Skip to content

Dans l’isoloir avec Pécresse dans la poubelle…

mars 20, 2010

Pour
la première fois de ma vie, je me retrouve à trois minutes de mon bulletin de
vote sans savoir pour qui je vais voter. Non seulement cela, mais je ne sais
pas non plus si je suis de gauche ou de droite. Ou pourquoi pas vert.

Il faut dire que je n’ai pas été aidé. Ni par
la méchante crise mondiale, ni par les politiques aux cheveux plaqués en
arrière, ni par la Poste qui ne m’a pas livré les programmes. Un scrutin fictif
sans doute, qui n’existe que dans mon imagination… J’entends dire ici et là
que l’abstention va battre des records et je me sens différent, presque à
culpabiliser d’aller voter pendant que les autres promènent les varices de la
belle-mère ou vont courir la gueuse au Bois de Vincennes. Je vais accomplir mon
acte citoyen dans la clandestinité, avec la sensation de participer à quelque
chose de rétrograde, de futile et vain.

Rendez-vous
à la maternelle du coin.

Des petites classes, des petites chaises, des
dessins d’enfants, bariolés et gauches, les mini toilettes ouvertes sur le
couloir froid et vide. Un manteau d’enfant, seul, est suspendu à un crochet, et
je me demande pourquoi il y a un seul manteau ; et où est l’enfant.
J’espère qu’il ne lui est rien arrivé…

Dans la salle du vote, deux vieilles filles
et un ivrogne m’observent bizarrement. Impression qu’ils ont vu Jessie James
pénétrer dans le saloon du coin. Lui, porte des lunettes trop grandes sur son
nez couperosé. Elle, aime bien son humour communiste militant. Il n’en rate pas
une seule, de journée dépouillement, depuis que son père, en 1962, lui a
expliqué que « la magouille c’est
comme la chtouille, c’est la maladie des partis »!

Je dis bonjour et ma voix résonne. Ils me
répondent, c’est sympa. Je suis seul à voter en ce dimanche matin, il est onze
heures…

L’antillaise derrière la grande table saisit
ma carte d’électeur et mon permis, elle me valide. Je crois percevoir un bout
de sourire m’invitant à saisir des listes, « deux
minimum, après vous faites ce que vous voulez… »
. Des listes et des
listes, certaines en couleur, d’autres en papier miséreux, des noms partout,
des inconnus, des colistiers, des suppléants, des wannabe. Plus d’une quinzaine
de listes je crois…

Comme d’habitude depuis des siècles, je
saisis les listes fréquentables, celles qui me laissent penser que je ne fais
pas d’erreur républicaine ; jamais d’extrême, ce n’est pas le genre de la
maison. À gauche en bout de table, en premier et bizarrement, c’est Valérie
Pécresse. Comment choisit-on l’ordre des piles sur la table ? Il doit y avoir
une loi pour ça quelque part, avec des alinéas et des notes en fin de page. En
premier la majorité présidentielle ? Ou les blondes ? Ou bien est-ce une basse manœuvre
orchestrée par le maire UMP de ma juridiction ? La première liste c’est comme
la première chaîne, TF1 par défaut, chaîne sur laquelle restent scotchés les
fainéants et les manchots. Voterais-je UMP par fainéantise ? Suis-je un manchot
? Incapable de poser une tringle à rideaux sans faire deux ou trois trous
inutiles, je me dis que oui, peut-être…

Je passe doucement devant la table, comme au
self du Courtepaille sur l’A10. Et hop, un bulletin PS, hop, un Europe
Ecologie, et puis hop, un Mélenchon pour la route. Je l’aime bien Mélenchon, il
ne prend pas de pincettes celui-ci… À quoi sert ce jeu ? A qui suis-je censé
cacher mon choix ? À cette gentille Antillaise qui s’endort sur son sudoku
? Je crois que ce processus de choix multiple est là pour me rappeler l’indécence
de mon trouble. Je culpabilise encore.

Quand
je pénètre dans l’isoloir, je ne sais toujours pas…

Le petit bout de planche destiné à opérer le
pliage de la grosse feuille est ridicule, même pas la place de poser un verre.
J’ai des feuilles de partout, c’est pratique comme du papier allu. Dans la
poubelle, à mes pieds, je regarde discrètement les traces de décisions passées
; sur le haut de la maigre pile, il y a une Pécresse gisante comme un sachet de
préservatifs usagé et abandonné dans les flaques boueuses d’un fond de Bois de
Boulogne hivernal. Que s’est-il passé dans la tête de mes prédécesseurs,
qu’ont-ils jeté, quels motifs, quelles punitions ? Impression d’être au
restaurant, quand on demande à ses amis ce qu’ils vont prendre ; parfois ça
donne des idées…

Bon. On y est. Je ne peux pas me défiler
maintenant, si près du but. Serais-je donc de gauche au fond ? C’est
possible… Je pense aux Balkany, Lefebvre ou Ceccaldi, et je me dis que je ne
peux pas supporter. Je n’en veux plus de cette vulgarité crasse et indécente, ce
cynisme rampant. C’est exquis comme frisson, ça réveille, ça excite, je me sens
soudain une âme de Guévariste.

Mais bien vite je me mets à penser à la
gauche et je tremblote un petit peu. Des images en masse me reviennent et se
superposent sur un fond d’internationale mal mixée, des Fabius, Lang, Jospin ou
Delanoë… Souriant de toutes leurs dents nettoyées à la cire de la brosse à
reluire. J’ai comme un goût de frayeur désagréable. Bande de fantoches en
culotte longue, bavards immortels, pourvoyeurs de notre ennui depuis des
décennies. Et puis Aubry, Huchon, des visages flous, des idées molles. Je ne
parle même pas de Ségolène Royal qui me donne soudainement envie de voter blanc
ou d’arracher le rideau pour le brûler dans la cour !

Je
sens monter en moi comme une colère, je ne sais plus pour quoi, de qui,
comment.

Je saisis d’autres feuilles, dans l’ivresse
de l’indécision, je suis largué. Mélenchon ? N’allons pas trop vite, pas trop loin.
Je dois ménager ma biographie, on ne va pas non plus s’énerver. Restent les
écolos… Je l’aime bien le Cohn-Bendit, il a au moins la gouaille qui sonne
juste. Voilà à quoi je me raccroche, en ce 21ème siècle ? À la gouaille du
leader ? Je ne parle pas d’une vision pour la France, d’une philosophie ou
d’un manifeste. Non, juste de son franc-parler qui tranche avec le yahourt mielleux
des béni oui-oui de la République dévastée. Et puis la Dufflot, elle est mimi.
Moins que la Jouanno dans son kimono, mais plus que Aubry dans son tailleur allemand
acheté à la mercerie.

Le mâle que je suis passe alors en revue,
très rapidement, toutes les jeunes ou moins jeunes femmes de la politique
Française, dans un tri désordonné et subjectif qui n’aurait rien à envier à
l’élection de Miss Limousin. J’ai un petit faible pour la Jouanno mais ça ne
suffira pas : je ne vais pas voter pour un kimono échancré, si ? Je ne
sais plus. Europe Ecologie ? C’est ça ? Quand je pense que quand j’étais petit
on riait en famille en regardant Brice Lalonde à la télévision…

Je me surprends donc à jeter toutes mes
feuilles de papier dans un gros geste de gâchis pas très responsable, tout en
pliant une des vilaines feuilles en quatre pour la glisser dans cette minuscule
enveloppe bleue. Je vote, je signe, je quitte la salle.

Dans la cour de l’école, il y a ce petit
garçon qui roule sur sa trottinette, affublé du manteau qui pendouillait tout à
l’heure. Il est vivant, c’est une bonne nouvelle. Il vient à ma hauteur avec
ses grands yeux et ses mèches blondes. « Pour
qui t’as voté m’sieur ? ».
Surpris, je ne sais pas trop quoi répondre,
il y a deux minutes j’étais dans l’isoloir, protégé par le secret des lois.
Maintenant je suis transparent devant le petit prince. « Je ne sais pas, j’ai fermé les yeux… », lui dis-je en
souriant. Il sourit alors, admiratif, « wouaaa,
trop fort ! ».

Et il s’en va en roulant.

C’est vrai au fond, j’ai fermé les yeux sur
plein de choses en ce dimanche matin…

Advertisements
24 commentaires leave one →
  1. mars 20, 2010 8:05

    Sur toi aussi ? D’où tu viens ? Ce que tu es ?…

  2. Grincheux permalink
    mars 20, 2010 8:16

    J’ai l’impression que nous avons vécu le même moment de solitude dans l’isoloir (même si je ne sais pas aussi bien l’écrire), et je me dis que demain ça va être encore pire.

  3. mars 20, 2010 8:27

    Au moins ça va aller plus vite au deuxième tour pour prendre ta feuille au hasard! Ou alors comme je te l’ai dit, prends un temesta et hop tu ne saura toujours pas ce que tu as choisi, de toute façons pas sur que l’on soit mieux servi… Enfin non c’est sur même! Espérons que tu rencontreras le même petit garçon pour Lio raconter ce deuxième tour.

  4. Churchill permalink
    mars 20, 2010 8:27

    Rhôôô, pourquoi y a pas Dolium et le MoDem dans la liste ? C’est pas extrémiste, le MoDem !
    Sinon, pour répondre à ta question : les numéros des listes sont tirés au sort avant le scrutin, au début de la campagne (pour désigner les panneaux électoraux sur lesquels seront collées les affiches officielles). Et l’ordre dans lequel sont présentés les bulletins doit être en théorie le même que celui des listes.

  5. mars 20, 2010 8:30

    très joliment écrit… Une situation qui doit correspondre à énormément de monde.

  6. Vincent permalink
    mars 20, 2010 8:47

    Intéressant de l’apprendre, depuis que je vote j’ai toujours eu l’impression que l’UMP/PS portaient les numéro 1 & 2 sur ces panneaux électoraux. SI c’est un tirage au sort, il doit être douteux 🙂

  7. mars 20, 2010 8:53

    @Vincent : le PS n’était pas n° 2 sur les panneaux au 1er tour des régionales, mais bien + loin.
    Idem aux européennes.

  8. mars 20, 2010 9:53

    Il n’y a pas de tirage au sort pour l’ordre des listes, c’est l’ordre de leur dépôt en Prefecture. L’UMP s’est fait une spécialité d’envoyer des militants à 5h du matin pour être la n°1.

  9. mars 20, 2010 10:08

    « Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ? »
    Vinvin je t’aime, l’humanisme n’est pas mort.
    Résistance !

  10. Polar Bear permalink
    mars 20, 2010 11:29

    C’est bizarre je reconnais pas ton style. Les intertitres, peu d’humour, tout ça … et pourquoi tu publies seulement aujourd’hui ? Tu ne voulais pas interférer avec le clip des Raconteurs ? Bizarre.

  11. Gargamel permalink
    mars 20, 2010 11:30

    Je ne sais pas comment vous faites pour aller voter. Franchement je vous admire.
    Voir à la télévision ces hommes politiques ogéèmisés par Jacques Séguéla, et continuer de faire là où on nous dit de faire, c’est au-dessus de mes forces. L’odeur de vaseline est trop forte pour moi, je n’y arrive pas, je dois être trop sensible, désolé.
    Vous êtes des héros, votez bien, je vous fais confiance.

  12. Churchill permalink
    mars 20, 2010 1:22

    Je suis surpris que maître Éolas, d’ordinaire meilleur connaisseur du droit, ne sache pas ce que sait n’importe quel internaute ! Le tirage au sort, pour l’Île de France, a eu lieu à la Préfecture, le 22 février dernier.

  13. mars 20, 2010 1:27

    Peut être que ça l’a pas fait marrer le Vinvin, et peut être que c’est pour ça que y a pas d’humour dans le texte ou peut être que tu n’as pas lu sa réponse au petit sur sa trotinette ? Ca ressemble à du Vinvin je dis

  14. Churchill permalink
    mars 20, 2010 1:31

    J’ai même retrouvé le texte, cher maître :
    http://www.affaires-publiques.org/textof/codelect/reglements/184.htm

  15. Tirebouchon permalink
    mars 20, 2010 3:46

    même goût bizarre dans la bouche. qu’est-ce qu’on va faire pour demain ?

  16. mars 20, 2010 7:05

    Faudrait-il être presbyte pour ne pas discerner le bon choix dans l’urinoir ? Faudrait-il être doublement manchot pour ne pas pouvoir tirer la chasse d’eau nauséabonde de cet urinoir qui sent la détresse de tous ceux qui se sont trop souvent oubliés ?
    « A voté à côté ! »
    Fait chier…

  17. magalie permalink
    mars 21, 2010 7:19

    voter utile c’est votez contre les siens quand ils nous trompent , un socialiste honnête vaut mieux qu’un « droite » qui ment nous trompe se sert au lieu de servir ses concitoyens et la France et vice versa

  18. Vano permalink
    mars 21, 2010 8:18

    Choix extrêmement difficile en effet…
    Merci de nous exposer tes doutes qui sont sans doute partagés par de nombreuses personnes. Je suis assez d’accord avec l’image déplorable que renvoient de nombreux hommes politiques « professionnels »… c’est peut-être d’ailleurs cela le problème…
    Quoi qu’il en soit, lors de chaque élection, un choix est fait par les urnes… et quand on n’y participe pas, on perd le droit de commenter ou de se plaindre ensuite…
    Il existe certains choix qui ne pose pas de problèmes car ils sont tranchés (ex : choix entre des produits financier, etc…) et d’autres plus tortueux (ex : choix d’une prestation artistique)… Il reste que ce sont des choix et c’est le privilège des êtres humains que de pouvoir faire ce genre de choix.
    Alors exprimez-vous et bonne journée à tous !

  19. mars 21, 2010 11:59

    A lire ce texte très bien écrit et qui – comme toi, au moins, tu peux l’imaginer – me touche vraiment, je suis en train de me dire que je vais peut-être voter pour le plus grand parti de France, celui qui a fait 53% au premier tour… Ou plutôt pour l’autre, celui de ceux qui ne savent plus mais ont envie de le dire (ce qui me permettra de vivre le folklore des bureaux de votes des petits villages).
    Bon, je verrais dans l’isoloir…

  20. mars 21, 2010 3:35

    Depuis que j’ai terminé mes études de Science Po, je ne vais plus voter.
    J’ai trop de respect pour les idées politiques afin de donner mon vote à des gens qui pissent sur auxquels ils sont censés adhérer.
    En plus, y avait le retour de Dorothée chez Drucker 😀 Comment louper ça ?

  21. rojamel permalink
    mars 22, 2010 4:19

    C’est fou le nombre de gens qui veulent voter « intelligent » !

  22. mars 23, 2010 5:57

    Wouaaa, trop fort !

  23. Olivier permalink
    mars 25, 2010 8:32

    Votre texte laisse presque entendre que vous pensez que Chantal Jouanno es à Europe Ecologie. J’espère que ce n’est pas le cas !

  24. mars 28, 2010 12:36

    Première à voter… tellement perdue dans l’isoloir… me mets à sangloter… sur la machine électrique moderne de MON bureau de vote… court-circuit !… c’est dimanche, pas d’équipe technique… bureau de vote HS… Les sentinelles me jettent dehors… Je ne suis pas responsable, pas coupable… juste que, entre la France et moi, ça cafouille !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :