Skip to content

De la boue et de la tole dans mon cerveau…

mars 16, 2011

Ces derniers jours, j'ai regardé les images. On pourrait ne pas les regarder et fantasmer l'extravagance des mots utilisés, catastrophe, apocalypse, drame sans commune mesure. Mais si vous êtes un tant soit peu connecté, impossible de résister à l'appel du clic. Je réalise aujourd'hui une chose : je me suis beaucoup demandé où étaient les gens, les humains. Des immenses vagues de boue et de ferraille, déferlant à la vitesse d'un massacre au galop, emportant les maisons, les bus, les tracteurs et les bateaux. Des bruits de métal et de sirène, quelques ombres, un type qui court dans le champ, on lui donne une minute… On cherche des têtes ou des bras, des gens qui demandent à l'aide, des cadavres flottants, le ventre gonflé, entre les planches brisées et les frigidaires éventrés. Des humains, des Japonais, je n'en ai pas vus. J'ai Google Earthé le célèbre site qui montre le avant-après sur les photos du tsunami, c'est le jeu des huit millions d'erreurs. Ici et là on se demande pourquoi cette maison a résisté, qu'avait-elle de différente, était-elle occupée ? On découvre aujourd'hui des milliers de disparus, des corps s'entassent dans les gymnases emboués. Il y avait donc des gens dans ces maisons ? Ces villages étaient habités ? Ils n'avaient pas fui, ils ne savaient peut-être pas… Mais alors sur toutes ces vidéos, jamais ou presque voit-on des appels de détresse, des humains qui plongent ou s'accrochent à des trucs, comme à Hollywood. Impression maintenant que toutes ces maisons étaient habitées. Peut-être savaient-ils mais ils ne bougeaient pas ? Sorte de hara kiri de la résignation ? Je n'en sais rien au fond, je ne comprends pas, c'est too much. Je connais mal la culture Japonaise, perçois sans doute de travers la réalité des faits. Je ne sais pas si je veux en savoir davantage sur ce qu'il se passe vraiment quand une vague de trente mètres s'abat sur votre existence. Comment êtes-vous broyés, déplacés, laissés quelques secondes interminables dans un mixeur liquide et sans pitié. Qu'est-ce que je fous là, que m'arrive-t-il, pourquoi suis-je en train de prendre l'eau, assomé par le toit de ma maison. Où sont mes proches ? Toutes ces pensées diffuses s'entrechoquent quand on regarde les photos et les vidéos. Parce que nous sommes humains et pouvons nous projeter dans la douleur des autres. Fais chier cette planète ces jours-ci.

11 commentaires leave one →
  1. mars 16, 2011 8:37

    Même état d’esprit ici… mêmes questions, mêmes doutes, même horreur, même incrédulité, même stupeur quand je regarde l’innocence et la vie dans les yeux de ma fille et que 5 minutes plus tard mon cerveau se retrouve bombarder de radiations télévisuelles toutes plus déprimantes et alarmistes les unes que les autres… merde, ces foutus mayas avaient raison alors ? … Putain… à peine 2 ans…

  2. Colette permalink
    mars 16, 2011 8:45

    Les japonais ne se plaignent pas, ne pleurent pas, ou rarement, et ne montrent pas leurs morts, ceci pouvant expliquer celà…
    Les images les plus réalistes sont ici http://www.boston.com/bigpicture/2011/03/japan_-_new_fears_as_the_trage.html (et pages précédentes).
    La philosophie des japonais est de voir la bouteille à moitié pleine, plutôt que la bouteille à moitié vide : on devrait s’en inspirer, nous français…

  3. mars 16, 2011 8:54

    Il semble que les vagues soient arrivées 10minutes après la secousse. Les gens n’ont pas eu le temps de partir…

  4. GildasPF permalink
    mars 16, 2011 9:00

    Moi ce qui me fait chier c’est surtout les débats à la con qu’on se tape dans toutes les émissions et sur tous les plateaux à propos du nucléaire. Comme si la catastrophe naturelle n’était pas suffisante… Je revois ces pseudos « savants » et « scientifiques » qui disaient tous il y a quelques jours « qu’il n’y avait aucun danger au niveau des centrales ». Ils disent quoi maintenant ? Ha oui… maintenant ils disent : « chez nous c’est pas pareil, on maîtrise ! » Je ne suis pas pour la bougie, je ne suis pas pour le nucléaire, je ne suis pas pour les éoliennes, je ne suis pas pour faire pédaler Mémé dans la cave (la pauvre…). Je suis pour qu’on réfléchisse avant de faire, qu’on mesure tous les dangers, qu’on agisse mais qu’on vienne pas la ramener après et dire « c’est pas de bol quand même ». La nature est dure… certes. Mais les hommes, eux, sont vraiment trop cons ! (désolé quand y a des morts, ça m’énerve…)

  5. Polar Bear permalink
    mars 16, 2011 4:26

    Il valait peut être mieux se prendre le toit de la maison sur la trogne plutôt que ce qui les attend dans les mois qui viennent.
    Je repense à la dernière pub Areva, avec la centrale à coté de la ville au bord de la mer et les gens qui dansent sur le toit de l’immeuble. Funky Town.

  6. bibi permalink
    mars 16, 2011 11:18

    Nous prions pour eux, alors que nous sommes athées.

  7. mars 16, 2011 11:38

    Pour les ceusses que la planète terre fait chier, je dirais qu’ils peuvent toujours se porter volontaires pour une expédition sur mars (aller, retour et vie de quelques mois sur cette planète où les tsunami sont rares) ;0)
    Blague à part, cher Vinvin, en effet ça fiche les boules. Ceci dit c’est plus « vendeur » aux infos (tv et web) qu’un « tout va bien ici », monsieur et madame untel ont fêté leur 100 ans de mariage avec la tripoté de mômes qui va bien avec, et dont tout le monde s’entend bien dans la famille (si si, ça existe !) ; qu’un magnifique coucher ou lever de soleil à tel ou tel endroit de la planète, etc.
    Quant aux fameux mayas, il ne me semble pas qu’ils aient annoncés la fin du monde, mais plutôt une nouvelle ère ! Nuance.
    Et si, au lieu de regarder sans arrêt le côté négatif des choses, on prenait également en compte les bonnes choses de la vie ? Juste histoire que le Yin équilibre le Yang.
    Pensez positivement. C’est tout (et c’est beaucoup) ce que j’ai à dire.
    ;0)

  8. Marylou permalink
    mars 21, 2011 2:04

    Vinvin,
    Ya le dernier film de Clint qui montre ce dont tu parles, le mixeur façon tsunami, durant les première minutes. Ca calme bien, tu es mis à l’aise pour la suite…

  9. avril 8, 2011 9:42

    salut Cyrille,
    Si cette planète que tu trouves si moche te saoule en ce moment, libre à toi aussi d’agir pour la rendre plus belle !
    Si tu trouves que les Hommes qui décident des conneries sont des fous, libre à toi aussi de leur dire et leur écrire qu’ils sont des fous.
    Si personne n’agit pour faire en sorte que les décisions soient porteuses de sens, libre à toi aussi de ne pas laisser tomber et ne pas te mettre la tete dans un trou comme une autruche.
    Si c’est de leur faute à eux, et pas de la tienne, libre à toi aussi de leur montrer que tu as raison en réalisant les utopies que eux ont abandonné.
    Si nous tous ensemble en tant qu’êtres humains sommes incapables de faire quoi que ce soit pour nos congénères, libre à toi aussi et surtout de rassembler toutes les énergies positives et constructives pour recréer un monde durable, bien au delà des apparences et d’une civilisation déjà morte.
    Si tu ne savais pas que c’était impossible, libre à toi aussi de faire aujourd’hui que tous ces rêves se réalisent pour les autres, ce qu’aucun décideur trop attaché à son petit confort ne fera quoi qu’il advienne pour personne.
    Si les écolos sont des cons, libre à toi aussi de montrer qu’ils peuvent être cons et avoir raison de croire à une vie meilleure sur cette Terre.
    Si enfin constater que les décisions prises par une élite sont stériles et délétères pour la plupart, libre à toi aussi et désormais de te prendre en main pour que les générations futures n’aient plus à souffrir de tant de destructions.
    Belle et longue vie à toi.
    Mike

  10. Vinvin permalink
    avril 8, 2011 9:47

    Hein ?

  11. avril 8, 2011 10:09

    Quand j’en ai plein la tête et plein le dos à entendre les médias de masse nous balancer des conneries, faut que ça sorte. Non pas que ce tsunami ne soit pas une réelle et grande catastrophe, car c’en est une. Ce qui me désole, c’est l’immobilisme terrifiant de nos décideurs face aux conséquences en chaine de cette catastrophe : risque nucléaire massif, risque d’épidémies locales, misère sociale, précarité, etc. Aucune action d’envergure de leur part. Pourtant quand il s’agit d’aller protéger des intérêts industriels et polluants (pétrole et gaz), là l’armée est mobilisée en masse…
    Et ce matin tu as été la victime de mon trop-plein. Désolé. Ca aurait pu être quelqu’un d’autre….
    Belle journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :