Skip to content

19/20 à « D’un film à l’autre » de Claude Lelouch (sortie le 13 avril)

mars 23, 2011

LAVENTURE-CEST-LAVENTURE Gentiment invité par MyLittleParis, j'ai eu l'immense bonheur d'être scotché à mon siège le temps d'un voyage jouissif dans la vie de Claude Lelouch.

"D'un film à l'autre" retrace les 50 ans des Films 13, ça c'est le pitch mais oubliez-le. Car c'est surtout un voyage, façon TED, à l'intérieur de ce que nous sommes. J'ai découvert Lelouch hier soir. Jusqu'à là, pour moi, il était le réalisateur dont on vénère trois ou quatre films et ne pige pas les autres… Mais depuis hier, je suis chamboulé.

Confortablement installé dans le fauteuil cuir de la salle de projection, je me suis laissé embarquer dans le voyage personnel d'un type sympa, profondément conduit par la passion et l'amour. Putain que ça fait du bien. J'avais peur de l'autobiographie bienveillante à la Drucker ; j'ai eu un autoportrait ciselé dans le vrai, critique, explicatif. Entendre un homme comme Lelouch expliquer simplement ses échecs, sans langue de bois, c'est rassurant.

En partageant la petite histoire de ses grandes histoires, il rompt les malaises qui s'accumulent dans notre esprit à chaque fois qu'on se souvient d'un de ses moins bons films. La minute d'après, le malaise décortiqué se transforme en gloussement de bonheur quand surgit une des centaines de scènes d'antologie qu'il a ciselées. L'aventure c'est l'aventure nom de Dieu ! La plage, Aldo, Lino, Jacques Brel… Itinéraire d'un enfant gâté, expliqué par sa dépression et celle de Belmondo. Le suicide de Patrick Dewaere juste avant le début du tournage d'Edith et Marcel (il devait jouer Marcel), le décor à un million qui crâme à cause du vent, le duo Dutronc-Deneuve pas réussi, les fous rire de Luchini sous la tente, etc, etc, etc. Ce film n'est pas une masturbation nostalgique, propre et autojoyeuse façon cérémonie, c'est de la vitamine pour soi, une claque à l'endormissement. Je suis sorti de là avec l'envie de changer le monde, de composer une symphonie (il me manque juste le solfège), d'aller puiser dans mes tripes, de lui écrire un scénario (et pourquoi pas ? No limit, c'est ça le message).

Le mec nous montre un truc essentiel : aller au bout de ce que l'on est, puiser dans ses visions, et puis merde, ça passe ou ça casse et aucun regret ! Ma grosse joie maintenant, c'est que je pense n'avoir vu qu'une quinzaine de ses films, et il en a fait 43.

PS : je vous mets la bande annonce mais elle n'est pas DU TOUT représentative du film. Ici c'est un florilège d'acteurs magnifiques, certes, mais c'est l'opposé de ce qu'est ce film : un voyage intérieur universel, un éloge des hauts et des bas ! (non je ne parle pas de lingerie !).

UDPATE : Effectivement, en lisant le commentaire de Pierre, je réalise qu'il y a tout l'amour de Lelouch pour les acteurs dans cette bande-annonce. Il en parle très tôt dans le film d'ailleurs, de l'importance de la direction d'acteurs. On sent qu'il les aime et fait tout pour les mettre en valeur, évitant notament les répétitions (c'est pour ça qu'il tient lui-même la caméra) qui font perdre le jus des deux première prises, chose que j'ai souvent constatée sur un plateau. Alors ok, disons que cette bande annonce rend hommage au cinéma, aux acteurs et à ses rencontres. A vous d'aller chercher plus loin son humanité, c'est peut-être ça le teasing…

 

Publicités
17 commentaires leave one →
  1. mars 23, 2011 7:26

    impressionnant palmares.

  2. mars 23, 2011 8:30

    En fait, tu t’es endormi…

  3. Polar Bear permalink
    mars 23, 2011 9:00

    Mry, l’homme qui modifie les commentaires qui ne lui plaisent pas sur son blog.

  4. Vinvin permalink
    mars 23, 2011 9:02

    Tu m’étonnes. Le mec est un monstre.

  5. Vinvin permalink
    mars 23, 2011 9:03

    Pas compris ton comment. Mais non, j’étais on ne peut plus réveillé, pas vu le temps passer et même j’étais triste que ça s’arrête. Tu verras !

  6. Vinvin permalink
    mars 23, 2011 9:04

    Polar, arrange-toi avec lui, ici on parle Lelouch 😉

  7. mars 23, 2011 9:12

    J’adore Lelouch ! Peut-être que cette bette bande-annonce n’est pas fidèle à l’esprit du film, mais moi, ça me fout les larmes aux yeux !

  8. mars 23, 2011 9:24

    Suite à ton commentaire j’ai rajouté un update à mon post. Thanks 😉

  9. mars 23, 2011 10:15

    Vinvin qui répond à ses commentaires ?? On a fait un retour vers le passé de 4 ou 5 ans là, c’est fou !!
    Sinon, je me rends compte que je reconnais pas mal d’images de la bande annonce, mais incapable de remettre le nom sur tous les films… Faudra que je m’y remette un jour !

  10. mars 23, 2011 10:21

    T’as vu ça ? Truc de ouf… Ouais, ça fait du bien de communiquer. Je suis dans la Nostalgie, comme Lelouch 🙂

  11. mars 23, 2011 11:05

    J’ai aussi eu la chance de voir le film en avant-première et comme l’ami Vinvin, j’ai adoré. Je suis fan de Lelouch mais première période, grosso-modo jusqu’aux années 2000, après… bon. Mais c’est tout l’intérêt du film que de partager l’intimité et la passion énorme et sans trêve de cet amoureux fou du cinéma, des acteurs et des femmes. De la vie quoi ! Un type entier avec ses talents et ses failles, un personnage à part dans le cinéma français qui joue sa peau à chaque film (il se produit avec son propre argent). J’aime ce bonhomme, c’est un modèle. Vinvin, à 1000% avec toi !

  12. Vinvin permalink
    mars 23, 2011 11:11

    Vu le talent du gars, m’est idée qu’il va nous re-pondre une merveille dans les années qui viennent. C’est un cycle… 🙂

  13. mars 23, 2011 3:09

    C’est ptet tout simplement un type qui aime les gens et que ça transpire dans ses films.

  14. Laurent Judkiewicz permalink
    mars 23, 2011 3:28

    Oui, j’ai eu la chance d’avoir été biberonné au Lelouch et d’avoir aussi vu le film en avant-première.
    Malheureusement, c’est quand le bonhomme va casser sa pipe que les « pleureuses » vont le reconnaître à sa juste valeur.
    Quand on sait que Kubrick lors du tournage de Eyes Wide Shut montrait en boucle La Bonne Année à Tom et Nicole pour leur montrer ce qu’il voulait…
    Et le CM à toute blinde dans Paris…on pourrait plus faire ça de nos jours…trop politically incorrect.
    Bon c’est vrai qu’il n’y a pas eu de pépites depuis une bonne quinzaine d’années, mais c’est pas grave.
    Merci pour ton beau post.

  15. Anneso permalink
    mars 26, 2011 2:18

    Je hais Lelouch…enfin bon,le dernier que j’ai vu,c’était « Viva la vie » ou un truc du genre(pas hier,donc) et je me suis dit: »plus jamais ça »!!!

  16. Alain Eskenazi permalink
    avril 1, 2011 8:30

    Hate de voir ca !
    Mais deja la chair de poule avec tous ces visages d’acteurs et ces musiques marquantes. Pas vu le film mais je trouve que la bande annonde résume bien aussi Lelouch: acteurs,acteurs,acteurs…

  17. avril 10, 2011 9:55

    Et bien il n’est jamais trop tard.
    Tant décrié voire moqué, ce réalisateur a porté la direction d’acteurs à des sommets himalayens !
    Je crois que je les ai tous vus.
    Le plus râté est « And now, ladies and gentlemen ». Mes préférences vont à « Itinéraire d’un enfant gâté » (j’espère que tu l’as vu) que je peux voir et RE-rererevoir, et puis j’ai une tendresse particulière pour « Si c’était à refaire » qui m’a fait découvrir en 1976 Niels Arestrup. Mais même dans les films moins bons, il y a ces performances d’acteurs incroyables.
    Y’a t’il un acteur français qui n’ait pas travaillé avec lui ?
    « Roman de gare » parmi les derniers est particulièrement bon.
    Et ce qu’il parvient à tirer de Raphaël dans la dernière scène de « Ces amours là » est prodigieux.
    Entre autre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :