Skip to content

5 bouquins pour l’été…

juillet 13, 2010

L'été je lis mais pas vite et pas longtemps. Alors il faut que ça soit fun, émouvant, secouant, il faut que ça sente le pastis et la sauterelle. Impossible de me concentrer sur des gros pavés, thrillers et autres intégrales. Il faut pouvoir s'interrompre en une seconde pour plonger dans l'eau ou aller faire un tennis ; revenir ; reprendre les pages et savourer le plaisir de continuer. Là-dedans, bien souvent, je mets du San Antonio, du Boyd, du Irving, des livres riches et distrayants, parfois instructifs, toujours courts.

Cette année, je pars avec :


Zizi "Zizi the kid" de David Abiker.
On a le même âge, les mêmes repères, et visiblement quelques expériences similaires. C'est sans doute cela les livres populaires, quand on s'identifie. Lecture facile, mots simples, histoires universelles écrites avec humour et autodérision. J'aime ce type et j'aime son écriture.

"Où on va, papa ?" de Jean-Louis Fournier. J'ai entendu une interview de lui à la radio, dans laquelle il parlait de ce livre et de ses deux enfants handicapés. Pas un. Deux. Il évoquait avec beaucoup d'humour comment, grâce à ses enfants, il avait pu bénéficier de la vignette auto gratuite.

"Paradis sur mesure" de Bernard Werber. Il fait partie de ces auteurs que je lirai toujours, par fidélité, quoi qu'il écrive. Les Fourmis m'ont vérouillé et j'ai eu le coup de coeur pour les Thanatonautes. Le dernier est un recueil de nouvelles fantastiques, complètement surréalistes. La nouvelle est un format pratique en vacances.

"Les mystères du cerveau", petite encyclopédie Larousse. Besoin de comprendre pour un truc que j'écris. Avec des dessins, des témoignages, des flèches et des anecdotes. Grâce à ce livre je sais désormais que l'exocytose est la libération de la substance contenue dans une vésicule intracellulaire vers le milieu extra-cellulaire  par fusion des membranes de la vésicule et de la cellule. Important.


Church plac e "Between a church and a hard place", de Andrew Park
. Il faut toujours un livre en anglais pour les soirées d'insomnies. En général je dors au bout de deux pages. J'ai ce livre passionnant depuis des mois, mais comme sus-mentionné, il demande beaucoup de concentration.

8 commentaires leave one →
  1. juillet 13, 2010 8:31

    Alors répondant au critères de se lit vite, se pose vite et se reprend sans problème, drôle, léger distrayant (ok y a pas les cigales ni le pastis, quoique le pastis peut être…) je te conseille « absolument débordée » de Zoé Shepard chez Albin Michel.
    A part ça le livre de Fournier est superbe, un vrai régal, le zizi est prévu pour les vacances, accompagné d’un Boyd, d’un San Antonio et d’une relecture éventuelle de Wodehouse, un petit coup de Jeeves me fera du bien…
    Bonne lecture😉

  2. juillet 13, 2010 9:48

    Je sais pas pourquoi quand j’ai commencé la phrase j’ai cru qu’elle allait finir comme ça: on a le même âge, les mêmes repères et visiblement le même zizi.

  3. juillet 13, 2010 10:35

    Pareil que toi pour Werber, Les Fourmis m’ont lancé dans la lecture, les Thanatonautes m’ont donné envie d’aller plus loin.
    Les livres suivants ont été pour moi d’excellents livres de plages : chapitres courts, facile à suivre…
    Mais les derniers, ça ressemble fortement à de la masturbation intellectuelle. Celui avec le vaisseau vers l’espace balaie trop de difficultés d’un coup pour aller dans l’espace… Là, j’ai dit « stop Monsieur Werber, vous ne bronzerez plus avec moi ! ».
    As-tu essayé les Rufin : « Globalia » ou « Le Parfum d’Adam » ?
    Globalia : du Werber en plus intelligent mais agréable à lire quand même.

  4. juillet 13, 2010 1:57

    Super choix ! Je suis une inconditionnelle de Werber depuis Les Fourmis. J’ai toujours autant de plaisir à chacun de ses bouquins.
    J-L Fournier nous tire des larmes d’émotion, mais nous fait aussi partager quelques fous-rires. Les Mystères du cerveau, parce qu’on a à apprendre, encore et encore. Les deux autres, connais pas. Moi j’ai bien aimé Chronos Blues, de Valérie Pineau-Valencienne, un mec qui veut garder l’apparence de la jeunesse. Ce n’est pas encore pour toi !

  5. juillet 13, 2010 6:46

    Yaaaaaay Between a Church and a Hard Place!
    Je devrais suivre tes conseils en ce qui concerne court/fun. Je viens de finir « Museum of Innocence » d’Orhan Pamuk. 500+ pages pas fun mais impossible d’arrêter. Je crois que je vais passer l’été à pleurer, du coup. Fortement déconseillé. Mais bon, puisique l’été à San Francisco ressemble plutôt à l’hiver, ca passe.
    Sinon en anglais, David Sedaris plait toujours.🙂

  6. tuttlefly permalink
    juillet 16, 2010 9:25

    « mon chien stupide » de John Fante. Un régal.

  7. pascal permalink
    juillet 19, 2010 3:25

    « K » un recueil de nouvelles ou « le désert des tartares » tout deux de dino buzati. Le second est un chef d’oeuvre d’écriture qu’on aime ou qu’on déteste.

  8. juillet 21, 2010 4:10

    Moi j’en ai écrit un qui sent la lavande et les cigales, hyper facile à lire, mais qui n’exhale pas assez la testostérone pour embarquer les messieurs… quoique. Par contre, les filles adorent, de 7 à 77 ans!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :