Skip to content

Ce sont toujours les méchants qui gagnent ?

septembre 20, 2011

Je n’ai qu’une seule vie et les bâtards me la gâchent. Les méchants, les mauvais, les malins, les cyniques, les donneurs de leçons, les terroristes, les profiteurs, les idiots malfaisants, les ordures, gagnent toujours et tout le temps. Ils se réorganisent. Se déplacent, se ressemblent, s’assemblent et recommencent. Le bien récolte les honneurs et l’espoir ; le mal récolte la fortune, les villas et les putes.

Je dois lutter avec les démons pour éduquer mes enfants comme il faut, sans relâche, leur inculquer des valeurs que je vois chaque jour piétinées. Respecter les autres, ne pas mentir, ne pas frimer, écouter plutôt que parler, ne pas voler, rendre service, penser aux plus malheureux, ne pas gâcher, faire des choses gratuitement, ne pas attendre en retour, donner un peu de son temps, aider, anticiper, etc, etc, etc. Je suis le fruit d’un millier de consignes familiales, amicales, professionnelles, qui ont donné naissance à une morale qui se tient malgré tout et à laquelle je m’accroche pour me guider dans le grand merdier des gens. J’essaie d’élever mes enfants à peu près dans cet esprit. Mais que c’est dur.

Je ne compte plus les moments où je me dis que la racaille gagne toujours. Les audacieux, les sans gêne, les prétentieux et ceux qui parlent fort, profitent toujours de la bonne gentillesse des honnêtes concons,  nous les bisounours. On les laisse passer, on les regarde, sidérés ; leur connerie est anesthésiante et ils profitent de notre apathie pour s’engouffrer et tracer leur chemin. Ils. Les Méchants. Les Dark Vador. À grande échelle, les vilains coulent des pays, des entreprises et des gens, avec notre accord, notre pognon et la bénédiction du sentiment démocratique.

Et si je disais à mon fils d’en croquer lui aussi ? Vas-y mon garçon, fais tout pour avoir des bonnes notes ; si tu peux copier, copie ! Repère les bons élèves et demande-leur de faire tes devoirs. Sois le premier dans chaque file d’attente et ne t’occupe pas des plus faibles, ce sont des raclures et des losers. Oui mon fils, si on te frappe sur la joue gauche, tend le genou droit et vise les couilles. Eclate-toi, choppe des meufs, ne tombe pas amoureux ça ne sert à rien, et surtout prend du bon temps parce que la vie est courte et qu’on va tous crever. Si tu le fais pas, d’autres le feront ; alors fais des études pour gagner du fric. Ne suis pas tes passions ; les passions, ça ne paie pas. Chie sur tes potes et tu seras un homme, mon fils.

Je pourrais lui dire ça.

Certains le font, en toute conscience.

Mais non, je ne le ferai pas.

Et d’autres enfoirés continueront à en profiter.

Update : J’ai enlevé la phrase : « Fais une école d’ingénieur pour bosser dans la finance » car elle pourrait être mal interprétée et je ne le souhaite pas. Ce n’est pas une attaque destinée à ceux qui ont fait une école d’ingénieur et bossé dans la finance. Quelques uns de mes très bons amis ont suivi ce chemin et ils sont des gens remarquables. Justement, je me dis seulement que parfois, en pensant vite, j’aurais dû faire comme eux et me préoccuper plus tard de ce que je veux faire dans la vie. Enfin, j’me comprends…

146 commentaires leave one →
  1. septembre 20, 2011 10:45

    True. True.

  2. FredMJG permalink
    septembre 20, 2011 10:53

    Suggestion supplémentaire pour éviter les états d’âme. Dire, oui je suis méchant, mais c’est de la faute des concons qui sont vraiment trop cons. Ça aide à se bâtir une conscience ^^

    • septembre 21, 2011 12:40

      Fred, je suis un tantinet scandalisé par votre cynisme. Profiter des cons parce qu’ils le sont, ça vous « évite les états d’âme »…
      Je pense plutôt que vos propos démontrent que vous n’avez aucune conscience et encore moins d’états d’âme.
      Exploiter les faibles parce qu’ils sont faibles, joli raisonnement. C’est le même raisonnement qui a aboutit à traiter les animaux comme des objets et qui nous a conduit à l’horreur industrielle actuelle.
      Moi, je vous classe directement dans la catégorie des fumiers pour qui la mort serait encore trop douce…
      Puisque vous n’avez aucune pitié, il n’y a aucune raison que j’en ai pour vous, bien au contraire.

      (un conseil : faites bien attention à ce qui se passe dans votre dos)

      • legent permalink
        décembre 1, 2011 10:08

        Joss…Tesvraimenttropcon !

  3. Ingenieur permalink
    septembre 20, 2011 10:54

    D’accord avec votre article sauf « Ne suis pas tes passions ; les passions, ça ne paie pas. Fais une école d’ingénieur pour bosser dans la finance ! ».
    On ne bosse pas dans la finance après une école d’ingénieur à moins de faire une école de commerce par la suite. La plupart des ingénieurs ont choisis le métier qui les intéresse plutôt que le métier qui leur rapporterait le plus.

    • septembre 20, 2011 11:06

      En effet, la plupart des ingénieurs choisissent les domaines qui les intéressent… Et aujourd’hui, les étudiants ingé ont vraiment l’embarras du choix. En revanche, on peut tout à fait bosser dans la finance après une école d’ingé (sans ajouter d’autres années d’études). De nombreuses écoles proposent ce type de spécialité.

    • septembre 20, 2011 1:52

      Euuh, j’ai fait une ecole d’inge et ne compte plus les gens de ma promo qui sont alle bosser dans la finance. Je crois pas qu’ils aient eu trop de mal a trouver du boulot non plus…
      Bon coup de gueule, cet article… mais un peu deprimant😦
      Les derniers mots de George Abitbol ont bien tout leur sens…

    • darkem permalink
      septembre 21, 2011 11:57

      Je confirme….Ont fait pas ingé pour le fric…. c’est plutôt école de commerce pour faire trader (ou ingé suivi d’école de commerce).
      Et faut pas croire… je me suis « amusé » à faire le comparatif, en 3×8, un opérateur avec un peu d’heure sup’ (38h/semaine) gagne bien plus qu’un ingé (45h/semaine minimum)
      Donc ingé’ c’est plus pour la gloire qu’autre chose

  4. septembre 20, 2011 10:55

    Je relirai ce billet quand j’aurai des enfants🙂
    +1000

  5. septembre 20, 2011 10:56

    Je te conseille la lecture de « Mort aux cons » de Carl Aderhold, tu trouveras un bel echo à tes propos🙂

    • Aurore permalink
      septembre 20, 2011 11:08

      C’est clair, justement je pensais à ce livre en lisant le post🙂

    • Blueinkal permalink
      septembre 26, 2011 2:27

      En effet excellent rapport entre le livre et l’article. Tres divertissent a lire aussi

  6. septembre 20, 2011 10:57

    Le cynisme, c’est pas justement ce qu’on développe à force de perdre ?

  7. septembre 20, 2011 11:04

    C’est un point de vue fort négatif. Mais il est évident que ceux qui se laissent marcher sur les pieds auront des difficultés dans notre société actuelle… Tout est question de « juste milieu ».

  8. septembre 20, 2011 11:04

    C’est tellement vrai ! Merci pour cette bouffée d’air frais ! Merci de me redonner espoir que des gens comme vous existent encore de nos jours !
    Je reprends une citation de Blaise Pascal qui me tient tout particulièrement à coeur :
    « La vérité est si obscurcie en ce temps et le mensonge si établi, qu’à moins d’aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître »

  9. septembre 20, 2011 11:04

    20/20

  10. septembre 20, 2011 11:06

    « C’est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir a tendance à en abuser. Tout homme va jusqu’à ce qu’il trouve des limites. Qui le nierait ! La vertu même a besoin de limites. »

    Fait chier, pourquoi il a toujours raison Montesquieu ?

  11. septembre 20, 2011 11:08

    Bientôt les honnêtes vaincront… Je suis prêt!
    ♫♫ C’est minus et corteeeeeeex ♫♫

  12. septembre 20, 2011 11:09

    +1 !!!!!!!

  13. Rugbygirl permalink
    septembre 20, 2011 11:09

    Dans Nouvelle-Zélande/France c’est qui les méchants ?

  14. septembre 20, 2011 11:17

    Rhaaa… T’es pénible avec tes vérités… si vraies !

  15. Laurent permalink
    septembre 20, 2011 11:26

    Il y a un monde entre être un bisounours et un parfait salaud.
    Être conscient du côté malfaisant de certaines personnes est important, et autant s’en protéger (et apprendre à s’en protéger à ses enfants) avec des moyens adaptés. Donc pas forcément des moyens doux, naïfs et idéalistes. On ne peut pas toujours utiliser des arguments intelligents… il faut donc trouver des alternatives (l’exemple du genou est vital dans certains cas !).

    A côté de ça, il faut savoir ne pas se blinder à tous les bonheurs qu’offrent la vie, à foison, pour peu qu’on ne se laisse pas gâcher l’existence par les pourris. La profusion (de rencontres, de projets, de voies à suivre ou pas, etc) oblige à un tri sélectif intraitable. Pour faire ce tri, il faut savoir ce qu’on veut, ce qu’on mérite, et ce qu’on a à proposer.

    Bref, aime avec ton cœur, mais n’oublie pas de penser avec ta tête. Ces deux là, quand ils fonctionnent ensemble et en harmonie, peuvent faire des miracles !

  16. septembre 20, 2011 11:31

    Ils gagnent quoi, les méchants ?
    Un ulcère à l’estomac ou un cancer des testicules …..
    A vouloir passer devant les autres, à vouloir écraser tout le monde, on ne fait que se rapprocher de sa propre mort et on passe à côté de sa vie.

    • opl permalink
      septembre 21, 2011 10:56

      « Ils gagnent quoi ? » > « la fortune, les villas et les putes » RTFA

      « Un ulcère à l’estomac ou un cancer des testicules » > ça leur est réservé ? Je crois pas …

  17. septembre 20, 2011 11:31

    Oui mais sont-ils vraiment heureux ?………..non j’plaisante ha ha !

  18. septembre 20, 2011 11:35

    Je me bats contre les mêmes démons, tout en essayant d’avancer moi aussi, en suivant mes valeurs… mais que c’est compliqué quand on est trop gentil et qu’on se fait écraser!

  19. Polar Bear permalink
    septembre 20, 2011 11:37

    Tu fais une compète de billet démoralisant avec Attali ?

  20. septembre 20, 2011 11:42

    Tiens, je pensais la même chose Dimanche soir. Mon fils m’avait fait un chouette dessin (un mix entre du gribouillage et une imagination débordante) et DSK disait des saloperies et les Espagnols (simulateurs! provocateurs!) gagnaient au Basket.

    Cette pensée que vous avez, cher collègues virtuel, Sarah Connor l’avait aussi.

  21. Catherine Wendell permalink
    septembre 20, 2011 11:43

    Bonjour Vinvin,

    je me souviens de ton idée de gouvernement avec distribution de maroquins à quelques personnes de ton entourage blogosphérique (j’avais d’ailleurs eu le plaisir -ravissement !- de me voir épinglée ainsi, en charge du bonheur économique et environnemental ou un truc du même tonneau)🙂

    Il serait temps de relancer ton projet de shadow cabinet, ne crois-tu pas ? A l’heure des indignés et autres frapadingues qui montent au créneau en disant « stop ! » à l’avidité ambiante.

    Et il n’est pas nécessaire d’avoir ou d’envisager une progéniture pour appliquer les bonnes recettes à soi-même tout de suite et dès à présent… (ceci à l’attention de certains lecteurs de ton billet qui ont décrété que tout cela pouvait attendre plus tard… c’est dommage, les bienfaits de la gentillesse et du sourire aux lèvres sont incalculables)

    Malheureusement, en France et plus particulièrement dans notre belle ville de Paris, les occasions d’être cynique, fielleux, blessant, méchant, en deux mot « grand malade » sont foison. Sans compter les médias et les statistiques qui nous démontrent que les méchants et les imbuvables l’emportent tjs à la fin…

    l’emportent… oui, mais quoi ?

    Je laisse à chacun le soin de méditer sur cette grande question et, quitte à passer pour une pomme à l’eau et une gentille conne (j’ai l’habitude !), te fais un gros bisou ainsi qu’à tes adorables petits (qui ne le sont plus guère, je crois…).

    Et une très belle journée à tous les passants qui passent ici🙂

  22. Gen permalink
    septembre 20, 2011 11:45

    Bonjour,

    Et si au lieu de vous plaindre, vous ne tenteriez pas de changer un peu les choses et de, pourquoi pas, modifier la tendance à votre niveau ?

    Se plaindre c’est bien, ça formalise le fait qu’il y a un problème. Ça permet aussi de rassembler ceux qui se sentent dans la même situation. Mais parler sans agir est superflu. Bouger et refuser ce système c’est déjà un pas vers l’amélioration de notre situation. Je pense que malgré ce que vous dites, les connards peuvent être contrés, il suffit d’avoir tous le courage de les « détecter » et de les envoyer proprement chier.

    Facile à dire. Difficile à procéder. D’autant plus difficile quand le connard est puissant. Mais le principal c’est avant tout de le reconnaître et d’éviter d’avoir peur… Pour ça, ça passe mieux si on est nombreux.

    Bref, bougez-vous ou subissez.

    Cordialement,

    • septembre 20, 2011 11:52

      C’est dur de se bouger sans devenir sois-même un connard…

      • Gen permalink
        septembre 20, 2011 6:00

        Rien n’indique qu’on doive obligatoirement remplacer les connards dans ce qu’ils font de mieux : pourrir le monde😀.

        J’ai juste l’impression que c’est dur de se bouger tout court…

  23. septembre 20, 2011 12:06

    « Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire
    avec notre affection : « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer. » http://www.alternatives-images.net/cnr/appeltxt.pdf La résistance comme réplique au cynisme. Il semble que les méchants soient en perte de vitesse, non, comme l’euro, comme l’image de la finance, un échec, non? L’argent n’a pas toujours été la valeur centrale. Les « indignés » commencent à exister. « Rassembler ceux qui se sentent dans la même situation » comme le suggère Gen, c’est peut-être le bon moment?

  24. Mr Choule permalink
    septembre 20, 2011 12:07

    tu me donnes envie de me lancer dans le coaching qui rapporte tant en ce moment. Mon créneau : « devenez une véritable ordure en 10 leçons ».

  25. septembre 20, 2011 12:07

    Mais Vinvin, tu sais que le pourri dort mal (il prend souvent des stupéfiants pour l’aider). Le pourri baise mal (il est souvent obligé de payer). Le pourri ne sait pas apprécier un coucher de soleil sur la mer ou le bruit du vent dans les arbres.
    Le pourri ne sait qu’abuser des bonnes choses, pas en profiter.
    Le pourri gagne peut-être, mais il gagne quoi ?

    Alors élever ses enfants comme des pourris n’en fera certainement pas des gens heureux.
    Tu as donc raison d’élever tes enfants pour qu’ils soient heureux. Continue.
    J’essaie de faire de même.

    • septembre 20, 2011 4:19

      Malheureusement, j’ai vu des pourris qui dormaient bien. Leur problème, c’est qu’il n’ont aucune empathie, aucune communication avec les autres. Ils regardent mais ils ne voient pas. Ils entendent mais ils n’écoutent pas. Bref, ce sont des handicapés des relations humaines.

  26. septembre 20, 2011 12:08

    Constat :

    Si c’est si dur de marcher sur le chemin des Justes, pourquoi lutter ? Le côté obscur de la Force est à ce point séduisant ? Alors autant succomber ! Pourquoi se complaire dans une posture de victime endolorie ? Pour des reliquats d’éducation judéo-chrétienne ? Autant être en adéquation avec soi-même !

    Et sinon , qu’est-ce qui empêche un gentil de rester un gentil en disant à un méchant « Stop! Ca suffit ! » Faut-il que le gentil soit con à ce point à rester apathique devant les exactions des méchants pour ensuite dire qu’il en a marre de voir les méchants gagner à la fin ?

    (salut Catherine !)

    • Catherine Wendell permalink
      septembre 21, 2011 12:44

      Salut Boro !!! comment va ton magnifique couvre-chef et tout ce qu’il comporte ? (bien, semble-t-il d’après tes notes laissées ici et là au fil du ouèbe et que je suis avec la plus grande « légéreté »… LOL !) Bises à toi et queues de rat !

  27. septembre 20, 2011 12:11

    Le monde a besoin de trous du cul et de gros connards.

    Ils servent à nous montrer ce que nous n’aimerions pas être. Sans ces connards, il n’y aurait aucune révolution des autres moins cons.

    Après, on est peut-être trop cons pour ne pas se révolter.

  28. septembre 20, 2011 12:18

    « Moi, à mon bisounours, je lui fait des bisous »

  29. septembre 20, 2011 12:23

    « Papa papa papa, t’es plus dans l’coup, papa » {chanson à réécouter dans 8 femmes d’Ozon, ça donne des frissons}
    Note : quand on répond à la méchanceté par la méchanceté alors que ce n’est pas notre nature, on prend de sales revers (bien mérités). #contrition.

  30. septembre 20, 2011 12:39

    Être bon, honorable, et juste, n’implique pas d’être un bisounours incapable de se dresser devant les connards…

    Tiens, je prendrai un exemple tout simple: les vieux cons qui vous grillent dans la file du supermarché. Dites simplement « hé, ça va bien oui ? Et la file ? ». En général ça suffit, mais si ce n’est pas le cas, osez vous servir de vos mains, de vos bras, de votre grande gueule et de vos gros yeux: ramenez-les au fond de la file, en n’oubliant pas de les traiter de connards égoïstes.

    Il y en a pas mal aussi quand on monte dans le train, ou dans le tram: dans ce cas je tends le bras pour bloquer le trou du cul qui essaie de s’infiltrer sans mot dire, en n’oubliant pas de lancer un « bien tenté, mais non ».

    C’est en ne se laissant pas faire, chaque jour, en imposant (quand c’est possible, n’allons pas bêtement risquer nos vies hein :)) une justice dans chacune des petites situations de la vie, qu’on pourra peut-être faire changer les choses.

    Les bisounours sont des cons. Quand on a de l’honneur, une morale, et le sens de la justice, on se doit aussi d’avoir les couilles de les défendre. Moi c’est ce que j’enseignerai à mon fils: quoi qu’il t’arrive dans la vie, agis en fonction de ce que tu crois juste, n’écrase jamais les autres mais ne te laisse jamais écraser.

    • septembre 21, 2011 10:03

      Quand on voit qu’un type est capable de planter au couteau quelqu’un qui l’empêchait de remonter une file d’attente à la boulangerie du coin… ça fait quand même froid dans le dos… certains sont juste irrécupérables, ils ne doutent de rien, et surtout pas de leur toute puissance.😦

  31. septembre 20, 2011 12:42

    welcome dans la réalité

  32. septembre 20, 2011 12:49

    Trop true🙂

    J’essaie de transmettre à mon fils certaines valeurs (les mêmes que celles que tu développe ici, d’ailleurs) tout en lui précisant que d’autres pensent autrement.

    J’essaie aussi de lui donner des billes au cas par cas pour qu’il apprenne à se défendre et à faire sa place, lui aussi.

    Des fois c’est facile, des fois, c’est pas facile…

  33. septembre 20, 2011 12:51

    Vinvin, je t’aime. Et ça non plus, ça ne change pas.

  34. septembre 20, 2011 1:19

    Ou alors bats-toi et sache ce que tu vaut. Il faut arrêter de voir la vie avec des valeurs manichéenne. Il y a une troisième possibilité : être juste. Pas bon ou mauvais, mais trouver ce juste milieu entre son intérêt personnel et ne pas (trop) gêner les autres. La vie c’est pas Bisounours Saison 1 Episode 1.

    La vie c’est un combat, et il n’y a pas de règle autre que celle qu’on se donne sois-même. Nous sommes alors les victimes et en partie responsable de nos propres échec. Et je dis ça en ayant eu ma part de réussite comme d’échec, de coup dur comme de bon moment. Comme tout le monde. Mais tout le monde n’est pas prêt à l’entendre et encore moins à l’accepter.

    Bon, je vous laisse, Babar m’attend pour boire le thé ^^

  35. septembre 20, 2011 1:45

    Shel kek nem ron ! En Goa’uld, cela signifie : « je meurs libre ! » (désolé pour la référence geekesque à Stargate). Dans ton cas, tu ne meurs pas, mais tu auras sûrement mérité la seule fierté qui n’est pas mal placée : celle d’avoir fait ce qui te semble juste.

  36. septembre 20, 2011 1:53

    Bravo Vinvin mais pas de pessimisme : il y en a déjà trop ! Le monde a besoin d’éternels rêveurs, saltimbanques à la manière d’innovateurs qui gardent les pieds sur terre, leurs valeurs et ne perdent pas leur tête. Tu en fais partie et ça fait du bien…L’idéal si il est inatteignable, fait du bien. Rêver, espérer tout ça nous porte pour ce futur qu’il faut façonner. Et avoir raison tout seul ça porte aussi au coeur. De toute façon ce coeur, il va s’arrêter un jour alors autant le faire marcher à son plein régime et qu’il guide aussi notre tête, sans arrière pensée…Best

  37. septembre 20, 2011 1:54

    Moi les méchants, ils me font pleurer (de rire) … ceux qui gagne toujours à la fin ce sont les gentils (starsky & hutch)

  38. septembre 20, 2011 2:10

    moi aussi je t’aime…

  39. Lastiko permalink
    septembre 20, 2011 2:47

    Ouai mais si on change y aura plus de gentils!

  40. septembre 20, 2011 2:53

    Regarde Darth Vader, à la fin de l’Episode VI (ou III, c’est selon). Tu te rends compte que c’est pas un vrai connard. C’est un salopard qui l’a dévié de son chemin et trahi. Le mec est devenu méchant pour sauver sa femme et ses enfants…

    Donc non, Darth Vader n’est pas un vrai méchant🙂

    Oui, je sais, c’est de la philosophie à deux balles de geek. Un peu…

  41. septembre 20, 2011 3:03

    Depuis le temps que je veux monter un vrai club, la tribu des guerriers bisounours ! On commence quand ? Tu seras le Chef Cyrille (même si tu veux pas😉 Et on montrera à tout le monde que la bonté humaine peut vaincre et que c’est le seul combat louable sur cette terre. Car quand la bonté humaine aura gagné… bin tout le reste suivra !

  42. septembre 20, 2011 3:25

    Ce que tu soulignes, c’est le fait qu’il est si facile de justement se vautrer dans la facilité, et que bien souvent les « gentils » sont démunis face aux « méchants » ou prétendus comme tels. La nature humaine n’aime pas la dificulté.

    Etre du côté obscur c’est justement prendre la voie de la facilité. Tu le soulignes d’ailleurs, qu’il est difficile d’expliquer cela aux enfants. Pourquoi ? Car ils n’ont pas de « respect social » vis à vis des autres. Ils sont logiques. « Pourquoi il me passe devant celui-là et pourquoi je ne ferais pas pareil ? ». Va expliquer après qu’il faut se mettre au-dessus de cela blablabla…

    Le point de fond c’est : qu’est ce qui fera que l’on est en paix avec sa conscience, fier de ce que l’on est, d’apprécier ce que l’on a, d’être « bien  » avec soi. Et se dire que le « méchant » (traduction : celui qui a les couilles de faire ce que je n’ose pas faire, ou qui fait quelque chose que je réprouve, choisis ton camp camarade) est au final bien malheureux.

    Et là tous les « gentils » du monde auront gagné.

    PS : quoi qu’il en soit, j’ai toujours envie de casser la gueule à certains parfois😉

  43. Stéphane permalink
    septembre 20, 2011 3:36

    Merci Vinvin pour ce beau texte.

    Comment dire à mes enfants d’être justes alors que le monde et à fortiori les hommes ne le sont pas ?

    Je crois que notre génération (les jeunes quadra pour faire simple) essaye d’élever ses enfants afin qu’ils soient heureux, ça change des éducations « d’avant » où le but était d’avoir une situation, d’assurer un avenir.
    Nous savons qu’au bout du compte ce ne sont pas les réussites externes qui vont nous apporter le bonheur mais la manière de vivre le présent. A quoi bon les euros si tout ça n’a pas de sens ? Oui les gros cons gagnent plus d’argent c’est statistique, qu’ils vivent moins vieux aussi d’ailleurs. Certains « copains » d’école de commerce ont 5 fois mes revenus, je ne veux pas leur vie ; certains autres, dont je me sens plus proche, ont choisi d’être acteur (www.thierrysimon.com), entrepreneur humaniste (www.pocarles.com) ou dessinateur de BD, je les crois plus heureux.

    Ce billet m’évoque en filigrane le poème de Kipling « Tu seras un homme mon fils », notamment ces vers :
    « Si tu peux rencontrer triomphe après défaite
    Et recevoir ces deux menteurs d’un même front
    (…) [alors] ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
    Tu seras un homme, mon fils. »

    (le texte en intégralité ici : http://www.nethicalblog.com/2011/07/tu-seras-un-homme-mon-fils/)

  44. Agnia permalink
    septembre 20, 2011 3:59

    Et d’ailleurs il y a pleins de méchants qui postent des commentaires….

  45. septembre 20, 2011 4:20

    Je crois qu’on peut difficilement exprimer mieux le sentiment qui m’habite depuis ma tendre jeunesse (de bisounours), et qui m’habite encore plus depuis que je suis père.
    Dois-je faire de mon gamin l’opportuniste que je me refuse d’être ?

    Jusqu’à présent, je me refuse (et ma copine également) à en faire un enculé (pour parler cru).

    • KarenRams permalink
      septembre 29, 2011 12:52

      Ah merci mon « vieux »🙂
      Après lecture de tout un tas de commentaires plus ou moins intéressants, je découvre ta phrase interrogative qui résume tout l’enjeu éducatif de ce post (et selon moi la préoccupation majeure de Vinvin).

  46. septembre 20, 2011 4:41

    Bonjour,
    Je viens de tomber sur ce billet par pur hasard, et après lecture ….
    Comment dire …

    Ennuyé !

    Voila le sentiment qui m’envahit, père d’un petit garçon de 8 mois, je viens de découvrir, enfin me faire réfléchir à ma futur tâche : l’éducation.

    Et être un ‘connard’ avec les ‘connards’ et être ‘gentil’ avec les ‘gentils’ ?
    C’est bien aussi non ?

    Reste plus qu’a reconnaitre les ‘connards’…

    • Catherine Wendell permalink
      septembre 21, 2011 12:46

      ça parait simple dit comme ça et à première vue, j’adhère… et puis je songe qu’on est toujours le connard (ou la connasse en l’espèce) de quelqu’un d’autre…. brrrrrr ! Très belle journée🙂

  47. septembre 20, 2011 4:47

    Tellement vrai, du grand @vinvin une fois de plus.
    Heureusement qu’il y a encore des gens qui suivent leurs passions, ou qui finissent par y revenir. Malheureusement il y a parfois des situations dans la vie ou il faut faire des choix, ou l’opportunisme l’emporte, et la réalité est parfois un peu difficile à accepter.

  48. septembre 20, 2011 4:59

    Merci Vinvin pour cette très belle note : heureusement que le village gaulois existe et résiste🙂
    Je fais partie de la tribu bisounours, parce qu’intrinsèquement, c’est mon ADN, par éducation, et maintenant par choix de défendre certaines valeurs et de les transmette à ses enfants. Mais que c’est dur, effectivement !
    Quand on vous écrase, faut-il écraser à son tour ? On fait alors ce que l’on ne veut pas que les autres vous fassent… Le plus malin est celui qui contourne la montage au lieu de vouloir la raser🙂

    J’ai beaucoup aimé le livre de Mathieu Riccard sur le bonheur…

  49. septembre 20, 2011 6:42

    J’adhère !

  50. septembre 20, 2011 6:56

    -pourquoi ce sont toujours les mechants qui gagnent
    Ré^ponse:
    parce que les concons n’osent pas vivre leur volonté propre librement…

    -pourquoi?
    parce qu’ils n’ont pas confiance en eux même malgré leur respect de la vie et de la liberté d’autrui

    -pourquoi?
    parce qu’au fond d’eux il culpabilisent , ressentent peur ou frustration…que sais-je …face à leur propre colère, …etc….

    -pourquoi?
    parce que l’inconscient collectif, cher à Karl Jung existe:
    oui on a tous eu au fond de nous un béni oui oui ( voire un concon non non) qui ne pense jamais par lui même sauf si cela respecte les vieux attavismes
    …….> exemple: je suis un con si je suis pas capable de gagner ma vie…etc!!!

  51. septembre 20, 2011 7:44

    Éviter les ‘connards’ et autant que faire se peut mettre en place des lignes de défense contre leurs agressions (le fric en est une, c’est d’ailleurs peut-être la raison pour laquelle ils semblent omniprésents)

    Pour le reste d’accord avec thevenin45: s’ils se pointent « être un ‘connard’ avec les ‘connards’ »!

  52. Thomas permalink
    septembre 20, 2011 9:30

    C’est ce que je ressens tous les jours ?
    Que peut on faire pour arrêter ça ?
    Si quelqu’un a la réponse, je souhaiterai l’obtenir

    Thomas, 20 ans et déjà dégoûté par la vie.

  53. septembre 20, 2011 10:13

    Taoisme. Eudémonisme.

  54. septembre 20, 2011 10:30

    Ce matin François Bayrou a dit un truc qui m’a touché et qui partage me semble-t-il un aspect de ton post: à propos des valises il disait pour exprimer la gravité de la chose « je ne sais pas comment expliquer ça à mes enfants ».

    • Catherine Wendell permalink
      septembre 21, 2011 12:49

      à JCFrog, toi le barde, le poète et le gratteurs de mots et d’humour et surtout le formidable papa d’une grande famille, sache que nombre de gens n’auront pas eu d’enfants à la seule pensée de se trouver confrontés un jour à cette réflexion ! Tu as passé outre, et c’est tant mieux sans doute🙂

  55. lôtre permalink
    septembre 20, 2011 11:27

    Pour la photo je voudrais pas dire mais dans l’histoire le vrai méchant c’est l’empereur Palpatine/Dark Sidious Dark Vador/Anakine c’est que son sous-fifre Il s’est d’ailleurs fait manipuler par le très méchant Sidious.

  56. septembre 20, 2011 11:49

    « La prière est la plus douce consolation du malheureux ; il devient plus fort quand il a rempli ce devoir. » Cette citation du Marquis de Sade me semble appropriée, tout comme la lecture de l’une de ses oeuvres « Justine ou les infortunes de la vertu ».
    Attention, lecture dangereuse !!! Bouhhhh ouhhhh ouhhh!!!

  57. enzooo permalink
    septembre 21, 2011 12:06

    Offre leur le « Manuel des guerriers de la lumière » de Paulo Coelho

  58. septembre 21, 2011 12:21

    Ecoute bien cette chanson de Mickey 3D (Les gens raisonnables), ce post m’y a tout de suite fait penser🙂

    http://www.deezer.com/listen-3092640

    J’adore les paroles, je l’écoute en boucle quand j’ai le même sentiment que toi sur le monde…

  59. septembre 21, 2011 9:17

    Bah tiens (!)

  60. septembre 21, 2011 9:30

    Ça doit bien être possible d’inculquer à ses enfants qu’être « gentil » ce n’est pas, surtout pas se laisser marcher sur les pieds, c’est prendre son dû, c’est occuper sa place dans le monde… mais non plus être innocent de la façon dont nombre de ceux qui occupent les postes de responsabilité politiques et économiques, et même associatifs, ont acquis leur situation. Être gentil, c’est savoir ce que l’on veut et se faire respecter, et aussi savoir vivre dans un monde avec les méchants.

  61. septembre 21, 2011 9:52

    Mr Vinvin,

    Non ce ne sont pas les méchants qui gagnent et ils ne gagneront jamais. Je pense qu’il faut être fière d’élever ses enfants et ainsi leur donner le meilleur de nous même. On s’en fout de se que les méchants vont dire faire car finalement quoiqu’il arrive nous seront libres et heureux d’avoir apporter à notre progéniture ce que nous voulions.

    Vivons libre ! Vivons heureux !

  62. emile permalink
    septembre 21, 2011 9:58

    le passage à partir de « Vas-y mon garçon » ça pourrait presque être du Didier Super ! j’aime

  63. septembre 21, 2011 10:10

    Il suffit juste d’aller sur leur tombe, pour voir qu’il ne gagnent pas toujours, même sans doute jamais… et encore on en sait pas tout et la suite…

  64. septembre 21, 2011 10:11

    Voila des noms de tres tres grand méchants arabe :
    Kaddafi, Ben Ali, Moubarak…
    ont-ils vraiment heureux…………….maintenant ?
    Sweeeeeeeeeet life.

  65. septembre 21, 2011 12:00

    J’ai adoré te lire. C’est simple et tellement vrai… Merci.🙂

  66. Catherine Wendell permalink
    septembre 21, 2011 12:50

    à Mister Vinvin : fais un T shirts ou un badge « Non, ce ne sont pas les méchants qui gagnent » et ouvre un site de e-commerce !😉 Très beau mercredi, jour des z’enfants !

  67. septembre 21, 2011 1:31

    « It was in the reign of King George III that the aforesaid personages lived and quarreled; good or bad, handsome or ugly, rich or poor, they are all equal now »

    Imaginez-vous à la fin de votre vie et retournez-vous dessus. Avez-vous été heureux ? Êtes-vous sans regret ? Si oui, pourquoi s’occuper des autres ?
    Qu’avons-nous à faire de ceux qui pratiquent un métier qui ne les passionne pas pour se payer des week-ends au Maroc si notre vie tout entière, travail compris, nous fait aussi plaisir qu’eux leur week-end ?

    Laissons les méchants s’agiter et vivons. Pour le meilleur, pour soi et pour les autres, selon nos valeurs.

  68. septembre 21, 2011 1:31

    ma réponse est ici :

    Je n’ai qu’une seule vie et les bâtards me la gâchent.
    (1) => en quoi ta vie est gâchée ? (jalousie ? accorder de l’importance à ce qui n’en a en fait pas ? autre ?)

    Les méchants, les mauvais, les malins, les cyniques, les donneurs de leçons, les terroristes, les profiteurs, les idiots malfaisants, les ordures, gagnent toujours et tout le temps.
    (2) => ils gagnent quoi exactement, ces gens ? Vraiment tout le temps, tu crois ?

    Ils se réorganisent. Se déplacent, se ressemblent, s’assemblent et recommencent. Le bien récolte les honneurs et l’espoir ; le mal récolte la fortune, les villas et les putes.
    (3) => ah ? Et c’est ça qui te gâche la vie ? de pas avoir de pute ? de pas avoir de villa ? Faut être méchant pour être propriétaire ? Faut être propriétaire pour être heureux ? Avec des putes dedans ?

    Tu devrais essayer de répondre longuement à ces 3 questions. Ensuite te demander pourquoi tu as choisi un camp plutôt que l’autre. Et ensuite, il me semble, tu verras que personne ne t’empêche d’aller aux putes et que des casseurs de couilles, oui, il y en aura toujours. Et que le plus simple, c’est de ne pas jalouser ni de s’énerver, et constater que ta vie est meilleure (sinon échange !!!!) et que de fait, tu n’as pas besoin de pleurer comme un bisounours découvrant la vie IRL (ok, je force un peu le trait). Ça demande juste d’accéder au bon niveau de sagesse.

    • septembre 21, 2011 3:00

      Je vous implore tous, juste deux minutes de reflexion: et si on arrivait à se parler ici et maintenant en voyant que chacun a une trame causale, une trame de lecture valable mais non exhaustive…
      ainsi chacun peut la poser , pour changer les choses , mais sans faire de faux débats en pensant que chacun a raison et l’autre a tout faux…
      on serait enfin productifs….on se completerait…

      les évènements sont le résultat d’un peu tout ce dont vous parlez tous, le résultat de chaque trame causale……je trouve que si on arrive à poser chacun sa trame sans la voir comme définitive et unique alors on peut vraiment réussir à changer les choses et à co creer de nouveaux paradigmes…..!!!!

      à ta question:
      (3) => ah ? Et c’est ça qui te gâche la vie ? de pas avoir de pute ? de pas avoir de villa ? Faut être méchant pour être propriétaire ? Faut être propriétaire pour être heureux ? Avec des putes dedans ?

      une précision: encore une fois, tu as raison mais tu lis trop vite ou tu réponds à des inconnus qui t’enervent autour de toi ou quoi???
      moi aussi j’ai mes préférences, moi aussi j’ai mes colères ….
      sans doute je me trompe…. mais tes propos font eccho en moi à la culpabilité, celle maniée par les curés qui se faisaient payer par les riches pour faire croire au » petit peuple » que la pauvreté menait au paradis….il faut donc que je te lise au delà d’une culpabilisation …je le souhaite!

      je suis laïque ..ma morale est autre que la pseudo pauvreté…

      je dis et je répète: on ne veut pas ce faux pouvoir mais un autre….

      et ce qui me gâche la vie c’est de voir des milliers de somaliens en train de crever. alors merde à ce fric qui fait tourner le monde! oui à une autre eco societé plus juste et transparente, fin aux paradis fiscaux…

    • septembre 21, 2011 3:18

      Tout le post de Vinvin est réaliste, mais certes décalé. J’ai peur que par votre approche vous omettiez tout ce côté décalé qui fait la richesse de l’analyse et la prise de hauteur à la fois.

    • septembre 22, 2011 11:48

      J’en reviens pas qu’il soit là !!

  69. septembre 21, 2011 2:39

    bravo pour ta recherche de cohérence mais je ne lis pas Vinvin comme toi….

    deux constats:1) qui a les moyens???
    2) qui fait les lois?

    souvent les plus honnetes se retrouvent sans boulot…c’est un fait!
    pourtant c’est aussi un risque à prendre….vive les eco villages , la nouvelle solidarité et les echanges d’infos gratuits!!!!!

    quant aux adictés du profit pour le profit, je dis et je répète que ce sont des angoissés et des frustrés qui sont tellement frustrés qu’ils ne lâchent pas leur béquille: celle du pouvoir sur les autres, de crainte de voir leur frustration et de se soigner dans le coeur…

    de plus ils se bouffent les uns les autres ( les néo colonialistes gaullistes, amoureux de la france des trentes glorieuses commencent à s’exiter _ voir l’upr_ et à rentrer dans le lard des pro otan sarkozistes)…ça fait du bruit et des secrets tombent….

    ils se font tous leur morale à eux…mais c’est des béquilles…je veux leur dire stop: ….n’oublie pas qu’on les a laissé gouverner à la place de nos politiques et que leur fric vient des ventes d’armes de nos guerres…, du pillages des plus faibles.

  70. jefo permalink
    septembre 21, 2011 2:58

    Hello Vinvin, so true what you said. Sinon je vois plus de flux RSS sur ton blog pour le mettre dans mon Netvibes ?

  71. Jean-Michel permalink
    septembre 21, 2011 7:02

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’auteur de cet article…

    Il parle de principes, de morale, et pourtant il considère que « gagner » c’est avoir l’argent, les villas, les putes… Mais l’argent, les villas, les putes, si on suit les principes qu’il tente d’inculquer à ses enfants, devraient être le dernier de nos soucis et sûrement pas un but à atteindre, donc pourquoi se soucie-t-il de ce que les « salauds » les obtiennent puisque ce n’est pas ce qu’il recherche dans la vie? Il est en contradiction avec lui-même, contrairement aux connards qui eux assument pleinement le fait de rechercher l’argent, le pouvoir et les femmes.

    « Les passions, ça ne paie pas… ». De quel paiement parle-t-il? La finalité des passions est-elle d’être grassement payé? La définition même de la passion ne sous-entend-t-elle pas l’absence d’intérêt pécunier, mais plutôt le plaisir, l’envie de s’adonner à une activité qui nous comble?

    En plus, il met les audacieux dans le même lot que les salauds. Je ne savais pas que l’audace était un défaut. « La fortune sourit aux audacieux » est un proverbe qui n’a rien de péjoratif. C’est savoir saisir sa chance quand elle se présente, oser prendre un risque, ne pas avoir peur de se mettre en avant au risque de se brûler les ailes.

    Je pense qu’en toutes choses, il doit y avoir un équilibre. Le yin et le yang. Il faut savoir être gentil… mais pas trop, car cela devient de la faiblesse, voire de la bêtise. Il faut aussi savoir être audacieux mais sans excès pour ne pas écraser les autres dans le but d’arriver à ses fins. La lionne a-t-elle scrupule à manger le zèbre? Non, parce que c’est son rôle de prédateur qu’elle remplit. Ni plus, ni moins. De même le requin a son rôle à jouer dans l’océan, il est nécessaire à l’équilibre global. Et on peut être gentil, vouloir le bien sans être un bisounours qui se laisse impunément « croquer » par le vilain gargamel…

    Bien sûr que les justes ne sont pas toujours récompensés, souvent au profit de personnes moins scrupuleuses. Mais ne trouvez-vous pas cette article un petit peu trop manichéen? Les gentils tout blanc d’un côté, les méchants tout noir de l’autre? Les choses sont rarement aussi simples. Et puis c’est un peu trop facile de se deresponsabiliser de ses propres échecs en rejetant la faute sur les vices des autres…

  72. fijou permalink
    septembre 21, 2011 8:15

    c’est un peu comme « c’est toujours les blancs,les français les méchants.un blanc au chomage,c’est un looser,un noir c’est forcément une victime »

    a bas les footeux,les racailles,les mass médias,les cons.

  73. la garde permalink
    septembre 21, 2011 8:18

    les valeurs de civilisation disparaissent…on retourne en arrière,plus de courtoisie,de politesse,d’humilité…

  74. De la part de lilly permalink
    septembre 21, 2011 8:28

    Je suis Lily une gentille chienne qui vous regarde vous êtres humains qui se prennent pour des êtres supérieurs …. Tous les soirs au parc avec mes copains et copines chiens si vous saviez comment vous nous faites rire! Depuis que l homme existe vous ne faites que régresser. Alors faudra t il attendre les prémices de l extinction de votre race pour vous voir enfin évoluer? En attendant continuer vous êtes trop drôles à regarder.

  75. Toto un des amis ingénieurs permalink
    septembre 21, 2011 8:36

    Tu as raison Vinvin, certaines fois on se demande si on ne doit pas dire à nos enfants d’être fourbes pour réussir. Et là on se fait peur. Alors il faut se convaincre que le mal ne gagne qu’à court terme et se dire que les plus heureux des plus heureux ne sont pas ceux qui ont des grandes villas et de belles voitures, mais des gens comme les moines, où un bon instituteur en province qui preche la bonne parole aux enfants.

    Quand aux ingénieurs qui finissent dans la finance, sont ils au final plus heureux que toi ? On échange chiche😉
    A bientot
    Toto

    • Toto un des amis ingénieurs permalink
      septembre 21, 2011 9:02

      Pour poursuivre… comment combattre le mal ?
      Le seul moyen de combattre le mal, me semble t il, est que la majorité l’emporte, car la majorité ne peut être que le bien. Or le moyen d’expression de la majorité, c’est le vote dans la démocratie.
      Ma question est alors la suivante : qui des prétendants représente le mieux le bien ?
      A droite, hum, difficile voir impossible de dire Sarko. Marine, no comment. Borlo ? Ancien avocat de Tapie hum… Il reste Bayrou. Why not mais comme on voit l’image que les médias lui ont fait.
      A gauche ? Il y en a une qui me vient tout de suite c’est Eva Joly. Elle c’est le bien contre le mal. Mais la dernière fois que j’ai voté vert au 1er tour, cela a fait passé Jean Marie au second. Alors si je veux « voter utile » et donc parmi les 6 PS, qui va défendre les valeurs du biens ? Martine, ce serait la Bayrou de gauche..
      A suivre

      Allez je vais coucher les enfants

  76. Sophie Kermarec permalink
    septembre 21, 2011 8:54

    Je me dis à chaque fois la même chose que toi. Mais malgré tout, je reprends également à chaque fois espoir. Car la vie est bien faite. Si en apparence on croit que les mauvais, méchants s’en sortent (financièrement peut-être), il y a une chose dont je suis sûre c’est qu’en étant honnête on reçoit un cadeau bien plus précieux: la grâce divine.
    Et je suis loin d’être une illuminée, je suis freelance et je bosse. Mais avec le temps et les expériences j’ai vraiment remarqué que la vie m’offre plein de cadeaux que je SAIS voir car j’ai le regard. Et si on est malhonnête, on n’a pas ce regard, on s’en fout, on veut juste baiser l’autre et prendre prendre prendre. Quand on prend le temps, quand on sent, quand on donne, qu’est-ce qu’on reçoit !
    Alors dans les moments de désespoir, voilà ce que je fais: je vais dans la nature ou je me fais plaisir: je me recentre. Et je ne regarde pas ce qui me dérange car c’est une perte d’énergie. Dieu aime tout le monde et il n’y a ni bien ni mal mais être reconnaissant de ce que l’on a, être dans la gratitude et la joie intérieure, je le répète apporte des cadeaux bien plus précieux qu’une voiture, une pute ou une bonne note…;-)
    Si tu donnes, tu reçois, c’est écrit, c’est la loi !

  77. septembre 21, 2011 9:12

    Ah ah, trop cool un bloggueur que je suis ( en rss) sur Europe1 !

    Ce que ça m’inspire
    1. Faut être bon mais pad con
    2. Lire « Justine ou les malheurs de la vertu » (+16 ans)
    3. révolte ? Non. Organisation, oui. J’opterais plus pour une sorte de caste solidaire et disciplinée… Le parti pirate allemand m’inspire particulièrement.

    • septembre 22, 2011 1:31

      « Le parti pirate allemand m’inspire particulièrement. » « révolte ? Non. Organisation, oui. J’opterais plus pour une sorte de caste solidaire et disciplinée… Le parti pirate allemand m’inspire particulièrement. »

      joli!!! belle réflexion, je prends note…..

  78. Babolos permalink
    septembre 21, 2011 9:16

    Lu quelque part dans « le pavillon des cancéreux » de A. Soljenitsyne :
    « ce n est pas le niveau de vie qui fait le bonheur des hommes mais bien la liaison des coeurs et notre point de vue sur notre vie. Or l’un et l’autre sont toujours en notre pouvoir, et l’homme est toujours heureux s’il le veut, et personne ne peut l’en empêcher »

  79. Bubule123456789 permalink
    septembre 21, 2011 9:32

    Vous savez, je trouve pas ça démoralisant (pour certains).
    Mais au contraire, ça te permet de ne pas rester sidéré face à des situations où des personnes se croient tout permis…

    • Polar Bear permalink
      septembre 21, 2011 9:50

      Démoralisant, parce que l’avais pas vu venir, mais méchamment vrai et visiblement utile au débat. Bravo comme d’hab.

  80. Polar Bear permalink
    septembre 21, 2011 9:54

    Ah, ah l’anecdote de la rentrée scolaire sur E1. M’est arrivé pareil. J’étais à deux doigt du mawashigeri (coup de pied circulaire) sur la maitresse. Mais je me suis dit que ça le ferai pas pour la suite. Et puis je suis bien élevé …

  81. septembre 21, 2011 10:00

    Bien dit, tout ça. D’accord à 100 %.

  82. artypunk permalink
    septembre 22, 2011 12:24

    Je me suis posé les mêmes questions, et finalement j’ai trouvé une réponse qui me satisfait: j’élève mes enfants dans le respect des autres parce que ce sont MES valeurs.
    et tant pis si c’est égoïste, tant pis si c’est pas dans leur intérêt. C’est mon identité, ils sont tombés sur moi, je n’ai pas à m’en justifier.
    Au moins c’est une référence cohérente dont la règle du jeu est simple à comprendre

  83. Raphael Raphael permalink
    septembre 22, 2011 12:54

    Joli morceau littéraire.
    Généralités pour le style ? Romantisme …. LES méchants, LES gentils
    J’ai réussi à payer des prépas et au delà à mes enfants. Bonnes situations. Sont-ils méchants ?
    Le fils de Moussa, du 9.3, n’a pas eu cette chance. Est-il méchant ? Il se bat pour trouver du boulot. Est-il gentil ?
    Suis-je moi-même méchant ? Et Moussa ?
    Et tous les autres cas de figure, (et c’est la majorité) ?
    Moi, je pense à Moussa. Serais-je gentil alors ?
    Il faut tout un vécu pour juger. Et encore ! Il y a peut-être des événements non sus.
    …. Romantisme …. mais bien tourné !

    ps: Je sais: il n’a qu’à rentrer dans son pays ….!

  84. septembre 22, 2011 11:00

    « Décider de ne pas être un salopard permet de se sentir plutôt bien… Ça pourrait presque remplacer Dieu. » Ernest Hemingway (Le soleil se lève aussi).

  85. Jennie permalink
    septembre 22, 2011 11:21

    Excellent !

    « Je suis le fruit d’un millier de consignes familiales, amicales, professionnelles, qui ont donné naissance à une morale qui se tient malgré tout et à laquelle je m’accroche pour me guider dans le grand merdier des gens. » —– > j’adore et je prends note !

  86. septembre 22, 2011 11:49

    Le problème est qu’on est toujours le con d’un autre

  87. septembre 22, 2011 12:33

    Ah… Vinvin… toujours maitre Jedi dans l’art de mettre des mots sur ce que tout le monde ressent (cf discours de cloture TEDx 2010 que je me repasse en boucle tous les 15j)🙂

    Sur le fond : oui, le monde est pourri et à l’opposé de la plupart de nos valeurs… et oui, le boulot de parent c’est de préparer au mieux ses gamins pour qu’ils puissent affronter ce monde de merde…
    Du coup : argh… dilemme, conflit intérieur… soit on change nos valeurs, sont on change le monde…

    Ma réflexion perso à 2 balles : ne pas céder au coté obscur de la force… les enfants, en leur inculquant certaines valeurs, ils seront mieux armés pour prendre du recul, réfléchir et ne pas se laisser marcher sur les pieds par les cons plus tard…

    Enfin, j’espère…
    #doute #incertitude #seullavenirledira #zob🙂

  88. septembre 22, 2011 11:39

    On se croirait dans le livre de Job!

    mais j’aime mieux sa chute à lui.
    elle est pas facile à saisir
    (ah mais alors pas du tout!!
    faut beaucoup de notes de bas de page et d’années de galère pour y arriver)

    mais c’est la seule explication qui tienne,
    et ce depuis pas mal de temps déjà.

  89. @lonewaer permalink
    septembre 23, 2011 4:56

    Avant de réagir, je tiens à préciser que je n’ai que 24 ans, que je n’ai pas d’enfant, que je ne sais pas si je compte en avoir, et que je partage en très grande partie l’avis de @Vinvin. En fait, pour moi ça s’apparente à de la colère générale, plutôt. Maintenant.

    Je ne pense pas que le rôle des parents soit de préparer leurs enfants au monde dans lequel ils vivent. Je pense que le rôle des parents est d’ÉDUQUER leurs enfants. Beaucoup comprendront ce que je veux dire, mais j’insiste sur le fait que le rôle prioritaire des parents est l’éducation. La préparation au monde en fait partie, mais ce n’est pas à dissocier du reste de l’éducation. J’ai été élevé avec en fil rouge, grosso-modo : « les actes, bons ou mauvais, entraînent des conséquences, agréables ou pas. »

    L’exemple de la rentrée scolaire avec le parent d’élève qui double @Vinvin pour parler à l’instituteur/trice, tout le monde l’a vécu, et il illustre parfaitement le problème. Comment réagir ? Mon avis personnel est qu’il faut mettre les points sur les ‘i’ le moment venu, en se mettant en colère si besoin. Comment voulez-vous qu’un gosse, dont la mère double les gens pour parler à l’instituteur/trice, ne tourne pas « petit con »/cancre une fois à l’adolescence ? Qu’il ne devienne pas un cas social passée la majorité (je considère que l’on est gouvernés par des cas sociaux, ma définition est aussi large que ça) ? Sa mère est insignifiante, et il va hériter de ça.

    En gros, il faut éduquer, même les adultes (surtout les adultes), sur le tas, à grands coups de colères et de scandales. Parce qu’un adulte non-éduqué ou mal éduqué, c’est lui, le « méchant ». Même, pour être plus précis, un adulte non-éduqué ou mal éduqué, on ne peut plus lui refaire son éducation, aussi inexistante qu’elle soit. Ce qu’il reste comme solution, c’est du « dressage ». Acte-conséquence. Tu doubles, je te pète un scandale, et tu attends ton putain de tour, que ça te plaise ou non. Tu fais ton affaire sur le tapis du séjour, plutôt que dans ta litière ou dehors, tu prends une mandale et tu vois pas l’intérieur jusqu’à demain même heure. C’est comme ça que ça rentre. J’ai intégré beaucoup de principes avec cette méthode. Oui, les claques. Ça ne m’a pas empêché de savoir quand elles étaient injustement distribuées.

    J’ai beaucoup discuté du sujet de ce post avec un ami en particulier, en survolant énormément de détails, le fin mot qu’il a trouvé, c’est : « tu ne referas pas le monde ». Euh. Si, j’espère. D’un côté il n’a pas tord, dans le sens où je représente une particule dans parmi des millions, mais j’espère et je suis convaincu que dire leurs quatre vérités à ce que j’appelle les personnes de la « pauvre France » finira par porter ses fruits. Que ces personnes deviendront minoritaires.

    Je suis quelqu’un de foncièrement gentil. Trop gentil. Le problème qu’aborde @Vinvin, fait que JE ME VOIS me transformer en vieux con (aussi jeune, bon sang !) pour préserver ce qu’il me reste de gentillesse et d’intégrité. C’est sans doute pas bien, de dire qu’il faut « dresser » la « pauvre France », j’en suis parfaitement conscient… les humains ne sont pas des animaux… mais c’est tout ce que j’en pense, et ça me désole de devoir penser ça, pour être en accord avec moi-même, pour qu’on arrête de me pourrir la vie. Parce qu’il est question de ça. Laisser faire les autres, laisser dire les autres tant qu’on est heureux, c’est bien, sauf que quand ça nous pourrit la vie (oui, ponctuellement ; les méchants ne gagnent rien à long terme à être méchants, mais ponctuellement, si on s’en fiche qu’ils y gagnent quelque chose, dans le même temps ils nous pourrissent la vie, et c’est ponctuel, j’insiste), c’est une manière de dire et d’assumer qu’on est masochistes. Les gens qui me pourrissent la vie, je veux qu’ils se souviennent qu’ils m’ont pourri la vie à un moment donné de nos existences respectives et que ce qui en a résulté n’était pas agréable à vivre. Parce qu’ils n’apprennent pas autrement.

    Mais ce qui est évoqué ici, j’en suis témoin par mon père, qui est commerçant, par ma mère, qui est professeur des écoles, par les jeux en ligne, où là c’est carrément l’anarchie si l’éditeur du jeu ne fait pas la loi lui-même à coups de bans définitifs, dans le monde du travail, que je n’arrive pas à intégrer parce que je suis encore trop intègre (pas assez un mouton), et bien sûr comme tout le monde, en voyant les gouvernants enchaîner conneries, scandales, et je-m’en-foutisme. Ras-le-bol. J’en ai fini de me taire quand on me passe devant au guichet de la poste, j’en ai fini d’espérer qu’un politique fasse des efforts tant que le vote blanc ne sera pas comptabilisé, etc. Mon père me dit de baisser la musique dans ma voiture quand je vais à un entretien d’embauche… Non. Juste, non. La musique que j’écoute, le volume auquel je l’écoute… ça ne fait pas partie des choses qui regardent un éventuel futur employeur. On n’est pas en 1960 (et je suis gentil -encore-). Si ça lui pose un problème, qu’il reste avec ses moutons, mais je refuse d’être jugé là-dessus pour un travail.

    Si on s’adapte aux comportements de rapaces, d’hypocrites, d’égoïstes, tous considérés comme tels, alors ils ne changeront jamais, et ils n’auront aucune raison de changer.

  90. septembre 23, 2011 8:55

    je trouve que vous pourriez davantage Vinvin, de qui parlez-vous quand vous dites « la racaille ? », c’est un terme tellement généraliste, qui peut autant désigner le haut que le bas de l’échelle sociale, ce qui tenderait à décribiliser vos propos. Je pense à Desnos qui avait utilisé le terme « racaille » dans un poème contre les Vichistes et le régime de Pétain. Je vais loin bien sûr, mais c’est pour vous dire que je trouve ce terme flou et confondant même, ambigu oui…

  91. septembre 23, 2011 8:56

    ****je trouve que vous pourriez « développer » davantage Vinvin…

  92. septembre 23, 2011 9:03

    Bonjour Monsieur Vinvin, je découvre votre blog et ce billet d’humeur et je me permet de donner mon avis. C’est bien écrit, ça se lit bien et le raisonnement tient la route d’un certain point de vue. C’est vrai que la tentation est grande de dire « ah quoi bon… » mais heureusement il y a quelque chose en nous, quelque chose de profond, d’authentique, quelque chose relié à la Source qui nous fais tenir le coup. La racaille qui gagne, ne gagne qu’un court instant. Cet instant peut durer quelques années c’est vrai mais un jour ou l’autre la racaille capitule car être une racaille, ce n’est pas le bon chemin…Alors oui en attendant, on a l’impression que les gros caids qui ne respectent rien ont tout mais ce n’est qu’une impression, un leurre dont ils sont eux mêmes victimes, le temps joue contre eux et de plus je pense très sincérement qu’il vaut mieux être dans la tête de quelqu’un qui a des valeurs que dans la tête d’un bandit qui est de toutes façons très tendu intérieurement…Le bandit aussi a des valeurs, ce sont les valeurs du plus fort qui gagne et ça doit pas être facile à gérer tous les jours. Non vraiment non, on est quand même mieux dans notre peau de témoin plus ou moins silencieux de cette déchéance🙂

  93. Mitch Bou Kanoon permalink
    septembre 23, 2011 9:44

    Un peu manichéen comme raisonnement. Il n’y a pas de gentil et de méchant, il y a les « bou sakine » (littéralement ceux qui ont 2 pieds en tunisien) , c’est à dire l’être humain, qui peut un jour être adorable, courageux et « gentil » et un autre jour exécrable et « connard ».

    Et la plupart des comportements des gens dépendent du contexte. On en peut pas empêcher les gens de profiter d’une situation . Et c’est à la responsabilité de chacun de défendre « sa dignité, son droit et ses valeurs ». C’est pas aux autres de le faire pr vous

  94. Andraax permalink
    septembre 23, 2011 12:58

    En fait, je pense que le grand gagnant, c’est le Temps! L’ immobilisme des masses reflète la fatalité qui les anime. En d’autres termes, on laisse pourrir la situation politico – économique jusqu’au paroxysme de l’inévitable guerre totale…blablabla… et un jour, on reconstruira sur des bases scènes! En attendant, on survie et on s’achète une TV3D pour faire tourner l’économie asiatique…

  95. septembre 23, 2011 3:58

    Ce ne sont pas les plus intellos qui réussissent à mon avis, mais les plus malins.

  96. Satto permalink
    septembre 26, 2011 4:57

    Quand on se demande qui gagne… on a déjà perdu…
    Suis ton coeur… le reste suivra par défaut… avec ou sans méchants…

  97. Adélie permalink
    octobre 25, 2011 8:49

    Les méchants gagnent souvent mais pas toujours : Gandhi et Mandela ont gagné… Hitler a perdu… la démocratie dure enocre en france après bien des déboires… et dans l’histoire plus lointaine, relire le coup de jarnac, ça réconcilie avec la justice… Mais le prix à payer pour que les gentils gagnent est souvent immense (Gandhi, Mandela, la seconde guerre mondiale…), et surtout rien ne reste acquis très longtemps. Le printemps tunisien… une victoire pour combien de temps ? il faut saisir sa chance très vite.

    Le problème des gentils est qu’ils aiment souvent mener une vie harmonieuse avec leur famille gentille et leurs amis gentils. Ce n’est pas péjoratif, c’est qu’ils sont doués pour ça. Mais du coup, ça prend du temps avant qu’ils émergent de leur harmonie, et se posent la question : je fais quoi ? Et il faut encore trouver une réponse efficace. Sur les forums de discussion, je suis toujours impressionnée par le nombre de réactions pleines de bon sens et d’humanité, et c’est étonnant comme leurs rédacteurs se sentent seuls à porter des valeurs !

    Ca devient plus facile avec une personne ou un groupe charismatique pour nous inspirer, nous rassembler. Mais mis à part Muhamad Yunus d’ailleurs évincé, et dans une moindre mesure Obama, notre époque semble en manquer. Et les gentils, par souci éthique, peur de la récupération, capacité à (se) questionner tiennent de plus en plus à leur indépendance. Posture qui peut au final vous faire taxer par des méchants ou juste des « observateurs » : d’intellectuel, de bobo, voire pire, et ce, pas tout à fait à tort au vu des conséquences. Compliqué.

    Les méchants, eux, ne vivent pas dans l’harmonie, ils ne sont pas doués pour. Leur bonheur n’est jamais maintenant mais quand ils auront gagné. Ils sont du coup pleinement disponibles pour rêver à leur victoire, s’organiser avec leurs semblables qu’ils reconnaissent, préparer leurs actions et attendre le moment propice car ils savent attendre. Les liens qu’ils entretiennent entre eux pour la « cause » sont apaisés, ils reproduisent et parfois surpassent l’harmonie entre « gentils » ((la solidarité des voyous !) ce qui les réhabilitent à leurs propres yeux. Quelle raison auraient-ils de se remettre en cause, comme les gentils savent si bien le faire ??

    Bref, en résumé, les conditions pour que les gentils gagnent ne sont pas souvent réunies il faut s’organiser, laisser tomber son optimisme naturel et ses aspirations à l’harmonie, et avoir de la chance, aussi… Ah oui, une foi (religieuse ou pas), à déplacer les montagnes, ça aide aussi. Ce n’est pas gagné… mais c’est possible, parfois. Et cest indispensable pour que notre monde soit un peu habitable. Donc ne lâchons rien, l’éducation pas plus que le reste.

    • Raphael Raphael permalink
      octobre 25, 2011 3:52

      Les gentils pour les uns sont souvent les méchants pour les autres, … et vice versa … Rechercher la Vérité en dehors de soi est éternel pour l’animal pensant
      Le rechercher en soi mène à l’autisme.

      • Adélie permalink
        octobre 25, 2011 10:58

        « Les gentils pour les uns sont les méchants pour les autres… ». Ca a le mérite de vouloir prendre du recul, et c’est même vrai dans certains cas… mais si on accepte que le bon sens « populaire » puisse parfois être fondé, on reconnaîtra qu’il y a des valeurs universelles communes à une grande majorité d’être humains et que le fait de les suivre ou au contraire de les piétiner dessine une certaine frontière.
        Ni infranchissable, ni parfaitement délimitée ou identique pour chacun… et bien entendu la nuance est permise, chacun portant du bon et du mauvais en soi ainsi que bien des choses qui ne sont ni l’un ni l’autre (heureusement).
        Mais tout de même, hein.Peut-être n’avez vous jamais rencontré de vrais méchants… ni de vrais gentils. Si ces mots simples voire enfantins vous agacent, ils sont tout de même la façon la plus simple d’exprimer ce qui se passe quand les initiatives des personnes de bonne volonté, préoccupées du bien commun, sont sabotées par des personnes cyniques ou imbues d’elles-mêmes qui ne cherchent que leur propre intérêt ou puissance. Les exemples sont légion. Le bien et le mal ne sont peut-être pas des notions intéressantes en théorie mais en pratique, ils se déclinent incessamment, et aucune contribution n’est anodine.

      • Raphael Raphael permalink
        octobre 26, 2011 3:18

        Ce que je voulais dire, c’est que la frontière n’est pas aussi nette, voire pas nette du tout.
        Ce serait trop facile.
        Des résistants mitraillent des allemands en 42, des jeunes qui auront été enrôlés sans aucune conscience politique. Où sont les gentils.
        Des « fellagas » qui flinguent des appelés en 58 pendant que des « bien pensants » violent et torturent au nom d’une certaine démocratie. Où sont les méchants?
        Pensez vous détenir une Vérité universelle qui vous permet de juger votre prochain ?
        Sur quoi basez-vous un raisonnement que 300 Millions d’européens détiennent plus de Vérité que 1,3 milliard de chinois ou que 1 milliard d’indiens dont le degré d’organisation sociale élaborée est plusieurs fois millénaire. Pourtant, on aura inventé « les droits de l’homme » pour juger (pour que le bon peuple juge !)
        Sur quoi basez vous un raisonnement que quelques amérindiens seraient plus arriérés que la « racaille » du 9.3 (qui, chacun le sait, serait des méchants !,…)
        Ouvrez votre esprit et acceptez d’autres façons de penser.
        Je me contente quant à moi de douter et je range dans une case (malheureusement très grande) tout ceux qui cherchent à m’imposer Leur Vérité.
        Je suis prêt à trouver des gentils dans la racaille …
        Et surtout, je me méfie du « politiquement correct ».
        PS: Vos « mots simples et enfantins » (c’est vous qui le dites) ne m’agacent aucunement et bien au contraire, je ne suis pas imbu de moi-même. Pourquoi êtes-vous méchante? ;o)

      • Adélie permalink
        octobre 26, 2011 8:30

        Je pense quei vous faites semblant de ne pas comprendre… où ai-je dit que je jugeais le bien à l’aune de la vision européenne et du politiquement correct ? C’est tout le contraire.

        De tous temps, dans toutes les civilisations, dans toutes les familles, il y a eu des gens pour qui l’humain prime et qui songent au bien commun, et d’autres qui font toujours passer eux-mêmes et/ou une cause avant l’humain. Et même si on peut parfois faire du bien en voulant faire du mal et vice-versa, statistiquement, les premiers allègent globalement l’existence de leurs semblables tandis que les seconds alourdissent le fardeau.

        Et si les mots gentil et méchant sont simples, en revanche, être sûr de faire aller les choses dans le bon sens ne l’est pas, et c’est pourquoi les vrais « gentils » sont souvent curieux, se posent des questions, observent abondamment et sont capables de se remettre personnellement en cause.

        Et quand je parle des voyous, je ne parle pas des jeunes du 9.3 qui sont d’ailleurs souvent les premiers à enir la porte ou à aider avec la poussette. Je parle des vrais malfrats, proxénètes, marchands de sommeil, patrons sans scrupules, violeurs… ceux qui torturent, immolent, excommunient, polluent…sans se poser de questions.

        En aucune façon je ne parle d’un groupe ou de groupes de gens, mais bien de gens qui se démarquent, dans le bon ou le mauvais sens, au sein de tous les groupes.

        Maintenant, pour avoir déjà croisé des personnes qui réagissent comme vous, je sais que vous trouverez à me contredire. Je pense avoir fini d’expliciter (sans doute très mal) ce que je voulais dire, en tous cas je ne ferai pas mieux la prochaine fois. Je vous laisse donc volontiers le dernier mot.

        Cordialement;

      • Adélie permalink
        octobre 26, 2011 8:30

        Je pense que vous faites semblant de ne pas comprendre… où ai-je dit que je jugeais le bien à l’aune de la vision européenne et du politiquement correct ? C’est tout le contraire.

        De tous temps, dans toutes les civilisations, dans toutes les familles, il y a eu des gens pour qui l’humain prime et qui songent au bien commun, et d’autres qui font toujours passer eux-mêmes et/ou une cause avant l’humain. Et même si on peut parfois faire du bien en voulant faire du mal et vice-versa, statistiquement, les premiers allègent globalement l’existence de leurs semblables tandis que les seconds alourdissent le fardeau.

        Et si les mots gentil et méchant sont simples, en revanche, être sûr de faire aller les choses dans le bon sens ne l’est pas, et c’est pourquoi les vrais « gentils » sont souvent curieux, se posent des questions, observent abondamment et sont capables de se remettre personnellement en cause.

        Et quand je parle des voyous, je ne parle pas des jeunes du 9.3 qui sont d’ailleurs souvent les premiers à enir la porte ou à aider avec la poussette. Je parle des vrais malfrats, proxénètes, marchands de sommeil, patrons sans scrupules, violeurs… ceux qui torturent, immolent, excommunient, polluent…sans se poser de questions.

        En aucune façon je ne parle d’un groupe ou de groupes de gens, mais bien de gens qui se démarquent, dans le bon ou le mauvais sens, au sein de tous les groupes.

        Maintenant, pour avoir déjà croisé des personnes qui réagissent comme vous, je sais que vous trouverez à me contredire. Je pense avoir fini d’expliciter (sans doute très mal) ce que je voulais dire, en tous cas je ne ferai pas mieux la prochaine fois. Je vous laisse donc volontiers le dernier mot.

        Cordialement;

      • Raphael Raphael permalink
        octobre 27, 2011 12:38

        Non non, j’ai bien compris que vous parliez aussi des hors-la-loi.
        Mais l’exemple des western ou des hommes d’honneur dans le banditisme montrent que chez les méchants, il y en a qui pensent être du bon coté sans aucun cynisme. Voir ceux qui commence par être libertaires ou anarchistes.
        Et puis c’est vrai, j’ai un peu fait semblant de ne pas comprendre histoire de vous taquiner.
        J’aime bien provoquer un peu.
        Ça force parfois à se découvrir soi-même.
        J’ai bien aimé vos réactions. Continuez à être fraîche, c’est agréable.
        Bonne chance

  98. Marina permalink
    novembre 5, 2011 11:52

    Bonjour,

    Etant une bisounours, je suis très heureuse de voir qu’il y a autant de bisounours sur ce blog!
    J’aimerai vous faire part du fait qu’il existent des évènements comme « Human of the year » (l’exemple de celui en Bulgarie – je le suis de très près) ou l’on donne la reconnaissance aux gentils. Pour moi c’est un très bel exemple de « se bouger » – c’est beaucoup plus motivant de se battre « pour » que de se battre « contre » n’est-ce pas.
    PS: Excusez, s’il vous plaît, mon français.

    Cordialement,

  99. DiLorenzeau permalink
    novembre 22, 2011 11:44

    Depuis que le monde existe les puissants ont toujours gagné sur les faibles, pourquoi ? Non pas parce que « c’est comme ça » et qu' »on y peut rien » comme on l’entend trop souvent exprimé par tous, mais tout siplement parce que les faibles, manipulés par la peur, ignorent totalement qu’ils peuvent être plus puissants que les puissants !

  100. ristori julien permalink
    décembre 18, 2011 4:11

    et oui y a plus qu’à prier !

  101. Jullyane permalink
    décembre 20, 2011 5:30

    +1000. Ben oui parce que c’est plus facile de mettre +1000 que d’essayer de trouver les mots à mettre quand on lit un truc qui nous coupe le souffle, littéralement. C’est ça le problème des jeunes d’aujourd’hui ils ne prennent plus le temps d’exprimer leurs sentiments. Maintenant ça marche à coup de « Like » ou de « Je deviens Fan ». Alors merde, j’ai 20 ans et je n’aime pas sortir du lot: +1000 pour ce post.

    Je vous suis depuis Bonjour America. Toujours avec plaisir, rire et émotions. Merci !

  102. Louisp permalink
    décembre 25, 2011 2:36

    Bravo et merci, de mettre des mots sur nos pensées.

  103. Tetsuya Toru permalink
    janvier 1, 2012 7:14

    La bonté d’âme sert à garder un peuple sous contrôle, tu es dupés.

  104. Monsieur Martin permalink
    juin 9, 2013 4:11

    Un bonjour du Québec

    Ton texte est tout a fait d’actualité de ce coté-ci de l’Atlantique.
    Y’a juste les mauvais qui ne sont pas les mêmes outre-Atlantique…

    Ici les mauvais sont les « locataires » (et non les proprio qui sont castrés par la Régie du logement), les mafioso de l’industrie de la construction (entrepreneurs et fonctionnaires corrompus) et les médecins spécialiste (qui gagnent six fois le salaire des vôtres et qui tiennent en otage la population). Nous avons aussi des politiciens véreux, mais ils ne le sont pas tous.

  105. jullian permalink
    juillet 9, 2016 12:47

    Il y en a un qui a dit : »Les premiers seront les derniers ». Alors pourquoi se cassent t’ont la tête . Soyez nuls , un jours les derniers seront les premiers . Histoire sans fin .

Trackbacks

  1. Ce sont toujours les méchants qui gagnent… | Pierre-Olivier Carles
  2. [RePost] « Ce sont toujours les méchants qui gagnent  ? chez Mr @vinvin « JCFrogBlog II
  3. François de Rochebouët – mrboo — Ce sont toujours les méchants qui (pensent) gagner…
  4. Non mon chéri, ceci n’est pas une bite « La Toile de David Abiker
  5. Ce sont toujours les méchants qui gagnent ? | aquarium | Scoop.it
  6. De la pensine épisode 3 « Histoires de Gounjous
  7. Vonric
  8. Ce sont toujours les méchants qui gagnent ? « Aroundfifties

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :