Skip to content

Google+, Twitter ou Facebook ? Mon cul.

août 19, 2011
C’est ça le problème en ce retour de vacances, je suis tellement en forme que je m’agace. Il ne faut pas croire que je déprime, au contraire, grosse patate.
Et là ils me soulent, TOUS, avec leurs analyses et leur prospective. Google+ va-t-il supplanter Twitter qui va dépasser Facebook qui va crever dans six mois comme MySpace qui avait dévoré Friendster qui avait achevé Bugatti quelques temps après son OPA sur Smith & Wesson, avant que Benjamin Franklin prenne un coup de jus en déflorant Pocahontas ? C’est ça la vraie question.
Les early adopters vont-ils brûler leur idole et foncer agrandir leurs cercles en profitant de tas de trucs que l’un fait mieux que l’autre qu’il faisait avant mais pas aussi bien que l’autre qui pourrait faire mieux s’il levait les deux-cents milliards que les Vicis (« Venture Capitalists », c’est comme des aventuriers, mais cachés dans des villas à Palo Alto) vont mettre car ils estiment la « valu-a-chionne » (en anglais dans le texte) à près de trois mille milliards pré-money (qui n’a rien à voir avec un champ de maïs réalisé par un impressionniste). Non.
Je divague, me diront les plus coriaces d’entre vous ? Pas du tout. Je m’y connais en réseaux sociaux, je suis un digital enthousiaste (un digital enthousiaste c’est un mec qui aurait voulu être un digital native, mais il porte des jeans de vieux alors les jeunes se moquent de lui à la discothèque). Donc, si on me demande une prédiction gratos, comme ça, avant le petit Calva, je dirais que Google+ ne va pas détrôner Twitter sauf si Lady Gaga y va. Je dirais que Twitter ne va pas mourir sauf si Christine Boutin twitte elle-même et ça ce serait vraiment un sale coup. Et je dirais que Facebook est là pour des décennies vu comment les ados y perdent leur sens du monde extérieur tout en retardant de six ans leur dépucelage, minimum. Je rappelle d’autre part que pendant qu’on se tripote sur les réseaux, leurs fondateurs engrangent des patates par milliards : on enrichit des mecs à qui on aurait jeté des pierres au lycée tellement ils étaient craignos (ceux qui connaissent le mot craignos sont des digital enthousiastes) ! J’ai eu la joie ultime d’entendre Zuckerberg causer en 2007, sur scène. J’ai cru que je regardais un documentaire Tchèque sur les amibes du soja. Le charisme d’un poulpe. Mais un poulpe qui vaut trois milliards, ça rend la foule conciliante.
Pour ma part, j’ai décidé de jouer sur tous les tableaux en attendant de voir ce qui se passe. Je n’abandonnerai aucun navire car je suis sentimental. La preuve, il m’arrive d’aller voir ce qui se passe sur AOL.
Alors arrêtez de vous demander qui va gagner, d’abord parce qu’on s’en fout, ensuite parce que ça n’arrivera pas, et enfin parce que la troisième guerre mondiale approche et qu’on n’aura pas assez de trois réseaux sociaux majeurs pour empêcher les hadopistes qui nous gouvernent de nous supprimer la ligne.
Mens immota sed provocatus pugno. Devise de ma famille.
Publicités
23 commentaires leave one →
  1. août 19, 2011 7:41

    bon ok mais faudrait voir à pas nous en ouvrir un 4eme parce que moi Twitter+Facebook+Google+ ben ça commence à faire beaucoup pour rester enthusiastic sur tous les fronts

  2. août 19, 2011 7:46

    Le bûcher des vanités !

  3. août 19, 2011 8:07

    Craignos ? Merde, c’est confirmé, je suis définitivement un digital enthousiaste.

  4. août 19, 2011 8:13

    Bon, j’ai rien compris a ton post : qui c’est qui gagne ? Ton cul ?

  5. août 19, 2011 8:54

    Craignos! Je suis démasqué! Olé!

  6. août 19, 2011 9:34

    RT Poke !!

  7. août 19, 2011 9:42

    Les enthousiastes devraient porter StatusNet et autres Diaspora parmis les autres choix possibles 😉

  8. août 19, 2011 9:44

    Craignos !

    En passant, tu oublies le quatrième qui gagne du terrain et qui continue à me rendre (digital) enthousiaste, c’est Seenthis. Un truc facile pour linkblogger.

    (« linkblogger » : expression de digital enthousiaste pour dire « mettre un lien sur mon wall »)

  9. août 19, 2011 10:15

    Un truc est sûr : tu m’as donné la patate ! Et c’est bien tout ce qui compte #8D

  10. août 19, 2011 10:48

    Ton article est excellent, j’aimerais beaucoup le partager mais je ne sais pas où ? Sur Facebook, sur Twitter ou sur Google + ? Il est déjà partout, ça devient compliqué cette histoire.

  11. août 19, 2011 12:10

    J’ai failli m’étouffer avec mon KitKat en lisant ton post tellement je trouve ton style drôle et bien écrit ! Je me sens complètement craignos du coup ^^

  12. août 19, 2011 1:06

    Grande grande forme effectivement !! C’est énorme !! Merci pour ce grand éclat de rire !

  13. août 19, 2011 1:16

    Y’a pas que tes jeans qui sont vintages, tes cols pelle à tarte c’est pas de la gnognotte !

  14. août 19, 2011 2:51

    Pour communiquer, je croyais qu’il n’y avait rien de mieux que le minitel et la CB ! M’aurait-on enduite d’erreur ? Je ne suis pas assez synthétique pour twitter (même à Saint-Tropez). Je ne suis pas assez LOL MDR PTDR pour arrière-trainiser le mâle de la chêvre (fesse-booker quoi !). Et pour finir je n’ose pas m’épancher sur une technologie qui porte un nom qu’on ne peut trouver que dans un cirque. J’suis d’l’ancienne vie. Trop peur de perdre mon reste de vertu dans le virtuel. Le blog, c’est déjà mon amérique à moi. Alors les réseaux hyper méga sociaux qui scanne déjà le code-barre de ta petite culotte que tu ne retrouves même plus parce que tu avais trop bu à cette soirée où tu n’aurais jamais du accepter de te rendre parce que tu ne supportais pas l’haleine de chacal de l’hôte qui t’y avait convié espérant conquérir la seule fille qui lui résiste systématiquement depuis 11 mois et sept jours car on n’est pas des bêtes et qu’on à une ambition plus haute que celle de finir allongée dans un lit avec un matelas aussi défraichi que son illustre propriétaire dont les poignées d’amour se balloteraient au gré de ces secousses qui n’ont rien à voir avec celles de fuku pyjama dont on ne parle plus malgré le fait avéré que la centrale continue à irradier et contaminer une zone de plus en plus grande alors que les médias n’ont de cesse de ping ponguiser entre dskk et caca40 pour faire peur aux bonnes gens et les contraindre à rester passif comme dans une relation sado maso mal maitrisée qui partirait en live sur une chaine d’information aussi continue que peut être mon soupir lorsque je constate qu’il est vraiment trop difficile et craignos de choisir entre ces foutus google+, FB et twitter !

    Hein ?

  15. août 19, 2011 3:42

    Moi, tant qu’on vient pas m’emmerder avec Viadeo, je suis ouvert à tout ! Maintenant, la question posée « qui va gagner », il faudrait la poser sur Quora.

    Les 3 réseaux, Twitter, Facebook et Google+, sont des plateformes de partage. Le talent, celui de la création, se trouve sur les blogues (pas tous, j’entends bien), les plateformes video (YouTube, Vimeo et DailyMotion) et musicales (MySpace, quoi que…).

    Bref, nos vies digitales ne peuvent exister sans ces plateformes, et nos créations ont besoin de ces autres plateformes de partage (tu suis toujours ?).

    Puis il y a le grand pivot, notre ami Google (et un peu Bing pour être sympa avec eux).

    Enfin, il reste la personne, l’individu. La tête pensante et créatante (pour la rime, c’est pas français mais bon). Celle qui créé tout : le réseau, les plateformes, les contenus, les rires, les larmes, les questions, les trolls, les lol-cats, les like… A moins que ce soit un être plus puissant au dessus de notre tête (mais il y a débat sur ce point).

    Ta plume est plus forte que le panda de Google, ton approche caustique plus redoutable qu’un RT, et j’aime plus ton esprit plus que n’importe quel Like.

    Tout ça pour dire que… heu… on s’en fiche bien de la performance d’un réseau s’il n’y a pas de contenus. C’est là que toute se joue. Après, ce ne sont que des outils, plus ou moins complémentaires, ni meilleures ni moins bons les uns que les autres.

    Aller, je retourne me manger une poutine…

  16. août 19, 2011 4:16

    Indigné des réseaux…

  17. août 19, 2011 6:03

    En bas de l’article, y a share this on Twitter et Facebook, pas de Google plus, c’est un signe… 😀

  18. rogetthierry permalink
    août 19, 2011 11:16

    c’est un peu vrai, nous les petits people qui gagnons notre vie difficilement, nous les geeks on s’extasie devant des bêtes de l’internet (google, microsoft, facebook et netscape). Tiens je vais faire un blogue people!

  19. août 26, 2011 7:25

    christina mon héros!

Trackbacks

  1. Google+, Twitter ou Facebook ? Mon cul. | coreight | Scoop.it
  2. BlOg'X Office #123 : petit medley du Web | Autour du Web
  3. Google+, Twitter ou Facebook ? Mon cul. | Médias sociaux | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :