Yannick !
    Arrives-tu encore à t’exciter autant pour un match, en sautillant comme une gazelle ?

  39. juin 1, 2009 3:33

    Ben, c’était le jour de ma communion et j’ai raté la finale – enfin juste écouté la fin à la radio. Alors fais pas chier, j’en suis encore énervé.

  40. juin 1, 2009 11:40

    J’étais dans un village d’Alsace en fin de soirée. Il faisait beau, je crois. Je sentais cette victoire. IL faisait si beau, si doux que rien ne pouvait décevoir. La télé était petite dans cette pièce d’où je crois me souvenir de la strdence des hirondelles à la fenêtre ouverte.

  41. juin 2, 2009 10:04

    Je sens la prémonition mon Vinvin. Comme toi cette finale de 83 je l’ai vécue avec mon père. Cette année, la finale je vais la regarder avec mon fils. Je le sens bien, on en reparle dans pas longtemps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :